Frais de scolarité universitaires

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Information archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Sujets connexes

Les étudiants canadiens qui se sont inscrits à temps plein à un programme de premier cycle ont payé en moyenne 4,3 % de plus cet automne en frais de scolarité pour l'année universitaire 2011-2012 qu'ils ne l'ont fait un an plus tôt. Cela fait suite à une hausse de 4,0 % enregistrée en 2010-2011.

Les étudiants de premier cycle ont payé en moyenne 5 366 $ en frais de scolarité en 2011-2012, comparativement à 5 146 $ l'année précédente.

À titre de comparaison, l'inflation telle que mesurée par l'Indice des prix à la consommation était de 2,7 % entre juillet 2010 et juillet 2011.

Les frais de scolarité ont augmenté dans toutes les provinces, à l'exception de Terre-Neuve-et-Labrador, où ils sont gelés depuis 2003-2004.

Ailleurs au pays, les hausses ont varié entre 1,4 % au Manitoba et 5,1 % en Ontario. Le New-Brunswick a connu une augmentation de 3,6 % de ses frais de scolarité en 2011-2012, ce qui a mis fin à une période de trois ans de gel. Les frais de scolarité ont augmenté de 4,3 % en Nouvelle-Écosse, après trois ans de baisse.

En moyenne, les étudiants de premier cycle de l'Ontario ont payé les frais de scolarité les plus élevés au Canada, soit 6 640 $. Ceux du Nouveau-Brunswick ont suivi, ayant déboursé en moyenne 5 853 $.

Note aux lecteurs

Les données figurant dans le présent communiqué ont été recueillies dans le cadre de l'enquête sur les Frais de scolarité et de subsistance des étudiants à temps plein dans les universités et les collèges du Canada qui confèrent des grades. Cette enquête a été menée entre avril et juillet 2011 et elle a porté sur l'année universitaire 2011-2012.

Il faut noter que les frais de scolarité sont en général assujettis aux politiques provinciales réglementant leurs augmentations. Cependant, certains programmes peuvent être exclus de ces politiques, ce qui peut se traduire par des augmentations supérieures aux limites provinciales.

Les moyennes nationales et provinciales des frais de scolarité sont pondérées à l'aide des données d'inscriptions correspondantes les plus récentes disponibles, soit 2008 dans le cas présent. Lorsque le nombre d'étudiants inscrits dans un programme donné n'est pas connu, ce programme est exclu du calcul de la moyenne. Les mêmes nombres d'étudiants sont utilisés pour la pondération des deux années (2010-2011 et 2011-2012), permettant ainsi de ne considérer que les changements observés dans les frais de scolarité.

Les programmes de maîtrise en administration des affaires ont été exclus du calcul des moyennes pondérées nationales et provinciales de façon à éliminer les répercussions des coûts plus élevés de ces programmes sur la moyenne globale des frais de scolarité. Les programmes de résidence en médecine, en médecine dentaire et en médecine vétérinaire offerts par les hôpitaux universitaires et les établissements similaires pouvant mener à une attestation dans un domaine spécialisé sont exclus.

Pour le Québec, depuis 1998-1999, et la Nouvelle-Écosse, depuis 2007-2008, les calculs des moyennes pondérées tiennent compte de la différence entre les frais de scolarité exigés pour les étudiants de la province et ceux exigés pour les étudiants de l'extérieur de la province.

Toute comparaison dans le temps à long terme doit être effectuée avec précaution étant donné que la répartition du nombre d'inscriptions dans les différents programmes d'étude peut varier d'une période à l'autre.

Les données du présent communiqué ne tiennent compte ni de l'aide financière ni des crédits d'impôt accordés aux étudiants. Les frais de scolarité et les frais supplémentaires obligatoires ne représentent qu'une partie des dépenses totales qu'exige une formation universitaire.

Les étudiants de premier cycle du Québec et de Terre-Neuve-et-Labrador continuent d'avoir les frais de scolarité les moins élevés, ayant enregistré des moyennes respectives de 2 519 $ et de 2 649 $.

Augmentation des frais pour les étudiants canadiens des deuxième et troisième cycles

À l'échelle nationale, les étudiants inscrits à un programme de deuxième ou de troisième cycle ont payé en moyenne 5 599 $ en frais de scolarité en 2011-2012, en hausse de 3,7 %.

Les frais de scolarité des étudiants de deuxième et troisième cycles ont augmenté dans l'ensemble des provinces, à l'exception de Terre-Neuve-et-Labrador. Les hausses ont varié entre 0,1 % en Alberta et 5,5 % en Ontario.

La Nouvelle-Écosse a affiché une augmentation de 2,4 % des frais de scolarité en 2011-2012, après avoir connu une baisse de 4,6 % l'année précédente.

C'est en Ontario que les frais de scolarité des étudiants de deuxième et troisième cycles étaient les plus élevés (7 578 $), suivi de la Nouvelle-Écosse (7 326 $) et de la Colombie-Britannique (7 303 $).

Les frais de scolarité moyens des étudiants canadiens en dentisterie demeurent encore les plus élevés du premier cycle

Comme cela a été le cas lors des trois années précédentes, les étudiants inscrits au premier cycle en dentisterie ont payé en moyenne les frais de scolarité les plus élevés du premier cycle (16 024 $) en 2011-2012, suivis des étudiants inscrits en médecine (11 345 $) et en pharmacie (9 806 $).

Les étudiants du premier cycle inscrits en pharmacie ont connu la plus forte augmentation de leurs frais de scolarité (+8,8 %). Ceux du programme de dentisterie ainsi que ceux du programme de droit, professions connexes et études du droit suivaient (+6,4 %), alors que les étudiants inscrits dans les autres disciplines ont enregistré des hausses de frais variant entre 3,1 % en éducation et 6,0 % pour le programme commerce, gestion et administration publique. Dans le cas des arts visuels et d'interprétation et technologie des communications, les frais ont connu une baisse de 0,4 %.

Les maîtrises en administration des affaires sont les programmes de deuxième et troisième cycles les plus coûteux

Aux deuxième et troisième cycles, les programmes de maîtrise en administration des affaires (MBA) pour cadres (37 501 $) et réguliers (21 528 $) ont été les plus coûteux en ce qui a trait aux frais scolarité.

Parmi tous les programmes de deuxième et de troisième cycles, deux programmes ont affiché une baisse de leurs frais de scolarité à l'échelle nationale, soit celui des arts visuels et d'interprétation et technologie des communications (-4,4 %) ainsi que le programme de médecine vétérinaire (-0,1 %).

Les augmentations les plus élevées se sont produites dans les programmes de droit, professions connexes et études du droit (+20,7 %) et de MBA régulier (+5,9 %).

Les étudiants étrangers du premier cycle connaissent une augmentation similaire à celle de leurs homologues canadiens

À l'échelle nationale, les frais de scolarité moyens pour les étudiants étrangers du premier cycle ont augmenté de 4,3 % pour atteindre 17 571 $ en 2011-2012, comparativement à une hausse de 5,2 % en 2010-2011.

L'augmentation des frais de scolarité pour les étudiants étrangers du premier cycle était identique à la hausse de 4,3 % observée chez leurs homologues canadiens.

L'Ontario (+6,1 %) a enregistré la plus forte hausse des frais de scolarité des étudiants étrangers de premier cycle, alors que Terre-Neuve-et-Labrador n'a connu aucune variation à ce chapitre.

Les frais de scolarité moyens des étudiants étrangers inscrits à temps plein dans un programme de deuxième ou troisième cycle se sont accrus de 1,1 % pour atteindre 12 802 $. En comparaison, les frais de leurs homologues canadiens ont progressé de 3,7 %.

Les frais des étudiants étrangers inscrits à temps plein dans un programme de deuxième ou troisième cycle ont augmenté dans sept provinces, la Saskatchewan (+11,0 %) et l'Île-du-Prince-Édouard (+6,0 %) étant arrivées en tête. Parallèlement, les étudiants étrangers inscrits à temps plein dans un programme de deuxième et troisième cycles ont connu une baisse de leurs frais de scolarité au Québec (-2,4 %) et en Colombie-Britannique (-0,5 %). À Terre-Neuve-et-Labrador, leurs frais de scolarité étaient inchangés.

Les frais supplémentaires obligatoires sont à la hausse

À l'échelle nationale, les frais supplémentaires obligatoires des étudiants canadiens inscrits au premier cycle ont augmenté de 5,5 % en 2011-2012 par rapport à l'année précédente. En moyenne, ces étudiants ont payé 820 $ en frais supplémentaires obligatoires, en hausse comparativement à 777 $ l'année précédente.

En 2011-2012, les frais supplémentaires obligatoires des étudiants inscrits au premier cycle ont varié entre 212 $ à Terre-Neuve-et-Labrador et 1 399 $ en Alberta. Les frais obligatoires des étudiants inscrits aux deuxième et troisième cycles ont varié entre 229 $ et 1 133 $ respectivement pour les mêmes provinces.

Le Nouveau-Brunswick a affiché l'augmentation la plus marquée des frais supplémentaires obligatoires pour les étudiants inscrits au premier cycle (+21,5 % pour s'établir à 430 $) ainsi que pour les étudiants inscrits aux deuxième et troisième cycles (+17,6 % pour s'établir à 475 $). Par ailleurs, la Nouvelle-Écosse est la seule province à avoir connu une baisse des frais obligatoires pour les étudiants des deuxième et troisième cycles (-7,5 %).

Le groupe de services compris dans les frais supplémentaires obligatoires varie d'un établissement à l'autre et peut changer au fil du temps. Il comprend généralement les frais pour les activités sportives, les services de santé offerts aux étudiants, les associations étudiantes ainsi que les autres frais s'appliquant aux étudiants canadiens inscrits à temps plein.

Depuis 2010-2011, les frais «partiellement» obligatoires tels que l'assurance-maladie et l'assurance dentaire auxquels l'étudiant peut renoncer s'il prouve qu'il a une autre couverture comparable ne sont pas compris dans le calcul des moyennes pondérées des frais obligatoires.

Définitions, source de données et méthodes : numéro d'enquête 3123.

Pour obtenir plus de renseignements, pour commander des données ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec les Services à la clientèle au 613-951-7608 ou composez sans frais le 1-800-307-3382 (educationstats@statcan.gc.ca), Division du tourisme et du Centre de la statistique de l'éducation. Télécopieur : 613-951-4441.