Point représentatif

Passer au texte

Définition détaillée
Recensements
Remarques
Changements antérieurs au recensement courant

Début du texte

Définition détaillée

Un point représentatif est un point de coordonnée qui représente une ligne ou un polygone. Le point est situé le long du centre de la ligne. Pour le polygone, il est situé soit au centre ou selon la pondération de la population.

Les points représentatifs sont générés pour les côtés d'îlot, ainsi que pour des régions géographiques sélectionnées – province/territoire (PR), circonscription électorale fédérale (CEF), région économique (RE), division de recensement (DR), région métropolitaine de recensement/agglomération de recensement (RMR/AR), subdivision de recensement (SDR), centre de population (CTRPOP), localité désignée (LD), secteur de recensement (SR), aire de diffusion (AD) et îlot de diffusion (ID).

Les ménages, les codes postauxMO et les données sur le lieu de travail sont appariés aux points représentatifs (coordonnées) de côté d'îlot lorsque la rue et l'adresse sont connues, autrement ils sont appariés aux points représentatifs d'îlot de diffusion (ID). En certains cas, les codes postaux et les données sur le lieu de travail sont appariés aux points représentatifs d'aire de diffusion (AD) lorsqu'il n'est pas possible de les apparier aux ID. De plus, les données sur le lieu de travail sont appariées aux points représentatifs de subdivision de recensement (SDR) lorsqu'il n'est pas possible de les apparier aux AD.

Image de point représentatif

Recensements

2011, 2006, 2001, 1996, 1991, 1986, 1981, 1976, 1971

Remarques

Les points représentatifs sont déterminés à l'aide des méthodes suivantes :

1. Points représentatifs des côtés d'îlot

Les points représentatifs de côté d'îlot sont générés à l'aide du logiciel ArcGIS® (version 9.3.1) et de l'Infrastructure des données spatiales, qui comprend des couches choisies de polygones d'eau. Les points représentatifs sont d'abord calculés et stockés conformément à la projection conique conforme de Lambert; ils sont également convertis en coordonnées de latitude et de longitude.

Les points représentatifs de côté d'îlot sont calculés le long des rues pouvant comporter des adresses ou non, à mi-chemin (ou presque) entre deux traits consécutifs qui coupent la rue. Les traits qui s'entre coupent peuvent être d'autres rues ou des limites de régions géographiques normalisées.

Les points sont situés en retrait perpendiculairement au centre de la rue à une distance de 10 m, de 5 m, de 1 m ou de 0,5 m pour s'assurer que tous les points ont des coordonnées uniques et qu'ils sont situés dans le bon îlot et sur le bon côté de la rue.

Il peut arriver que des points représentatifs soient situés dans des étendues d'eau s'ils sont adjacents à des ponts ou à des levées.

Les points représentatifs des côtés d'îlots de 2011 peuvent être différents de 2006 dû à des déplacements et réalignements géométriques.

Figure 15
Exemple de points représentatifs de côté d'îlot et d'îlot de diffusion

Figure 15 Exemple de points représentatifs de côté d'îlot et d'îlot de diffusion

Description pour la figure 15

Source : Statistique Canada, Recensement de la population de 2011.

2. Points représentatifs des régions géographiques

Les points représentatifs pour des régions géographiques normalisées sont générés à l'aide du logiciel ArcGIS® (version 9.3.1) et de leur fichier numériques des limites (FNL) respectifs. On utilise les éléments hydrographiques les plus détaillés afin d'assurer que les points représentatifs ne se retrouvent pas dans une étendue d'eau lorsque c'est possible. Les points représentatifs sont d'abord calculés et stockés conformément à la projection conique conforme de Lambert; ils sont également convertis en coordonnées de latitude et de longitude.

Pour 2011, des points représentatifs sont produits comme points d'identification pour les îlots de diffusion (ID) afin de s'assurer que ces derniers ne se situent pas dans un plan d'eau. Les points représentatifs des régions géographiques sont obtenus au départ comme des centroïdes, qui peuvent tomber dans un plan d'eau. Pour être certain que les points représentatifs des régions géographiques ne se situent pas dans l'eau, sauf dans les cas où des polygones entiers le sont, le point représentatif de l'ID le plus proche du centroïde de la région géographique en question est choisi comme point représentatif de la région géographique.

A. Points représentatifs non pondérés

Les points représentatifs de toutes les régions géographiques, à l'exception des aires de diffusion, ne sont pas pondérés. Les points sont générés à l'aide du logiciel ArcGIS®. Le logiciel repère le point qui se situe le plus près possible du centre géographique du polygone, assurant ainsi que le point se retrouve sur des superficies de terres chaque fois que c'est possible. Des vérifications topologiques sont effectuées pour s'assurer que les points représentatifs se situent à l'intérieur des limites de la région géographique appropriée. Comme certains îlots de diffusion et certaines localités désignées se trouvent entièrement dans une étendue d'eau, leurs points représentatifs se situent également dans celle-ci. Là où une région géographique est située dans plusieurs parties, le point est situé dans la partie ayant la plus grande région.

La figure 15 donne un exemple de points représentatifs d'îlot de diffusion.

B. Points représentatifs pondérés

Centre moyen pondéré en fonction de la population

Les points représentatifs des aires de diffusion (AD) sont pondérés en fonction du centre moyen de la population. La formule 1 illustre la méthode mathématique utilisée pour calculer les points représentatifs des centres moyens pondérés.  Une des deux paires d'équations est utilisée, selon la population de l'AD. La première paire d'équations est utilisée lorsque l'AD a une population supérieure à zéro. La seconde paire est utilisée lorsque l'AD a une population égale à zéro.

Dans la première paire d'équations, la coordonnée x est calculée en multipliant la population de chaque îlot de diffusion (ID) dans l'AD par la coordonnée x (vers l'est) du point représentatif. Les produits obtenus pour chaque ID sont alors additionnés dans l'AD, et la somme est ensuite divisée par la population totale de la même AD. La coordonnée y (vers le nord) de l'AD est calculée en appliquant la même méthodologie, utilisant uniquement l'information de la coordonnée y pour la composante ID.

La seconde paire d'équations est utilisée lorsque l'AD a zéro de population. À cette fin, la coordonnée x (vers l'est) est calculée en additionnant les coordonnées x de tous les points représentatifs de tous les ID dans l'AD. Cette somme est ensuite divisée par le nombre d'ID dans l'AD. La coordonnée y (vers le nord) de l'AD est calculée en appliquant la même méthodologie, utilisant uniquement l'information de la coordonnée y pour la composante ID.

Des exemples de calculs des points représentatifs utilisant le centre moyen pondéré en fonction de la population précédemment sont illustrés immédiatement en dessous des formules.

Formule 1 Centre moyen pondéré en fonction de la population

Formule 1 Centre moyen pondéré en fonction de la population

Description pour la formule 1

Source : Statistique Canada, Recensement de la population de 2011.

Distance minimale au carré pondérée en fonction de la population

Si des points représentatifs pondérés se situent en dehors de l'aire de diffusion (AD) (p. ex., dans le cas d'un polygone en forme de croissant) ou se trouvent dans une étendue d'eau, les points sont générés à l'aide de la distance minimale au carré pondérée selon la population (formule 2). La première équation est utilisée lorsque l'AD a une population supérieure à zéro. La seconde équation est utilisée lorsque l'AD a une population égale à zéro.

Dans la première équation, la distance au carré pondérée selon la population est calculée pour chaque îlot de diffusion (ID), puis l'ID ayant la valeur minimale est choisi. Pour chaque ID, la distance minimale au carré pondérée selon la population est calculée en mesurant la distance entre son point représentatif et le point représentatif de tous les autres ID. Chaque distance est alors élevée au carré et ensuite multipliée par la population des autres ID. Ces valeurs sont ensuite additionnées pour créer une valeur pour l'ID en question.

Dans la seconde équation, une distance au carré non pondérée est calculée pour chaque ID, puis l'ID ayant la valeur minimale est choisi. Pour chaque ID, la distance au carré pondérée selon la population est calculée en mesurant la distance entre son point représentatif et le point représentatif de tous les autres ID. Chaque distance est alors élevée au carré et ces valeurs sont additionnées pour créer une valeur pour l'ID en question.

Des vérifications topologiques sont effectuées pour s'assurer que les points se situent à l'intérieur des limites de l'AD. Comme certaines AD se trouvent entièrement dans une étendue d'eau, leurs points représentatifs se situent également dans celle-ci.

Des exemples de calculs de la distance minimale au carré des points représentatifs du centre moyen pondéré en fonction de la population utilisant les méthodes mentionnées ci-dessus sont illustrés immédiatement en dessous des formules.

Formule 2 Distance minimale au carré pondérée selon la population

Formule 2 Distance minimale au carré pondérée selon la population

Description pour la formule 2

Source : Statistique Canada, Recensement de la population de 2011.

On procède à des vérifications topologiques pour s'assurer que les points se situent à l'intérieur des limites de l'aire de diffusion. Comme certaines AD se trouvent entièrement dans une étendue d'eau, leurs points représentatifs se situent également dans celle-ci.

Se reporter aux définitions connexes d'aire de diffusion (AD); centre de population (CTRPOP); code postal; côté d'îlot; fichiers numériques des limites (FNL); géocodage; îlot de diffusion (ID); Infrastructure des données spatiales (IDS); localité désignée (LD); subdivision de recensement (SDR) et Fichier de conversion des codes postaux (FCCP), guide de référence (no 92-153-G au catalogue).

Changements antérieurs au recensement courant

Avant 2001, les points représentatifs de secteur de dénombrement (SD) étaient diffusés.

Avant 1996, tous les points représentatifs étaient appelés « centroïdes1 ».

  1. Points représentatifs de régions géographiques
    • En 2006, les points représentatifs des régions géographiques étaient générés en tant que centroïdes et ensuite déplacés s'ils étaient situés dans des étendues d'eau.
    • En 2001, il pouvait arriver que les points représentatifs des îlots, des aires de diffusion, des subdivisions de recensement et des localités désignées soient situés dans des étendues d'eau. En outre, les points des aires de diffusion n'étaient pas pondérés.
    • En 1996, les points représentatifs de SD étaient diffusés sous forme de coordonnées de latitude et de longitude et de coordonnées x,y de la projection conique conforme de Lambert. Les points représentatifs étaient créés soit à l'aide du Fichier du réseau routier (FRR), soit manuellement.
      • Les points représentatifs, localisés dans les SD de la couverture du FRR, ont été créés à l'aide du logiciel ArcGIS®, qui repère le point qui convient à l'apposition de l'étiquette ou du signe cartographique dans chaque polygone. Des mesures avaient été prises afin d'éviter que les points soient situés dans des étendues d'eau. Lorsque le SD se présentait en plusieurs parties, le point était situé, dans la mesure du possible, dans la partie du SD comptant le plus grand nombre de logements privés occupés (selon les chiffres des côtés d'îlot tirés du Recensement de 1991). Toutefois, dans certains cas, le point représentatif était situé dans la partie du SD ayant la plus grande superficie des terres.
      • Les points représentatifs, localisés dans les SD hors FRR, étaient créés manuellement et visuellement selon la disposition des rues et/ou des immeubles sur les cartes de référence des SD (dont certaines renfermaient des renseignements topographiques). Le point représentatif était situé, dans la mesure du possible, dans un groupement prédominant d'immeubles et/ou de rues. S'il n'y avait pas de groupement prédominant, le point était situé entre deux groupements ou plus. S'il n'y avait aucun groupement de rues ou d'immeubles, le point était placé au centre visuel du SD. Si le SD se présentait en plusieurs parties, le point était situé dans la partie comptant le plus de logements. Le point représentatif était situé dans la partie des terres du SD.
    • En 1991, les points représentatifs de SD dans la couverture du FRR ont été créés à l'aide du logiciel ArcGIS®, qui repère le point qui convient à l'apposition de l'étiquette ou du signe cartographique dans chaque polygone, et certains d'entre eux étaient situés dans des étendues d'eau. De plus, dans le cas des SD inclus dans les FRR et comportant plusieurs parties, aucune règle n'avait été établie pour sélectionner la partie du SD dans laquelle le point était déterminé. Les points représentatifs de SD ont été diffusés sous forme de coordonnées de latitude et de longitude, de coordonnées UTM et de coordonnées x,y de la projection conique conforme de Lambert.
    • Avant 1991, la méthode de calcul visant à déterminer les points représentatifs de SD dans les FRR était différente. Un algorithme permettait de sélectionner, comme point représentatif du SD, un des points représentatifs de côté d'îlot (en fonction de leur nombre et de leur concentration) situés dans le SD. Les points étaient calculés et diffusés sous forme de coordonnées UTM.
  2. Points représentatifs de côté d'îlot
    • En 2001, les points représentatifs de côté d'îlot étaient situés en retrait perpendiculairement au centre de la rue à une distance de 10 m, de 5 m ou de 1 m. En outre, des points représentatifs étaient générés lorsque des rues dépassaient les limites de tuiles de carte de la Base nationale de données topographiques (BNDT).
    • Avant 2001, il n'y avait pas de points représentatifs de côté d'îlot produits lorsque des rues dépassaient les limites de tuiles de carte, les tuiles de carte n'étant pas utilisées.
    • En 1996, les points représentatifs de côté d'îlot ont été produits uniquement pour les régions avec un Fichier du réseau routier (FRR) et les points étaient situés en retrait perpendiculairement au centre de la rue à une distance de 22 m, de 11 m, de 5 m ou de 1 m. Les points étaient calculés selon le système de coordonnées universel transverse de Mercator (UTM), mais diffusés sous forme de coordonnées de latitude et de longitude.
    • Avant 1996, certains des points représentatifs de côté d'îlot ne présentaient pas de coordonnées uniques et tous les points représentatifs étaient situés en retrait à 22 mètres du centre de la rue. Les points étaient calculés et diffusés sous forme de coordonnées UTM.
    • Avant 1991, on n'établissait pas de côtés d'îlot pour les segments de limites de SD qui ne suivaient pas de traits physiques visibles.

Note :

  1. Centroïde est le terme utilisé pour nommer le centre d'un polygone ou d'une région. Lorsqu'un polygone a une forme irrégulière, le centroïde est calculé afin déterminer approximativement le centre de ce polygone.
Date de modification :