Parlons de miel

Mégatendances canadiennes

Presque toutes les familles canadiennes en ont dans leur cuisine, et vous le trouverez aussi sur les comptoirs de votre café préféré. Certains affirment qu'il a des propriétés médicinales; presque tous s'entendent pour dire qu'il a un goût sucré. Faisons le point sur le miel.

Statistique Canada suit la production du miel au Canada depuis 1924, alors que 22 205 apiculteurs exploitant 280 010 colonies productrices de miel produisaient 16,8 millions de livres de miel. L'Ontario représentait les deux tiers environ de la production en 1924, tandis que le Québec en représentait le quart.

Contribution des apiculteurs à l'effort de guerre

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le nombre d'apiculteurs est passé de 27 150 en 1940 à 43 340 en 1945. Au cours de la même période, le nombre de colonies productrices de miel a augmenté du tiers pour atteindre 522 530. Cette augmentation s'expliquait par plusieurs raisons. La cire d'abeille était un élément essentiel dans la fabrication des ceintures de munitions pour l'effort de guerre. De plus, lorsque le sucre a été rationné au Canada en 1942, dans certains ménages on a remplacé le sucre par le miel. Malgré une augmentation du nombre d'apiculteurs et de colonies d'abeilles, la production de miel demeurait similaire aux niveaux observés avant la guerre.

Au cours de la décennie suivant la fin de la guerre, il y a eu une baisse du nombre de colonies et d'apiculteurs, de même que de la production de miel, et au milieu des années 1950, tous trois avaient atteint le niveau le plus bas jamais enregistré.

La production de miel se déplace vers l'Ouest au cours des années 1960

La production de miel a repris vers la fin des années 1950. C'est également au cours de cette période que la production a commencé à se déplacer vers l'Ouest canadien. Pendant les années 1960, les provinces des Prairies produisaient deux fois plus de miel que l'Ontario chaque année, et l'Alberta émergeait en tant que plus importante région productrice de miel au pays. Le déplacement de la production vers l'Ouest était en partie attribuable aux nouvelles techniques d'apiculture, de même qu'au fait que les colonies d'abeilles installées dans les Prairies étaient beaucoup plus productives.

Par exemple, de 2010 à 2014, la production annuelle de miel au Canada s'élevait à 124 livres par colonie en moyenne, la Saskatchewan (192 livres), le Manitoba (176 livres) et l'Alberta (126 livres) arrivant en tête à ce chapitre. Les rendements moyens au Manitoba étaient deux fois plus élevés qu'en Ontario (86 livres) et au Québec (81 livres), et plus de trois fois plus élevés qu'en Colombie-Britannique (55 livres).

Un âge d'or pour le miel

La production de miel a connu une forte hausse au cours des années 1970, et, en 1984, on avait produit un volume record de 95,5 millions de livres, équivalant à trois fois la production enregistrée au milieu des années 1950. Comparativement à 1970, le nombre d'apiculteurs avait plus que doublé pour atteindre 21 210 en 1983, tandis que le nombre de colonies avait augmenté de trois quarts pour atteindre un sommet sans précédent de 707 375 en 1986.

Graphique 1 : La production de miel au Canada
Description du graphique 1

Le titre du graphique est « Graphique 1 La production de miel au Canada ».
Ceci est un graphique linéaire simple.
Il y a au total 91 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 10 000 et se termine à 110 000 avec des mesures à tous les 10 000 points.
Il y a 1 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « milliers de livres ».
Les unités de l'axe horizontal sont des années de 1925 à 2015.
Le titre de la série 1 est « La production de miel au Canada ».
La valeur minimale est 19 526 survenue en 1926.
La valeur maximale est 106 599 survenue en 2006.

Graphique 1 La production de miel au Canada
Année milliers de livres
1925 19 977
1926 19 526
1927 23 231
1928 22 225
1929 23 164
1930 30 260
1931 31 324
1932 26 213
1933 32 094
1934 34 216
1935 33 646
1936 37 995
1937 27 012
1938 45 702
1939 34 376
1940 28 215
1941 33 221
1942 28 049
1943 39 492
1944 36 264
1945 33 020
1946 23 185
1947 37 078
1948 45 145
1949 31 481
1950 28 351
1951 40 909
1952 31 230
1953 26 384
1954 19 850
1955 25 031
1956 24 272
1957 32 051
1958 27 509
1959 31 527
1960 32 224
1961 35 058
1962 30 713
1963 42 142
1964 36 662
1965 49 157
1966 44 502
1967 45 682
1968 33 372
1969 53 312
1970 51 041
1971 52 016
1972 50 599
1973 54 629
1974 45 786
1975 46 419
1976 56 095
1977 61 844
1978 67 426
1979 72 545
1980 64 450
1981 76 655
1982 67 302
1983 85 461
1984 95 454
1985 79 630
1986 75 044
1987 86 799
1988 81 798
1989 60 950
1990 70 764
1991 69 680
1992 66 867
1993 67 588
1994 75 498
1995 66 916
1996 59 475
1997 68 366
1998 101 595
1999 81 789
2000 70 232
2001 78 016
2002 81 730
2003 76 285
2004 75 490
2005 79 607
2006 106 599
2007 69 402
2008 64 895
2009 70 362
2010 81 672
2011 79 824
2012 90 759
2013 76 468
2014 85 551
2015 95 296

L'acarien varroa devient un fléau pour les producteurs de miel

En 1989, l'acarien varroa — un parasite qui constitue l'une des principales causes de mortalité chez les abeilles — est apparu pour la première fois au Canada, donnant lieu aux plus faibles totaux de production en plus d'une décennie. En 1991, le nombre de colonies avait diminué du tiers comparativement à 1986 pour atteindre 498 780, tandis que le nombre d'apiculteurs diminuait également du tiers pour atteindre 13 096.

Les coûts plus élevés associés au contrôle du parasite ont mené de nombreux apiculteurs, tout particulièrement les apiculteurs à temps partiel, à quitter le secteur tout au long des années 1990 et jusqu'au milieu des années 2000. En 2008, le nombre d'apiculteurs avait baissé de près de deux tiers comparativement au milieu des années 1980 pour atteindre le creux le plus bas jamais enregistré, soit 6 931.

Le retour des apiculteurs

Alors que le nombre d'apiculteurs diminuait considérablement au cours des années 1990, les apiculteurs encore en activité réussissaient à produire davantage de miel avec moins de colonies. En 1998, on avait produit un volume record de 101,6 millions de livres de miel, même si le Canada comptait alors un quart de colonies de moins comparativement aux sommets mesurés dans les années 1980.

Alors que la production de miel augmente depuis 2000, le secteur demeure instable. Par exemple, un nouveau volume record de 106,6 millions de livres de miel a été produit en 2006, tandis que les totaux pour 2007 et 2008 ont diminué de plus du tiers.

Graphique 2 : Nombre d'apiculteurs au Canada, selon la région, 2015
Description du graphique 2

Le titre du graphique est « Graphique 2 Nombre d'apiculteurs au Canada, selon la région, 2015 ».
Ceci est un graphique à colonnes groupées.
Il y a au total 7 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 0 et se termine à 3 000 avec des mesures à tous les 500 points.
Il y a 1 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « nombre d'apiculteurs ».
L'axe horizontal s'intitule « Région ».
Le titre de la série 1 est « nombre d'apiculteurs au Canada, selon la région ».
La valeur minimale est 315 et ceci correspond à « Québec ».
La valeur maximale est 2 562 et ceci correspond à « Ontario ».

Nombre d'apiculteurs au Canada, selon la région, 2015
Région Nombre d'apiculteurs
Région de l'Atlantique 731
Québec 315
Ontario 2 562
Manitoba 219
Saskatchewan 955
Alberta 1 000
Colombie- Britannique 2 363

Bien plus que le miel est en jeu

Bien que le miel soit le produit le plus connu des abeilles, il n'est pourtant pas le plus important du point de vue économique. Les abeilles jouent un rôle essentiel dans la pollinisation d'une grande variété de végétaux, notamment des fruits, des légumes et des cultures comme le canola.

Le canola était de loin la plus importante culture pollinisée par les abeilles en 2014, les ventes de cette culture dépassant 7,3 milliards de dollars. Le soya a suivi, les ventes atteignant un peu plus de 2,5 milliards de dollars. Le bleuet occupait la troisième place, enregistrant des ventes de 265 millions de dollars en 2014, suivi de la pomme (211 millions de dollars), de la canneberge (114 millions de dollars) et de la carotte (94 millions de dollars).

L'importance de l'abeille comme agent pollinisateur était l'une des raisons pour lesquelles l'Ontario et la Colombie-Britannique hébergeaient plus de la moitié (57 %) de l'ensemble des apiculteurs canadiens en 2015, alors que leur production de miel (13 millions de livres) représentait moins du sixième de celle des trois provinces des Prairies (78 millions de livres).

Graphique 3 : Nombre de colonies productrices de miel au Canada
Description du graphique 3

Le titre du graphique est « Graphique 3 ».
Ceci est un graphique linéaire simple.
Il y a au total 91 catégories sur l'axe horizontal. L'axe vertical débute à 250 000 et se termine à 750 000 avec des mesures à tous les 50 000 points.
Il y a 1 séries dans ce graphique.
L'axe vertical s'intitule « nombre de colonies ».
Les unités de l'axe horizontal sont des années de 1925 à 2015.
Le titre de la série 1 est « nombre de colonies productrices de miel au Canada ».
La valeur minimale est 307 490 survenue en 1926.
La valeur maximale est 721 106 survenue en 2015.

Graphique 3 Nombre de colonies productrices de miel au Canada
Année nombre de colonies
1925 309 400
1926 307 490
1927 323 750
1928 335 670
1929 345 880
1930 362 140
1931 350 500
1932 349 290
1933 328 210
1934 328 370
1935 356 958
1936 370 790
1937 386 360
1938 394 030
1939 405 960
1940 398 540
1941 409 740
1942 427 050
1943 449 650
1944 508 470
1945 522 530
1946 541 760
1947 588 700
1948 569 800
1949 473 450
1950 430 040
1951 406 340
1952 385 550
1953 341 300
1954 339 400
1955 323 600
1956 330 000
1957 325 700
1958 332 700
1959 330 700
1960 327 340
1961 336 910
1962 340 470
1963 360 060
1964 382 240
1965 413 030
1966 429 860
1967 445 070
1968 414 060
1969 419 060
1970 407 560
1971 401 420
1972 417 300
1973 437 910
1974 473 570
1975 508 450
1976 530 930
1977 546 490
1978 566 900
1979 577 200
1980 607 800
1981 633 500
1982 663 450
1983 684 850
1984 704 650
1985 693 600
1986 707 375
1987 698 780
1988 608 420
1989 544 290
1990 531 955
1991 498 780
1992 501 259
1993 502 656
1994 501 256
1995 520 982
1996 509 648
1997 519 988
1998 563 614
1999 588 824
2000 599 863
2001 602 328
2002 588 485
2003 563 330
2004 597 890
2005 615 541
2006 628 401
2007 589 254
2008 570 070
2009 592 120
2010 620 291
2011 637 920
2012 690 037
2013 667 397
2014 696 252
2015 721 106

Le miel aujourd'hui

La santé et l'avenir des abeilles domestiques au Canada ont suscité beaucoup de préoccupations. Cependant, les données les plus récentes montrent que la valeur du miel vendu par les producteurs canadiens en 2015 a augmenté de 10,9 % comparativement à l'année précédente, pour atteindre un sommet sans précédent de 232 millions de dollars. La production s'est accrue de 11,4 % pour atteindre 95,3 millions de livres, tandis que le nombre de colonies a augmenté de 3,6 % pour atteindre un sommet sans précédent de 721 106. Pendant cette même période, le nombre d'apiculteurs a baissé de 4,1 % pour atteindre 8 533 à l'échelle nationale, la majeure partie de cette baisse ayant été enregistrée en Ontario, où le nombre d'apiculteurs a diminué de 21,5 % pour atteindre 2 562.

Définitions

Apiculteur : Une personne, une famille ou une entreprise qui élève des abeilles, tout particulièrement comme moyen de subsistance.

Colonie productrice de miel : Une ruche d'abeilles domestiques qui est exploitée principalement pour la production du miel. La colonie peut aussi être utilisée à des fins de pollinisation.

Références

Katz, N. and A. Ragoo. 2013. Aperçu statistique de l'industrie du miel du Canada pour 2012. Agriculture et Agroalimentaire Canada.
Melhim, A., A. Weersink, Z. Daly et N. Bennett. 2010. Beekeeping in Canada: Honey and Pollination Outlook. University of Guelph. (en anglais seulement)

Personne-ressource

Pour en savoir davantage sur les concepts, la méthodologie ou la qualité des données de cette publication, veuillez communiquer avec Duncan Currie (Duncan.Currie@canada.ca; 613-614-1587), Division des communications.

Date de modification :