Statistiques par sujet – Prix et indices des prix

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Année de publication

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Année de publication

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Année de publication

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Préciser les résultats par

Aide pour les filtres et la recherche
Filtres actuellement sélectionnés pouvant être supprimés

Mot(s)-clé(s)

Type d’information

1 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Année de publication

2 facettes affichées. 0 facettes sélectionnées.

Autres ressources disponibles pour appuyer vos recherches.

Aide pour trier les résultats
Explorer notre base centrale des principaux concepts normalisés, définitions, sources de données et méthodes.
En cours de chargement
Chargement en cours, veuillez patienter...
Tout (3)

Tout (3) (3 results)

  • Articles et rapports : 12-001-X19990014710
    Description :

    La plupart des bureaux de la statistique utilisent des techniques non probabilistes pour choisir l'échantillon de produits dont les prix permettent de calculer les indices des prix à la consommation. Aux Pays-Bas, comme dans beacoup d'autres pays, ce genre de sondage raisonné se rapproche en quelque sorte de la sélection par seuil d'inclusion, une bonne partie de la population (normalement les produits suscitant le moins de dépenses) étant délibérément exclue des observations. Bien sûr, cette méthode donne lieu à des chiffres biaisés pour l'indice des prix. On peut se demander si un échangillonnage probabiliste donnerait de meilleurs résultats quant à l'erreur quadratique moyenne. Les auteurs ont considéré l'échantillonnage aléatoire simple, l'échantillonnage stratifié et l'échantillonnage systématique proportionnel aux dépenses. Ils ont mené des simulations de Monte Carlo à l'aide de données de lecture optique pour le café, les couches de bébés et le paper hygiénique afin d'évaluer le rendement des quatre plans d'échantillonnage. Il est assez surprenant de constater que la sélection par seuil d'inclusion est une bonne stratégie d'échantillonnage des produits pour l'indice des prix à la consommation.

    Date de diffusion : 1999-10-08

  • Articles et rapports : 12-001-X19980024351
    Description :

    Pour calculer les indices de prix, il faut recueillir des données relatives à un même article (en fait, un ensemble d'articles définis avec précision) durant diverses périodes. La question qu'on se pose est celle de savoir si de telles données quasi-longitudinales peuvent être modélisées de manière à expliquer ce qu'est un indice des prix. Des chercheurs de pointe spécialisés dans les questions relatives aux indices de prix ont émis des doutes quant à la possibilité d'utiliser la modélisation statistique pour caractériser de tels indices. Dans la présente communications, on propose un simple modèle à espace d'états relatif aux données sur les prix qui donne un indice des prix à la consommation exprimé d'après les paramètres du modèle.

    Date de diffusion : 1999-01-14

  • Articles et rapports : 62F0014M19970103362
    Description :

    On a discuté du biais de mesure de l'IPC des décennies durant, mais c'est la question de la surestimation de l'inflation et donc des prestations sociales qui, en raison de l'importance des déficits budgétaires de l'État, a avivé l'intérêt pour ce biais. Dans le rapport final de la U.S. Advisory Commission to Study the Concumer Price Index, que présidait Michael Boskin, on affirme que, depuis 1996, l'IPC américain a été surévalué de 1.1% par an. Depuis que ce rapport a été rendu public, maints groupes intéressés se sont interrogés sur l'ordre de grandeur de ce biais dans l'IPC canadien. Il s'agissait de savoir si le biais canadien avait la même ampleur. Dans cet article, nous commencerons par présenter la question du biais dans le contexte de l'IPC canadien, et nous traiterons de certains des plans que Statistique Canada entend bientôt réaliser pour améliorer sa mesure de l'IPC. Nous concluons que, si l'IPC canadien peut être entaché des problèmes que pose l'IPC américain, l'effet global de ces biais est moins marqué, puisque Statistique Canada s'est doté plus tôt d'une méthodologie appropriée. En fait, dans des études récentes, Crawford (1993 et 1997) a essayé d'estimer un biais global et est parvenu à la conclusion que, à cause du généreux jugement porté dans les estimations, il est probable que le biais de mesure soit en moyenne moins de 0,5%.

    Date de diffusion : 1997-10-02

Données (0)

Données (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Analyses (3)

Analyses (3) (3 results)

  • Articles et rapports : 12-001-X19990014710
    Description :

    La plupart des bureaux de la statistique utilisent des techniques non probabilistes pour choisir l'échantillon de produits dont les prix permettent de calculer les indices des prix à la consommation. Aux Pays-Bas, comme dans beacoup d'autres pays, ce genre de sondage raisonné se rapproche en quelque sorte de la sélection par seuil d'inclusion, une bonne partie de la population (normalement les produits suscitant le moins de dépenses) étant délibérément exclue des observations. Bien sûr, cette méthode donne lieu à des chiffres biaisés pour l'indice des prix. On peut se demander si un échangillonnage probabiliste donnerait de meilleurs résultats quant à l'erreur quadratique moyenne. Les auteurs ont considéré l'échantillonnage aléatoire simple, l'échantillonnage stratifié et l'échantillonnage systématique proportionnel aux dépenses. Ils ont mené des simulations de Monte Carlo à l'aide de données de lecture optique pour le café, les couches de bébés et le paper hygiénique afin d'évaluer le rendement des quatre plans d'échantillonnage. Il est assez surprenant de constater que la sélection par seuil d'inclusion est une bonne stratégie d'échantillonnage des produits pour l'indice des prix à la consommation.

    Date de diffusion : 1999-10-08

  • Articles et rapports : 12-001-X19980024351
    Description :

    Pour calculer les indices de prix, il faut recueillir des données relatives à un même article (en fait, un ensemble d'articles définis avec précision) durant diverses périodes. La question qu'on se pose est celle de savoir si de telles données quasi-longitudinales peuvent être modélisées de manière à expliquer ce qu'est un indice des prix. Des chercheurs de pointe spécialisés dans les questions relatives aux indices de prix ont émis des doutes quant à la possibilité d'utiliser la modélisation statistique pour caractériser de tels indices. Dans la présente communications, on propose un simple modèle à espace d'états relatif aux données sur les prix qui donne un indice des prix à la consommation exprimé d'après les paramètres du modèle.

    Date de diffusion : 1999-01-14

  • Articles et rapports : 62F0014M19970103362
    Description :

    On a discuté du biais de mesure de l'IPC des décennies durant, mais c'est la question de la surestimation de l'inflation et donc des prestations sociales qui, en raison de l'importance des déficits budgétaires de l'État, a avivé l'intérêt pour ce biais. Dans le rapport final de la U.S. Advisory Commission to Study the Concumer Price Index, que présidait Michael Boskin, on affirme que, depuis 1996, l'IPC américain a été surévalué de 1.1% par an. Depuis que ce rapport a été rendu public, maints groupes intéressés se sont interrogés sur l'ordre de grandeur de ce biais dans l'IPC canadien. Il s'agissait de savoir si le biais canadien avait la même ampleur. Dans cet article, nous commencerons par présenter la question du biais dans le contexte de l'IPC canadien, et nous traiterons de certains des plans que Statistique Canada entend bientôt réaliser pour améliorer sa mesure de l'IPC. Nous concluons que, si l'IPC canadien peut être entaché des problèmes que pose l'IPC américain, l'effet global de ces biais est moins marqué, puisque Statistique Canada s'est doté plus tôt d'une méthodologie appropriée. En fait, dans des études récentes, Crawford (1993 et 1997) a essayé d'estimer un biais global et est parvenu à la conclusion que, à cause du généreux jugement porté dans les estimations, il est probable que le biais de mesure soit en moyenne moins de 0,5%.

    Date de diffusion : 1997-10-02

Références (0)

Références (0) (Aucun résultat)

Votre recherche pour «» n’a donné aucun résultat dans la présente section du site.

Vous pouvez essayer :

Explorez notre page de partenaires pour trouver la liste complète de nos partenaires et de leurs produits associés.

Date de modification :