Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Expériences au chapitre de l'éducation et de l'emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : certains résultats de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012

Diffusion : 2013-11-25

De nouvelles données de l'Enquête auprès des peuples autochtones démontrent que 72 % des Premières Nations vivant hors réserve, 42 % des Inuit et 77 % des Métis âgés de 18 à 44 ans détenaient un diplôme d'études secondaires ou l'équivalent en 2012. Parmi ces finissants du secondaire, 14 % des Premières Nations vivant hors réserve, 15 % des Inuit et 9 % des Métis avaient quitté l'école au moins une fois avant d'y revenir et d'obtenir leur diplôme d'études secondaires.

Cette première diffusion de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 nous donne un aperçu des facteurs de persévérance et de décrochage scolaire, de l'incidence de l'éducation sur les expériences d'emploi, ainsi que des projets de poursuite des études chez les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis âgés de 18 à 44 ans.

Une analyse détaillée de ces sujets est offerte dans l'article « Expériences au chapitre de l'éducation et de l'emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : certains résultats de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 ».

Il est possible de visionner un vidéo offrant un bref aperçu des données de l'article précité.

Achèvement des études secondaires

L'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 indique que 72 % des Premières Nations vivant hors réserve, 42 % des Inuit et 77 % des Métis âgés de 18 à 44 ans détenaient un diplôme d'études secondaires ou l'équivalent. Ce groupe se définit comme étant des finissants. Ces chiffres sont similaires à ceux de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2006. Par comparaison, l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 nous révèle que 89 % des non-Autochtones avaient au moins un diplôme d'études secondaires.

Dans bien des cas, le décrochage ne signifiait pas nécessairement la fin des études. Chez les finissants, 14 % des Premières Nations vivant hors réserve, 15 % des Inuit et 9 % des Métis avaient quitté l'école au moins une fois avant d'y revenir et d'obtenir leur diplôme d'études secondaires. La principale raison invoquée par les finissants qui étaient retournés aux études était qu'ils « se sont rendu compte de la valeur des études et/ou voulaient un diplôme ».

Caractéristiques liées à l'achèvement des études secondaires

Un certain nombre de caractéristiques personnelles, familiales et scolaires étaient liées à l'achèvement des études secondaires chez les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis. Ainsi, comparativement aux personnes n'ayant pas terminé leurs études secondaires (décrocheurs), un pourcentage plus élevé de finissants ont déclaré avoir de bonnes notes et participer à des activités en dehors des heures d'école pendant leur dernière année scolaire.

Les finissants étaient aussi plus susceptibles que les décrocheurs de lire des livres. Chez les Premières Nations vivant hors réserve, un peu plus de la moitié des finissants (51 %) lisaient des livres quatre fois et plus par semaine dans leur dernière année d'études contre 43 % des décrocheurs. Chez les Inuit et les Métis, les pourcentages correspondants étaient de 43 % contre 24 % et de 47 % contre 36 %, respectivement.

Les finissants étaient aussi proportionnellement plus nombreux à déclarer avoir beaucoup d'amis proches qui valorisaient l'éducation. Ainsi, 77 % des finissants chez les Premières Nations vivant hors réserve, 69 % chez les Inuit et 81 % chez les Métis avaient de nombreux amis proches qui croyaient que l'obtention du diplôme d'études secondaires était très importante. Parmi les décrocheurs, les pourcentages correspondants étaient de 51 % chez les Premières Nations vivant hors réserve, 48 % chez les Inuit et 50 % chez les Métis.

Les finissants étaient également plus susceptibles que les décrocheurs de déclarer s'être senti en sécurité et heureux à l'école et avoir reçu du soutien du personnel scolaire dans leur dernière année d'école.

Pour ce qui est des caractéristiques familiales, des pourcentages plus élevés de finissants avaient un père et/ou une mère ayant au moins un diplôme d'études secondaires. En revanche, les décrocheurs risquaient davantage d'avoir vu un ou plusieurs de leurs frères et sœurs abandonner l'école. Chez les Premières Nations vivant hors réserve, par exemple, 68 % des décrocheurs contre 43 % des finissants avaient au moins un frère ou une sœur n'ayant pas terminé leurs études secondaires. Les pourcentages correspondants étaient de 81 % contre 54 % chez les Inuit et de 57 % contre 32 % chez les Métis.

Ces résultats concordent avec ce que l'on sait de la réussite scolaire dans la population en général.

Chez les hommes n'ayant pas terminé leurs études secondaires, les motifs de décrochage invoqués comprenaient notamment le désir de travailler, les problèmes d'argent, les difficultés à l'école et le manque d'intérêt. Chez les Premières Nations vivant hors réserve et les Métis, le quart des femmes n'ayant pas terminé leurs études secondaires ont déclaré avoir abandonné à cause d'une grossesse ou de la responsabilité d'un enfant. Le pourcentage correspondant était de 38 % chez les femmes inuites.

Études après l'école secondaire

L'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 indique également que 43 % des Premières Nations vivant hors réserve, 26 % des Inuit et 47 % des Métis âgés de 18 à 44 ans détenaient un titre d'études postsecondaires (certificat, diplôme ou grade au-delà du niveau secondaire). Ces chiffres sont comparables à ceux de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2006. Le pourcentage correspondant chez les non-Autochtones en 2011 était de 64 % d'après l'Enquête nationale auprès des ménages.

En général, les finissants du secondaire étaient plus susceptibles d'avoir complété des études postsecondaires. Néanmoins, 16 % des décrocheurs des Premières Nations vivant hors réserve, 12 % des décrocheurs Inuit et 16 % des décrocheurs métis avaient poursuivi leurs études et obtenu un certificat, diplôme ou grade au niveau postsecondaire.

Beaucoup d'étudiants ont déménagé pour mener à terme leurs études postsecondaires. Environ 40 % des Premières Nations vivant hors réserve, 50 % des Inuit et 42 % des Métis détenant un titre d'études postsecondaires avaient déménagé pour poursuivre leur formation. Les étudiants ayant obtenu un grade universitaire étaient les plus susceptibles d'avoir déménagé.

Travail et revenu

Les adultes de 18 à 44 ans ayant terminé leurs études secondaires avaient plus de chances d'occuper un emploi que les non-diplômés. Chez les Premières Nations vivant hors réserve, 72 % des finissants avaient un emploi contre 47 % des décrocheurs. Les pourcentages correspondants étaient de 71 % contre 44 % chez les Inuit et de 80 % contre 61 % chez les Métis.

Bien que les hommes présentent habituellement des taux d'emploi supérieurs à ceux des femmes dans la population en général, tel n'était pas le cas pour les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis ayant terminé leurs études secondaires. Dans ces trois groupes, les finissantes avaient autant de chances d'occuper un emploi que les finissants.

Sur le plan des revenus, parmi les Premières Nations vivant hors réserve et les Métis, les fourchettes de revenu d'emploi médian étaient de 10 000 $ plus élevées chez les finissants que chez les décrocheurs. Parmi les Inuit, la différence de revenu d'emploi médian entre finissants et décrocheurs s'établissait à 20 000 $.

Projets de poursuite des études

Environ 6 personnes sur 10 parmi les Premières Nations vivant hors réserve (65 %), les Métis (59 %) et les Inuit (55 %) ont déclaré qu'elles retourneraient à l'école afin de poursuivre leur formation, les 18 à 24 ans étant plus susceptibles que les 25 à 44 ans d'envisager de poursuivre leurs études.

  Note aux lecteurs

Ceci est la première diffusion des données de l'Enquête auprès des peuples autochtones (EAPA) de 2012. Il s'agit d'une enquête nationale menée auprès des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis âgés de 6 ans et plus. L'EAPA de 2012 représente le quatrième cycle de cette enquête et porte principalement sur l'éducation, l'emploi et la santé. On y a aussi recueilli des données sur la langue, le revenu, le logement et la mobilité.

Dans l'article « Expériences au chapitre de l'éducation et de l'emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : certains résultats de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 », on décrit les parcours scolaires, les expériences en matière d'éducation et l'emploi actuel des finissants et des décrocheurs de l'école secondaire âgés de 18 à 44 ans. On y analyse notamment les expériences personnelles, familiales et scolaires au cours de la dernière année d'école, les profils d'études postsecondaires et certaines caractéristiques des travailleurs, des chômeurs et des inactifs. De plus, l'article traite des obstacles à la poursuite des études ou de la formation. Les données sont présentées séparément pour les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis âgés de 18 à 44 ans qui ne fréquentaient pas l'école secondaire au moment de la collecte des données.

D'autres produits de l'EAPA de 2012 seront diffusés. Il y aura notamment des tableaux de données supplémentaires et des fichiers de microdonnées, ainsi que des documents d'analyse sur la santé des Inuit, la situation d'emploi des Métis et les expériences au chapitre de l'éducation des enfants et des jeunes des Premières Nations vivant hors réserve.

L'article « Expériences au chapitre de l'éducation et de l'emploi des Premières Nations vivant hors réserve, des Inuit et des Métis : certains résultats de l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012» de la publication Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 (Numéro au catalogue89-653-X) est maintenant accessible à partir du module Parcourir par ressource clé de notre site Web sous Publications.

Le produit « Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 : Guide des concepts et méthodes », qui fait partie de la publication Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 (Numéro au catalogue89-653-X), paraîtra prochainement. Ce guide vise à aider les utilisateurs en les renseignant sur la teneur et les concepts de l'enquête, le plan d'échantillonnage, les méthodes de collecte, le traitement, la pondération et la qualité des données ainsi que les produits offerts.

On peut se procurer un ensemble de tableaux de données à l'appui de l'article diffusé aujourd'hui. Ces tableaux livrent des données nationales sur tous les thèmes abordés pour les Premières Nations vivant hors réserve, les Inuit et les Métis de 18 à 44 ans. Certains tableaux sont également disponibles pour certaines régions canadiennes.

Pour commander des données, obtenir plus de renseignements ou pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), communiquez avec la Division de la statistique sociale et autochtone (sasd-dssea@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au 613-951-4636 (ligneinfomedias@statcan.gc.ca).

Date de modification :