Le Quotidien
|
 En manchette  Indicateurs  Communiqués par sujets
 Sujets d'intérêt  Calendrier de diffusion  Information

Produit intérieur brut par industrie : provinces et territoires, 2015

Diffusion : 2016-05-12

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Canada

2015

0,9 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.-N-L.

2015

-2,2 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Î.-P.-É.

2015

1,5 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-É.

2015

0,8 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – N.-B.

2015

1,9 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Qc

2015

1,1 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Ont.

2015

2,5 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Man.

2015

2,3 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Sask.

2015

-1,4 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Alb.

2015

-4,0 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – C.-B.

2015

3,0 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Yn

2015

-3,8 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – T.N.-O.

2015

2,5 % 

(variation annuelle)

Produit intérieur brut réel annuel par industrie – Nt

2015

-0,3 % 

(variation annuelle)

Le produit intérieur brut (PIB) réel par industrie a augmenté dans sept provinces et dans les Territoires du Nord-Ouest en 2015. Le PIB a diminué en Alberta, à Terre-Neuve-et-Labrador, en Saskatchewan, au Yukon et au Nunavut, principalement en raison des répercussions des prix plus faibles du pétrole et des métaux. À l'échelle du pays, le PIB réel par industrie a connu une hausse de 0,9 % en 2015.

La Colombie-Britannique est arrivée en tête des provinces, le taux de croissance de son PIB s'établissant à 3,0 %. La baisse la plus marquée du PIB parmi les provinces a été notée en Alberta (-4,0 %).

Graphique 1  Graphique 1 : Produit intérieur brut réel, 2015
Produit intérieur brut réel, 2015

Provinces de l'Atlantique

À Terre-Neuve-et-Labrador, le PIB a connu une baisse de 2,2 % en 2015, après avoir enregistré un recul de 2,3 % en 2014. La production de biens a régressé de 6,1 %, principalement en raison d'une baisse significative dans l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques. Les prix plus faibles du pétrole ont contribué à une diminution prononcée des travaux de génie liés au pétrole et au gaz et à une forte baisse des activités de soutien à l'extraction de pétrole et de gaz. L'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc a également diminué. Par contre, l'extraction de minerais de fer a augmenté de façon significative, en partie grâce à une capacité de production accrue et à une reprise à la suite de problèmes de production liés aux conditions météorologiques en 2014.

La construction a connu une baisse de 7,3 %, à la suite des reculs affichés dans la construction résidentielle et non résidentielle et dans les travaux de génie. Toutefois, les travaux de génie liés à l'énergie électrique ont progressé en raison de la poursuite des travaux liés à un projet majeur. Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont augmenté. La fabrication a connu une hausse de 5,1 %, laquelle a été principalement attribuable au rebond des activités de raffinage des produits pétroliers, à une hausse de la production provenant d'une nouvelle usine de fonte et d'affinage de métaux non ferreux et, dans une moindre mesure, à la hausse dans l'industrie de préparation et conditionnement de poissons et de fruits de mer.

Les industries de services ont connu une hausse de 1,3 %, alors que les augmentations dans les administrations publiques, dans la finance et les assurances et dans le commerce de détail ont plus que contrebalancé les baisses dans l'industrie de l'information et l'industrie culturelle ainsi que dans les services professionnels, scientifiques et techniques.

À l'Île-du-Prince-Édouard, le PIB a augmenté de 1,5 % en 2015, après avoir enregistré une hausse similaire en 2014. La construction a progressé de 2,5 % alors que la hausse des travaux de génie liés à la réfection des ponts et autoroutes a été partiellement contrebalancée par une baisse de la construction non résidentielle. La construction résidentielle a augmenté de 4,0 %. La pêche, la chasse et le piégeage ont progressé de 5,1 %, en raison d'une bonne saison de pêche au homard. Par contre, les cultures agricoles ont connu une baisse de 1,6 % en raison des conditions de sécheresse observées pendant la phase de croissance. La fabrication a connu une hausse de 0,9 %, les hausses enregistrées par les produits pharmaceutiques et les médicaments ainsi que les machines industrielles ayant été principalement contrebalancées par une baisse dans les aliments à la suite de la fermeture d'une importante usine.

La production des services a connu une croissance de 1,4 %. Tant le commerce de détail que le commerce de gros ont contribué à la croissance. La vigueur du marché de la revente de maisons a contribué à une production accrue dans les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers, ainsi que dans les sociétés d'assurance. Les bailleurs de biens immobiliers ont aussi connu une hausse. Les industries liées au tourisme ont également contribué à la croissance, à la suite d'une saison record alimentée par la faiblesse de la valeur du dollar canadien.

Le PIB de la Nouvelle-Écosse a augmenté de 0,8 % en 2015, après avoir connu une hausse de 0,7 % en 2014. La fabrication a crû de 3,7 %, menée par la construction de navires et d'embarcations alors que le nouveau projet de navire de patrouille extracôtier/de l'Arctique a progressé. La production dans la préparation de poissons et de fruits de mer a aussi augmenté, tandis que celle des produits pharmaceutiques et des médicaments a diminué. La pêche, la chasse et le piégeage ont connu une augmentation de 5,6 %. L'élevage a augmenté de 20 %, des hausses ayant été enregistrées dans l'aquaculture et les fermes d'animaux à fourrure.

La construction a connu une baisse de 2,6 %, principalement en raison du recul de 30 % des travaux de génie, des diminutions significatives ayant été enregistrées dans les travaux de génie liés à l'énergie électrique et au pétrole et au gaz. Toutefois, la construction non résidentielle a progressé de 8,8 %, en partie en raison des travaux en cours liés à un nouvel hôtel et à un centre de convention. La construction résidentielle a crû de 4,8 %, sous l'effet de la forte croissance des immeubles d'appartements. La production du secteur de l'énergie a diminué de 9,0 %. Une baisse marquée de l'extraction de gaz naturel, attribuable à des difficultés de production, a plus que contrebalancé une importante hausse de l'activité d'exploration pétrolière et gazière. Le transport par pipeline a aussi contribué au recul.

Les industries de services ont connu une hausse de 0,9 %, la production accrue du commerce de détail, de l'administration publique provinciale, des services bancaires, des services de transports et du commerce de gros a été en partie contrebalancée par les baisses dans l'administration publique fédérale et les services de défense ainsi que les services administratifs et de soutien.

Au Nouveau-Brunswick, le PIB a augmenté de 1,9 % en 2015, son meilleur taux de croissance depuis 2010. Ce taux de croissance a fait suite à une diminution de 0,3 % en 2014. Les industries productrices de biens ont connu une hausse de 4,6 %, tandis que la production des services a progressé de 1,0 %. La fabrication a augmenté de 4,3 %, menée par la reprise de la production des produits pétroliers raffinés à la suite de travaux d'entretien en 2014. Une plus forte demande à l'exportation a contribué à la croissance soutenue de produits en bois, de la première transformation des métaux, de produits du papier ainsi que d'aliments.

L'extraction minière et l'exploitation en carrière ont augmenté, à la suite de la réouverture d'une mine de minerais métalliques et d'une extraction accrue de potasse. La construction a augmenté de 2,3 %, principalement en raison de travaux de génie majeurs liés au pétrole et au gaz, tandis que la construction non résidentielle a diminué. La construction résidentielle a légèrement reculé de 0,5 %. La foresterie et l'exploitation forestière ont augmenté de 9,0 %, du fait d'une forte croissance des exportations. Les cultures agricoles ont augmenté de 10 %, en raison d'une bonne récolte de bleuets et d'une hausse de la production de pommes de terre. L'aquaculture a augmenté, principalement en raison d'une production accrue des fermes d'élevage de saumon.

Dans le secteur des services, les augmentations dans le commerce de détail et de gros, les services bancaires, les services de restauration et débits de boisson ainsi que la conception de systèmes informatiques et les services connexes ont été contrebalancés en partie par des baisses dans l'administration publique provinciale, les services administratifs et services de soutien ainsi que l'industrie de l'information et l'industrie culturelle.

Centre du Canada

Au Québec, le PIB a connu une croissance de 1,1 % en 2015, après une hausse de 1,4 % en 2014. Les industries de services ont augmenté de 1,3 %, du fait de la production accrue des services bancaires, de la conception de systèmes informatiques et les services connexes, des bailleurs de biens immobiliers, des services d'investissement financier et des services de transport. Les services de l'administration publique provinciale ont diminué de 3,0 %. Les services administratifs et de soutien ainsi que l'architecture, le génie et les services connexes ont aussi diminué.

Les industries productrices de biens ont connu une hausse de 0,6 %. L'extraction de minerais métalliques a affiché une croissance d'au moins 10 % pour la troisième année consécutive, en hausse de 10 % en 2015. L'extraction d'or et d'argent a augmenté de 24 %. L'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc a aussi augmenté. Toutefois, les activités de soutien à l'extraction minière, qui comprennent l'exploration minière, ont diminué de façon significative, en raison des prix plus faibles des métaux.

La construction a connu une baisse de 2,4 %, un certain nombre de projets importants de construction non résidentielle et de travaux de génie liés à l'énergie électrique ayant pris fin. La construction résidentielle a diminué de 1,4 %. La fabrication a connu une hausse de 1,0 %. Les augmentations dans la fabrication de produits pharmaceutiques et de médicaments, la fabrication de produits en bois et du papier, les activités diverses de fabrication et la fabrication de machines ont été partiellement effacées par les baisses dans les produits aérospatiaux et leurs pièces, la fabrication de matériel et d'appareils électriques ainsi que la fabrication de produits informatiques et électroniques.

En Ontario, le PIB a augmenté de 2,5 % en 2015, plus du double du taux de croissance nationale. La province avait aussi connu un taux de croissance du PIB de 2,5 % en 2014. Les industries de services ont crû de 2,8 %, tandis que les industries productrices de biens ont connu une hausse de 1,8 %. Les industries de services ont affiché des hausses généralisées notamment dans les services bancaires, la conception de systèmes informatiques et les services connexes, les services d'investissement financier, les bailleurs de biens immobiliers, les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers, ainsi que les commerces de gros et de détail. Les industries des arts, spectacles et loisirs ont augmenté en raison d'un certain nombre d'événements sportifs d'envergure.

La construction résidentielle a progressé de 7,8 %, en réponse à la forte demande. Les travaux de génie ont connu une hausse de 7,5 %, du fait des projets de transport public et de pipelines en cours. L'activité de construction non résidentielle a connu une baisse de 1,0 %.

La fabrication a progressé de 1,5 %, 13 des 19 principaux sous-secteurs industriels ayant enregistré une production plus élevée. Des augmentations ont été enregistrées dans les produits pharmaceutiques et les médicaments, les produits de plastique, le matériel informatique et périphérique, les activités diverses de fabrication, ainsi que les produits du papier et en bois. Par contre, des baisses ont été observées dans la production de l'impression et activités connexes de soutien, de la sidérurgie, des produits en acier et des produits aérospatiaux. La fabrication de véhicules automobiles a connu un recul de 1,9 % en raison d'activités de réoutillage de plusieurs fabricants de véhicules automobiles. Toutefois, la fabrication de pièces pour véhicules automobiles a augmenté de 3,4 %, du fait de la hausse des exportations vers les États-Unis. La faiblesse des prix des minerais métalliques a mené au recul des activités de soutien à l'extraction minière, ainsi que l'extraction de minerais métalliques. Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont connu une baisse de 1,9 %.

Provinces de l'Ouest

Le PIB du Manitoba a augmenté de 2,3 % en 2015, après avoir connu une croissance de 2,0 % en 2014. La construction a progressé de 9,6 %, principalement en raison des travaux de génie sur des projets majeurs liés à l'énergie électrique et au transport. Les prix plus faibles du pétrole ont contribué à une baisse substantielle dans les travaux de génie liés au pétrole et au gaz. La construction non résidentielle a connu une hausse de 5,8 %, tandis que la construction résidentielle a diminué de 6,8 %, les constructeurs ayant réduit leurs stocks. Les cultures agricoles ont augmenté de 15 %, la plupart des cultures ayant connu des rendements presque record. L'élevage a diminué de 4,8 %. Les activités de production, de transport et de distribution d'électricité ont augmenté de 2,9 %.

La fabrication a connu une baisse de 1,9 % alors que les augmentations dans les produits chimiques, les produits aérospatiaux et leurs pièces, les meubles et l'impression et activités connexes de soutien ont été plus que contrebalancées par les baisses dans les machines pour l'agriculture, la construction et l'extraction minière, les produits de viande, la fabrication de produits métalliques et la première transformation des métaux. L'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz ont diminué de 2,2 %, en raison d'une baisse de l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes classiques, ainsi que de l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc.

La production des services a augmenté de 2,0 %, en raison des hausses chez les bailleurs de biens immobiliers, dans les services bancaires, dans l'administration publique provinciale, dans les services de transport, dans les sociétés d'assurance ainsi que dans le commerce de détail et de gros.

En Saskatchewan, le PIB a diminué de 1,4 % en 2015, après avoir connu une hausse de 1,6 % en 2014. La construction a connu un recul de 19 %. Les prix plus faibles du pétrole ont entraîné une baisse significative des travaux de génie liés au pétrole et au gaz, tandis que les autres travaux de génie ont diminué, en raison de la mise en service de nouvelles capacités dans le secteur des mines. La construction résidentielle a connu un recul de 15 %, du fait de la demande plus faible de logements, et la construction non résidentielle a connu une baisse de 2,6 %. Les activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazifière ont aussi diminué de façon significative. La production de l'industrie de l'extraction de pétrole et de gaz a diminué. Par contre, l'extraction minière et l'exploitation en carrière ont augmenté de 13 %, du fait d'importantes hausses dans l'extraction de potasse et l'extraction d'autres minerais métalliques (uranium).

En dépit des conditions de sécheresse observées pendant la phase de croissance, la production agricole a augmenté de 1,7 %. Toutefois, la sécheresse a entraîné une baisse de 19 % de l'élevage, en raison des difficultés liées à l'approvisionnement en fourrage et en eau. La production de la fabrication a diminué de 2,8 %, les pertes dans les machines, la première transformation des métaux, les produits métalliques, le matériel de transport et les produits chimiques ayant été partiellement contrebalancées par les hausses dans les produits raffinés du pétrole, les aliments et les produits en bois.

La production des services a progressé de 0,8 %, en raison des hausses qui ont touché les bailleurs de biens immobiliers, les services bancaires, les soins de santé et les administrations publiques locales, municipales et régionales, ainsi que les services d'enseignement. Les services professionnels, scientifiques et techniques et l'industrie de l'édition ont connu un recul. L'activité économique plus faible a contribué aux baisses dans le commerce de gros et de détail, ainsi que dans le transport par camion. Le transport de pétrole brut par pipeline a augmenté de 7,1 %, du fait de la réduction des stocks.

En Alberta, le PIB a diminué de 4,0 % en 2015, après avoir connu une hausse de 4,5 % en 2014. Les industries productrices de biens ont reculé de 8,3 %, tandis que les industries de services ont connu une légère baisse de 0,5 %. Les prix plus faibles du pétrole ont entraîné un recul de 38 % des activités de soutien à l'extraction pétrolière et gazière et un recul de 34 % des travaux de génie liés au pétrole et au gaz. Ensemble, ces baisses ont été à l'origine de la majeure partie de la diminution du PIB. Toutefois, l'extraction de pétrole et de gaz par des méthodes non classiques a augmenté, du fait de la hausse de la production de grands projets d'exploitation des sables bitumineux. Les activités de transport de pétrole brut par pipeline ont également augmenté. La sécheresse a contribué à une baisse de 3,6 % de la production agricole et à un recul de 9,0 % de l'élevage.

La fabrication a diminué de 6,9 %, 13 des 19 principaux sous-secteurs industriels ayant connu une baisse. Les machines, les produits métalliques, les raffineries de pétrole, les produits en bois, la première transformation de métaux et les produits en plastique ont contribué le plus au recul. La construction résidentielle a diminué de 2,2 %. La production plus faible de biens a entraîné des baisses dans le transport par camion et le transport ferroviaire.

La production des services a diminué de 0,5 %. Les commerces de gros et de détail ont connu un recul pour la première fois depuis 2009. Les pertes dans les services professionnels, scientifiques et techniques, les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers ainsi que les services d'hébergement liés au logement des travailleurs de la construction ont contrebalancé les hausses chez les bailleurs de biens immobiliers, dans les services bancaires, dans les soins de santé et dans les administrations publiques locales, municipales et régionales.

En Colombie-Britannique, le PIB a augmenté de 3,0 % en 2015, après avoir connu une hausse de 2,9 % en 2014. Les industries de services ont augmenté de 3,8 %, tandis que les industries productrices de biens ont connu une légère hausse de 0,5 %. La vigueur du marché de l'immobilier a entraîné une production accrue dans la construction résidentielle et non résidentielle et a contribué aux hausses enregistrées par les bureaux d'agents et de courtiers immobiliers, les bailleurs de biens immobiliers et les services bancaires. Le commerce de détail a progressé de 6,3 %, du fait des hausses dans tous les types de magasins. Les industries liées au tourisme, comme les services d'hébergement et de restauration, ainsi que les arts, spectacles et loisirs, ont progressé. Les services d'investissement financier, les services de transport et la conception de systèmes informatiques et les services connexes ont tous contribué à la croissance. La production des écoles primaires et secondaires a augmenté de 13 %, après avoir diminué de 10 % en 2014, en raison d'un conflit de travail.

L'extraction minière, l'exploitation en carrière et l'extraction de pétrole et de gaz ont diminué de 7,8 %. La baisse de la demande à l'exportation a entraîné des reculs significatifs dans l'extraction du charbon et du molybdène utilisés dans la production de l'acier. Les prix plus faibles des matières premières ont entraîné une baisse marquée des activités de soutien à l'extraction minière, de pétrole et de gaz. Par contre, l'extraction de gaz naturel a augmenté de 4,0 % et l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc a crû de 4,0 %.

Les travaux de génie ont diminué de 11 %, en raison des baisses marquées dans les travaux de génie liés au pétrole et au gaz et les autres travaux de génie à la suite de la réduction de l'ampleur ou au retardement de nouveaux projets et la fin d'un projet majeur de modernisation d'une fonderie. La foresterie et l'exploitation forestière ont connu une hausse de 4,8 %, en raison d'une augmentation des exportations. La fabrication a progressé de 2,5 %, du fait des hausses qui ont touché les aliments et boissons, les produits en bois, les produits chimiques et les meubles, qui ont été contrebalancés en partie par des baisses dans les produits métalliques, le matériel de transport et le matériel électrique.

Territoires

Au Yukon, le PIB a diminué de 3,8 % en 2015, après avoir connu une baisse de 0,8 % en 2014. Les industries productrices de biens ont reculé de 21 %. Les prix plus faibles des minerais métalliques et la fermeture temporaire d'une mine ont entraîné une baisse marquée de l'extraction de minerais de cuivre, de nickel, de plomb et de zinc. L'extraction de minerais d'or et d'argent a diminué de façon marquée. Les activités de soutien à l'extraction minière ont aussi subi un recul significatif. Tous les sous-secteurs des travaux de génie ont diminué. La construction non résidentielle a augmenté du fait des dépenses plus élevées en infrastructures publiques et en établissements de soins de santé. La construction résidentielle a aussi progressé de 7,0 %. Les industries de services ont augmenté de 1,5 %, principalement en raison du commerce de détail, des services professionnels, scientifiques et techniques, de l'administration publique territoriale et des services d'enseignement. Les services d'hébergement et de restauration, ainsi que le commerce de gros, ont connu des baisses.

Dans les Territoires du Nord-Ouest, le PIB a augmenté de 2,5 % en 2015, après avoir progressé de 5,9 % en 2014. Les travaux de génie ont progressé de 28 % et ont été à l'origine de la majeure partie de la hausse, les travaux liés à des mines de diamants nouvelles et existantes s'étant poursuivis. La construction résidentielle a progressé de 11 %, en raison des nouveaux projets de logements publics en cours. Les industries du transport par air, eau et camion ont augmenté. La construction non résidentielle a diminué. L'extraction de diamants a connu une baisse de 1,7 %. L'extraction des autres minerais métalliques a diminué de façon significative, du fait de la fermeture d'une mine. L'extraction de pétrole et de gaz a augmenté de 1,1 %. L'administration publique fédérale et la défense, ainsi que les administrations publiques locales, municipales, régionales et autochtones ont contribué à la croissance.

Au Nunavut, le PIB a connu une légère baisse de 0,3 % en 2015, à la suite d'une croissance de 3,6 % en 2014. La construction a diminué de 8,5 %, les activités de construction résidentielle et non résidentielle ayant diminué de façon significative. L'extraction minière, l'exploitation en carrière, et l'extraction de pétrole et de gaz ont connu une baisse de 2,3 %, la diminution de l'extraction d'or et d'argent ayant contrebalancé une augmentation de l'extraction de minerais de fer. Les activités de soutien à l'extraction minière ont augmenté de façon significative en raison d'une hausse des activités d'exploration. La production des services a progressé de 2,3 %, du fait de la production accrue des administrations publiques, y compris la défense, du commerce de détail et de gros, du transport et de l'entreposage, des services immobiliers et services de location et de location à bail ainsi que des services d'enseignement.


  Note aux lecteurs

Les données provinciales et territoriales sur le produit intérieur brut (PIB) par industrie aux prix de base sont des estimations selon des indices de volume en chaîne dont l'année de référence est 2007. Cela signifie que les données pour chaque industrie et agrégat sont obtenues à partir d'un indice enchaîné de volume multiplié par la valeur ajoutée de l'industrie en 2007.

Les variations en pourcentage du PIB par industrie sont calculées à l'aide de mesures en volume, c'est-à-dire qu'elles sont corrigées en fonction des variations de prix.

Les estimations du PIB provincial et territorial par industrie pour 2015 sont comprises dans le présent communiqué. Les données des années antérieures n'ont fait l'objet d'aucune révision. Les estimations révisées du PIB provincial et territorial par industrie, ainsi que selon les revenus et les dépenses, pour les années 2013 à 2015 seront publiées en novembre.

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (STATCAN.infostats-infostats.STATCAN@canada.ca).

Pour en savoir davantage sur les concepts, les méthodes et la qualité des données, communiquez avec Guillaume Dubé au 613-863-0782 (guillaume.dube2@canada.ca), Division des comptes des industries.

Date de modification :