Le SPEUC est relancé

18 janvier 2018

Après une pause de cinq ans, Statistique Canada a diffusé un nouvel ensemble complet de données du Système d'information sur le personnel d'enseignement dans les universités et les collèges (SPEUC), lesquelles portent sur les 112 établissements publics conférant des grades universitaires.

Les données pour l'année scolaire 2016‑2017 ont été diffusées en novembre 2017. Statistique Canada invite maintenant les Canadiens à jeter un coup d'œil aux résultats et à poser leurs questions à l'équipe ayant produit ces nouvelles statistiques. Le 26 janvier 2018, Statistique Canada organise une séance de clavardage en ligne afin de discuter des données et de leur signification pour les Canadiens.

Prendre le pouls de la formation universitaire au pays

Les données du SPEUC sont utilisées à diverses fins. Par exemple, ces données fournissent des renseignements sur les universités et les administrations publiques en ce qui concerne le renouvellement du personnel. Elles peuvent faciliter l'élaboration de politiques visant à promouvoir l'égalité entre les sexes. Elles permettent de comparer sur le plan international les caractéristiques du personnel enseignant des universités au Canada.

Quelle est l'incidence de ces données sur les Canadiens? Le secteur universitaire est un pilier important de l'économie du savoir au Canada, et il peut avoir des répercussions importantes sur l'économie et la société du pays. En outre, la composition du secteur universitaire influe directement sur l'expérience universitaire des Canadiens, ainsi que sur les résultats de la recherche et de l'innovation de la communauté universitaire.

Les données du SPEUC sont une importante source de renseignements pour les universités, lesquelles ont répondu avec enthousiasme au rétablissement de l'enquête. Un nombre inégalé d'entre elles ont participé sans tarder à l'enquête, ce qui a permis à Statistique Canada de diffuser les données provisoires remarquablement tôt. Le 25 avril 2017, Statistique Canada a diffusé les données de 2016-2017 sur le personnel enseignant à plein temps pour 75 des 112 universités visées par l’enquête.

Les utilisateurs n’ont pas eu à attendre longtemps pour obtenir l’ensemble complet de données. Les résultats de 2016-2017 pour le personnel enseignant à plein temps pour les 112 universités ont été diffusés le 28 novembre 2017, le temps de traitement le plus court que nous ayons connu pour cette enquête.

Une main-d'œuvre plus âgée et équilibrée

Qu'est-ce que les nouvelles données du SPEUC nous révèlent au sujet du personnel enseignant à plein temps dans les universités canadiennes?

Les femmes représentent une proportion croissante du personnel enseignant dans les universités, soit près de 40 % de l'ensemble des employés enseignant à plein temps. Il s'agit d'une augmentation importante par rapport à 12,8% en 1970‑1971.

La main-d'œuvre universitaire vieillit. Alors que 60 % du personnel universitaire avait moins de 40 ans en 1970‑1971, cette proportion est passée à 15 % en 2016‑2017. À l'autre extrême du spectre de l'âge, l'inverse s'est produit. Alors que moins de 1 % du personnel était âgé de 65 ou plus en 1970‑1971, cette proportion a augmenté à plus de 10 % en 2016‑2017.

Description : Graphique 1
Graphique 1
Proportion du personnel d'enseignement à plein temps dans les universités, par groupe d'âge et années choisies
  Moins de 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans 60 à 64 ans 65 ans et plus
pourcentage
2016/2017 0.49 14.88 30.36 31.14 12.84 10.29
2010/2011 0.51 17.83 30.64 31.71 12.61 6.70
2000/2001 0.75 16.36 32.54 37.47 11.14 1.74
1990/1991 1.34 20.87 37.46 30.99 7.71 1.63
1980/1981 2.92 33.81 37.36 20.59 4.67 0.65
1970/1971 16.23 43.13 25.71 11.39 2.63 0.91
Source : Statistique Canada, Système d'information sur le personnel d'enseignement dans les universités et les collèges — Personnel enseignant à plein temps.

La longue histoire du SPEUC

L'enquête du SPEUC prend également de l'âge, ayant atteint 80 ans depuis ses débuts en 1937.

« L'ensemble de données du SPEUC est une longue série chronologique », explique la gestionnaire de l'enquête, Teresa Omiecinski. S'il est vrai qu'il peut s'avérer difficile d'accéder aux données de 1937 (à l'époque tout était fait sur papier et était moins détaillé), les concepts et les définitions utilisés pour rassembler les données ont peu changé depuis ce temps.

Cela signifie que les données offrent des renseignements utiles et précis sur l'évolution à long terme de la communauté universitaire du Canada. Elles peuvent également être utilisées à titre de complément pour étudier les changements survenus dans la société canadienne en général, y compris la présence croissante des femmes sur le marché du travail et le vieillissement de la population.

Pour ce qui est de l'interruption de cinq ans de 2011-2012 à 2015-2016, Statistique Canada collabore avec les universités afin de recueillir et de diffuser les données pour cette période quelque temps en 2018.

Le résultat : les utilisateurs auront accès à un ensemble de données incroyablement riche sur la communauté universitaire à plein temps du Canada, et ce, pour une période ininterrompue.

Un avenir universitaire ambitieux

Une autre tâche à l'horizon pour Statistique Canada sera d'élargir le SPEUC pour fournir un portrait plus complet de l'enseignement au niveau postsecondaire. En ce moment, le SPEUC ne couvre que le personnel universitaire enseignant à plein temps dans les universités. Le plan consiste à augmenter la couverture afin d'inclure les professeurs à temps partiel (parfois dits saisonniers) et d'intégrer le personnel enseignant des collèges dans l'enquête.

Statistique Canada procède également à un examen des données recueillies dans le cadre du SPEUC afin de maintenir la pertinence de l'enquête. À l'heure actuelle, l'organisme recueille des données sur 27 variables du personnel enseignant à plein temps dans les universités canadiennes, y compris le sexe, l'âge, la principale matière enseignée, le rang professoral, le traitement et les honoraires versés pour des fonctions administratives. Statistique Canada révise ces variables afin de s'assurer que les utilisateurs les trouvent encore pertinentes et pour déterminer si la couverture de l'enquête devrait être élargie pour comprendre des variables supplémentaires.

Statistique Canada a décidé d'accroître l'accès aux données du SPEUC en rendant les résultats de l'enquête accessibles dans les centres de données de recherche. Ces fichiers de données permettront aux chercheurs approuvés de mener des études approfondies et détaillées sur la communauté universitaire du Canada.

Une riche source de données

Pendant que Statistique Canada travaille à augmenter la quantité de renseignements disponibles et à en améliorer l'accès, il souhaite également aider les utilisateurs à tirer le meilleur parti de ces données.

La séance de clavardage est un des moyens retenus par Statistique Canada pour aider les utilisateurs à utiliser au mieux ses données. « Le SPEUC est une source très riche de renseignements précieux et nous voulons nous assurer que les Canadiens l'utilisent à son plein potentiel », explique Mme Omiecinski. L'équipe répondra aux questions concernant les résultats de l'enquête, la disponibilité des données, les concepts et les limites des données, et la façon dont ces données peuvent être analysées.

Les personnes intéressées à profiter au maximum de cette riche source de données sont invitées à se joindre à la séance de clavardage en ligne le 26 janvier 2018. Amenez votre curiosité et vos questions afin d'en apprendre davantage sur l'enseignement universitaire au Canada.

Connectez-/inscrivez-vous pour publier un commentaire.

Veuillez prendre note que les commentaires sont modérés. Les commentaires peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître en ligne. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter nos règles de participation.

Date de modification :