Coup d’oeil sur la santé

Tendances de l’allaitement au Canada

Statistique Canada, no 82-624-X
par Linda Gionet


Début de l'encadré

Faits saillants

  • La majorité des mères, 89 %, allaitaient leur bébé en 2011-2012, ce qui représente une légère hausse par rapport à 2003 (85%).
  • Le nombre de mères ayant allaité exclusivement pendant six mois (ou plus) a augmenté, passant de 17 % en 2003 à 26 % en 2011-2012.
  • En 2011-2012, les mères qui ont allaité exclusivement pendant six mois (ou plus) avaient tendance à être minimalement dans la trentaine et à posséder un titre d’études postsecondaires.
  • En 2011-2012, les raisons les plus fréquemment citées pour justifier l’interruption de l’allaitement avant six mois étaient « pas assez de lait maternel » et « difficulté à appliquer les techniques d’allaitement ».

Fin de l'encadré

L’importance de l’allaitement pour le bébé et la mère est bien reconnueNote 1,2. Le lait maternel est une forme de nutrition sur mesure, qui change au fur et à mesure que le bébé grandit et qui est plus facile à digérer que la préparation pour nourrissons. L’allaitement aide à protéger le bébé contre plusieurs maladies infectieuses de la petite enfance ainsi que le syndrome de mort subite du nourrisson, et peut aussi avoir un effet protecteur contre l’obésitéNote 3-6. Dans le cas des mères, l’allaitement peut contribuer à leur faire perdre du poids et à retarder leurs menstruations après la grossesse. Il peut réduire le risque de maladies chroniques, comme les cancers de l’ovaire et du seinNote 7-9.

Pour les nourrissons nés à terme et en santé, l’allaitement exclusif pendant les six premiers mois est recommandé par l’Organisation mondiale de la santé, Santé Canada, la Société canadienne de pédiatrie, Les diététistes du Canada et l’Agence de la santé publique du Canada. Vers l’âge de six mois, ils recommandent aussi l’introduction d’aliments complémentaires et la poursuite de l’allaitement pendant deux années ou plusNote 10,11.

Le présent article fournit les plus récentes données sur l’allaitement provenant de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC)Note 12. Il fait ressortir aussi les caractéristiques des mères qui allaitent et quelques défis auxquels elles font face au chapitre de l’allaitement. Aux fins de l’article, les « mères » désignent les femmes de 15 à 55 ans qui ont eu un enfant au cours des cinq années précédant l’enquête.

Début de l'encadré

L’allaitement exclusif est la pratique consistant à nourrir un bébé exclusivement de lait maternel et sans qu’il ne reçoive aucun autre liquide ou aliment solideNote 13.

Fin de l'encadré

La plupart des femmes allaitent leur bébé tôt après la naissance

En 2011-2012, 89 % des femmes canadiennes ont commencé à allaiter tôt après la naissance de leur enfant, ce qui représente une légère hausse par rapport au pourcentage de 85 % enregistré en 2003Note 14. Le taux était plus élevé au Canada qu’aux États-Unis (77 %)Note 15,16, mais plus faible qu’en Norvège (95 %)Note 17,18 et qu’en Australie (92 %)Note 19,20.

Parmi les provinces et les territoires canadiens, les taux d’allaitement variaient considérablement, allant de 57 % à Terre-Neuve-et-Labrador à 96 % dans des régions comme la Colombie-Britannique et le Yukon en 2011-2012. Ces taux ont peu changé par rapport à 2003, sauf au Québec où ils sont passés de 76 % à 89 %.

Les 11 % de mères qui n’allaitaient pas avaient tendance à être plus jeunes et à avoir un niveau de scolarité moins élevé et étaient plus susceptibles d’être célibataires que celles qui ont commencé à allaiterNote 21. Deux des principales raisons justifiant le fait de ne pas allaiter étaient que l’allaitement au biberon était plus facile (25 %), et l’état de santé de la mère ou de l’enfant (23 %).

Début de l'encadré

Les mères au Canada

Les données les plus récentes de la statistique de l’état civil révèlent que les mères canadiennes étaient plus susceptibles d’avoir des enfants à un âge plus avancé qu’il y a 10 ans. En 2011, le groupe d’âge présentant le pourcentage le plus élevé de femmes ayant donné naissance, était celui des 30 à 34 ans. En comparaison, en 2001, c’était le groupe d’âge des 25 à 29 ans qui a enregistré la plus forte proportion à cet égard.

Dans certaines régions, l’âge auquel les femmes ont eu des enfants était plus jeune, notamment au Nouveau-Brunswick, aux provinces des Prairies, aux Territoires du Nord-Ouest et au NunavutNote 22.

Fin de l'encadré


Un plus grand nombre de femmes ont allaité exclusivement pendant six mois

Santé Canada et ses partenaires encouragent les mères à allaiter exclusivement leurs nourrissons pendant les six premiers mois. Avant 2004, la recommandation était de le faire pendant les quatre à six premiers moisNote 23. En 2011-2012, 26 % des mères au Canada ont allaité exclusivement pendant six mois (ou plus), en hausse par rapport au pourcentage de 17 % enregistré en 2003. Entre-temps, plus de la moitié des mères ont allaité exclusivement pendant quatre mois (ou plus); soit une hausse par rapport au pourcentage de 42 % en 2003. (Graphique 1)

Caractéristiques des mères qui allaitaient exclusivement

La présente section compare l’âge et le niveau de scolarité et l’état matrimonial des mères qui :

  • ont allaité exclusivement pendant six mois (ou plus),
  • celles qui ont allaité (partiellement ou exclusivement) pendant moins de six mois,
  • et celles qui n’ont pas allaitéNote 24.

Environ 77 % des mères qui ont allaité exclusivement pendant six mois (ou plus) avaient 30 ans et plus. (Graphique 2) En outre, dans ce groupe d’âge, on comptait 60 % des mères qui ont allaité pendant moins de six mois (partiellement et exclusivement), et 58 % de celles qui n’ont pas allaité.

En 2011-2012, 76 % des mères qui ont allaité exclusivement pendant six mois (ou plus) possédaient un titre d’études postsecondaire comparativement à 65 % de toutes les mères qui ont allaité pendant moins de six mois (partiellement et exclusivement), et à 52 % de celles qui n’ont pas allaité. D’autres recherches canadiennes ont aussi démontré que les taux d’allaitement augmentaient avec l’âge et le niveau de scolarité de la mèreNote 25.

En 2011-2012, 91 % des mères qui allaitaient exclusivement, pendant six mois ou plus, étaient mariées ou vivaient en union libre, comparativement à 70 % des mères qui n’allaitaient pas.

La Colombie-Britannique avait le taux le plus élevé d'allaitement exclusif

Au Canada, les mères de la Colombie-Britannique affichaient le taux le plus élevé d’allaitement exclusif pendant six mois (ou plus) en 2011-2012.

La plupart des provinces ont enregistré des hausses des taux d’allaitement exclusif de 2003 à 2011-2012. La Colombie-Britannique a affiché la hausse la plus élevée au cours de cette période, soit une augmentation pour passer de 28 % en 2003 à 41 % en 2011-2012. (Graphique 3)


Début de l'encadré

Suppléments de vitamine D

Santé Canada et d’autres organisations nationales de la santé recommandent que tous les nourrissons qui sont nourris au lait maternel reçoivent un supplément vitaminique contenant de la vitamine DNote 26. Sans supplément, les réserves de vitamine D de ces nourrissons peuvent s’épuiserNote 27.

En 2011-2012, 79 % des bébés qui étaient nourris uniquement au lait maternel ont reçu de la vitamine D. Parmi les nourrissons qui ont reçu un supplément de vitamine D, la majorité d’entre eux l’a pris quotidiennement, 67%.

Fin de l'encadré

Pourquoi les femmes ont-elles arrêté d’allaiter

Dans le cadre de l’ESCC, on a demandé aussi aux femmes pourquoi elles avaient cessé d’allaiter. Parmi les mères qui ont tenté d’allaiter, peu importe la durée, les raisons les plus déclarées de l’interruption étaient : pas suffisamment de lait maternel, 26 %, et que l’enfant est prêt pour des aliments solides, 18 %, en 2011-2012.

« Pas assez de lait maternel » était la principale raison de l’interruption de l’allaitement pour les résultats de 2003 et ceux de 2011-2012. Cependant, Il y avait des changements parmi certaines raisons de l’interruption de l’allaitement. Par exemple, 14 % des mères en 2003 ont declaré que « Est retournée au travail/à l’école » comparé à 10 % en 2011-2012. Les congés parentaux rémunérés avec protection de l’emploi ont été élargis dans la plupart des provinces pour passer de six mois à un an en 2001Note 28. Ce changement peut avoir permis à quelques mères d’allaiter plus longtemps à la maisonNote 29,30.

Début de l'encadré

Soutien de l’allaitement

Selon l’Enquête sur les expériences de la maternité au Canada, la majorité des femmes au Canada ont accouché dans un hôpital ou une clinique et ont reçu de l’aide d’un fournisseur de soins de santé lorsqu’elles ont commencé à allaiterNote 31.

Selon une enquête nationale auprès des hôpitaux canadiens, 85 % avaient des politiques d’allaitement, et 68 % ont fourni de l’information sur le soutien à l’allaitement. En 2007, 39 % des infirmières et 9 % des autres professionnels de la santé ont reçu de la formation relativement à l’allaitementNote 32,33.

Fin de l'encadré

Mères qui ont cessé d’allaiter avant la fin de la période de six mois

Parmi les mères qui ont allaité pendant moins de six mois, environ 44 % ont arrêté parce qu’elles croyaient qu’elles n’avaient pas suffisamment de lait maternel, tandis que 18 % ont cité la difficulté à appliquer les techniques d’allaitement. Outre les techniques inappropriées de prise du sein ou d’allaitement, l’insuffisance de lait peut être associée à l’introduction trop précoce d’autres aliments dans l’alimentation des bébés allaités. Les bébés qui consomment d’autres liquides et des aliments solides ont tendance à moins boire, ce qui a pour effet de réduire la production de lait des mèresNote 34.

Selon l’ESCC, l’état de santé de la mère ou de l’enfant, 9 %, venait au troisième rang en importance parmi les raisons indiquées pour cesser d’allaiter avant la fin de la période de six mois. Quelques maladies ou médicaments peuvent empêcher la mère d’allaiterNote 35. Néanmoins, il y a des cas où les mères, qui font face à des défis particuliers, pourraient profiter du soutien d’allaitement adaptéNote 36-38.

Ajout de liquides et d’aliments solides

Même s’il est recommandé que les nourrissons allaités ne reçoivent que du lait maternel pendant les six premiers mois, une proportion de mères a donné à leurs nourrissons allaités d’autres liquides et des aliments solides avant la fin de la période de six moisNote 39. (Graphique 4)

Parmi toutes les mères qui ont tenté d’allaiter, 45 % ont ajouté d’autres liquides à l’alimentation de leurs nourrissons lorsqu’ils avaient trois mois ou moins, et 13 %, entre quatre et cinq moisNote 40.

En ce qui a trait aux aliments solides, 11 % des nourrissons en ont consommé lorsqu’ils avaient trois mois ou moins, et 32 %, entre quatre et cinq mois. Plus de la moitié, 57 %, ont consommé des aliments solides à la fin de la période de six mois (ou plus tard).

Les principales raisons invoquées par toutes les mères qui allaitaient pour justifier l’introduction d’autres liquides et des aliments solides dans l’alimentation de leur bébé étaient : « l’enfant est prêt pour les aliments solides », 44 %, et « pas assez de lait maternel », 23 %.

Résumé

La majorité des mères canadiennes ont allaité leur bébé. Une mère sur quatre a allaité exclusivement pendant six mois (ou plus), ce qui représente une hausse par rapport au taux présent 10 ans plus tôt.

La principale raison pour laquelle les femmes ont cessé d’allaiter était qu’elles n’avaient « pas assez de lait maternel », même si l’insuffisance de lait maternel est un problème médical rare. De nombreuses mères ont déclaré avoir introduit d’autres liquides et des aliments solides dans l’alimentation de leur bébé avant la fin de la période de six mois, une pratique qui peut entraîner l’interruption de la production de lait maternel.

Des efforts ont été déployés pour promouvoir et appuyer l’allaitement naturel au CanadaNote 41. D’autres recherches sont toutefois nécessaires pour explorer les défis auxquels font face les mères qui allaitent.



Linda Gionet est analyste à la Division de la statistique de la santé.

L’auteur souhaite remercier Teresa Janz et Brenda Wannell pour leur contribution.


Notes

  1. Voir Société canadienne de pédiatrie, 2012.
  2. Voir Horta, 2007.
  3. Voir Heinig 2001.
  4. Voir Duijts 2010.
  5. Voir Hauk 2011.
  6. Voir Arenz 2004.
  7. Voir Kramer 2002.
  8. Voir Rosenblatt 1993.
  9. Voir Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer, 2002.
  10. Voir Organisation mondiale de la santé, 2003.
  11. Voir Santé Canada (la nutrition), 2012.
  12. Les dernières données de l’ESCC sont fondées sur 130 000 réponses recueillies sur deux ans, soit 2011 et 2012. Les données de 2003 ont été fondées sur 130 000 réponses recueillies sur 12 mois.
  13. Les nourrissons qui sont allaités exclusivement peuvent toutefois recevoir des suppléments de vitamines et de minéraux ou certains médicaments sous forme de gouttes ou de sirop. On peut aussi leur donner une solution réhydratation orale au besoin. Voir Organisation mondiale de la santé, 2008.
  14. Voir Statistique Canada, 2013.
  15. Voir Centers for Disease Control and Prevention, 2009.
  16. Le taux d’allaitement maternel aux États-Unis est fondé sur une enquête auprès des ménages ayant des enfants de 19 à 35 mois, dans le cadre de laquelle on a demandé si ces enfants avaient déjà été allaités ou nourris au lait maternel. 
  17. Les données sur l’allaitement maternel de la Norvège sont fondées sur une enquête de 2008 auprès d’un échantillon national de 3 000 nourrissons de six mois concernant la nutrition des nourrissons. Le taux de 95 % se rapporte aux femmes qui ont allaité leur nourrisson pendant au moins quatre semaines.
  18. Voir NHMRC Clinical Trials Centre, 2011.
  19. Les données sur l’allaitement maternel pour l’Australie sont fondées sur les enfants de 0 à 3 ans qui ont été nourris au lait maternel.
  20. Voir Australian Bureau of Statistics, 2011-2012.
  21. En 2011-2012, 14 % des mères qui n’allaitaient pas avaient de 15 à 24 ans, comparativement à 8 % de celles qui allaitaient. Les mères qui allaitaient étaient plus susceptibles à posséder un titre d’études postsecondaire que celles qui n’allaitaient pas (74 % comparativement à 52 %). Les mères qui n’allaitaient pas étaient près de deux fois plus susceptibles d’être célibataires que celles qui allaitaient (22 % comparativement à 10 %).
  22. Voir Statistique Canada, 2012.
  23. Voir Santé Canada (Tendances), 2012.
  24. Les tailles d’échantillon étaient trop petites pour comparer les mères qui ont allaité exclusivement pendant six mois (ou plus) et celles qui ont allaité exclusivement pendant cinq mois ou moins, selon l'état matrimonial. Par conséquent, ce dernier groupe a été élargi, afin d’englober les mères qui ont allaité tant partiellement qu’exclusivement.
  25. Voir l’Agence de la santé publique du Canada, (Ce que disent les mères), 2009.
  26. Voir Santé Canada (Vitamine D), 2012.
  27. Voir Butte, 2002.
  28. Voir Marshall, 2003.
  29. Voir Baker, 2008.
  30. Les femmes qui ont répondu à la partie sur l’allaitement maternel du questionnaire de l’ESCC avaient eu un bébé au cours des cinq années précédentes. Les résultats à partir des données de l’ESCC de 2003 comprennent les femmes qui ont eu leur bébé avant le prolongement du congé parental rémunéré en 2001.
  31. Voir Agence de la santé publique du Canada (tableaux de données), 2009.
  32. Voir Agence de la santé publique du Canada, 2012.
  33. Dans le cadre de l’Initiative des amis des bébés du Canada, il est fortement recommandé que les fournisseurs de soins de santé qui donnent des soins liés directement à l’allaitement reçoivent au moins 20 heures de formation, y compris 3 heures de formation clinique supervisée. Voir le Comité canadien pour l’allaitement, 2011.
  34. Voir Gatti, 2008.
  35. Il s’agit notamment de la galactosémie, de l’infection au VIH, de lésions attribuables à l’herpès sur les deux seins, de la tuberculose infectieuse non traitée, et d’une maladie grave empêchant une mère de s’occuper de son nourrisson. L’utilisation par la mère de certains médicaments ou traitements peut aussi mettre fin à l’allaitement maternel ou l’interrompre. Voir Santé Canada (la nutrition), 2012.
  36. Voir Berg, 2012.
  37. Voir O’Brien, 2013.
  38. Voir Maia 2010.
  39. Pour la première fois, dans le cadre de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2011-2012, on a demandé aux mères quand elles avaient ajouté d’autres liquides à l’alimentation de leur bébé et une question distincte sur le moment où elles avaient ajouté des aliments solides. Auparavant, les données pour ces variables étaient recueillies à partir d’une seule question d’enquête. Dans le cadre de l’ESCC, les « autres liquides » sont définis comme le lait, les préparations lactées, l’eau, le jus, les infusions ou les mélanges à base de plantes, tandis que les « aliments solides » comprennent les céréales et la purée de viande, de légumes ou de fruits.
  40. Les données comprennent des bébés qui ont reçu d’autres liquides et des aliments solides pour compléter le lait maternel ou pour le remplacer.
  41. Voir le Comité canadien pour l’allaitement, 2012.

Informations reliées à cet article

Renseignements supplémentaires

  • Le tableau 105-0502 de CANSIM
  • Pour consulter des données et des supplémentaires au sujet de la santé des Canadiens et du système de soins de santé, visitez le module La santé au Canada. Ce module peut être consulté à partir de notre site Web, sous la rubrique En vedette.
Date de modification :