Collecte de données sur les groupes autochtones et ethnoculturels pour les statistiques officielles sur les crimes déclarés par la police au Canada

Une déclaration commune de Statistique Canada et de l'Association canadienne des chefs de police

Le 15 juillet 2020

Aujourd'hui, l'Association canadienne des chefs de police (ACCP) et Statistique Canada ont annoncé leur engagement à travailler ensemble pour répondre à un important besoin d'information pour la communauté juridique. Ensemble, les deux organismes travailleront avec la communauté policière et des organismes clés pour permettre à la police de déclarer des données sur les groupes autochtones et ethnoculturels des victimes et des auteurs présumés dans les statistiques sur les crimes déclarés par la police.

La valeur de ces renseignements a été soulignée par l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et par des organismes comme la Fondation canadienne des relations raciales. Statistique Canada et l'ACCP savent que la demande pour ces renseignements n'a jamais été aussi forte et ils sont déterminés à trouver des moyens de fournir des statistiques policières fiables sur les groupes autochtones et ethnoculturels.

« La collecte de données sur l'identité autochtone et ethnoculturelle fait l'objet de discussions au Canada depuis de nombreuses décennies. Le besoin en données de qualité sur les expériences des peuples autochtones et des collectivités ethnoculturelles avec le système de justice pénale du Canada est primordial pour comprendre la mesure dans laquelle les membres de ces collectivités sont représentés au sein de ce système, et ce, en commençant par leurs interactions avec la police », affirme le coprésident du Comité des informations et statistiques policières de l'ACCP, le chef adjoint Stu Betts du Service de police de London.

« Les données désagrégées sont essentielles à la prise de décisions dans de multiples secteurs et Statistique Canada s'engage à travailler avec l'ACCP pour faire en sorte que les statistiques officielles sur les crimes déclarés par la police rendent compte des groupes autochtones et ethnoculturels », déclare Anil Arora, statisticien en chef du Canada.

En 2020, Statistique Canada et l'ACCP entameront les discussions avec les partenaires et les intervenants pour orienter cette collecte de données et pour trouver des façons d'assurer la qualité de l'information.

Nous avons hâte de travailler avec les organismes, la police et les intervenants clés pour faire avancer les efforts visant à améliorer les données déclarées par la police sur les groupes autochtones et ethnoculturels.