Combien d'années avant la retraite?

par Yves Carrière et Diane Galarneau

 

Début de l'encadré

Note de la rédaction
Regards sur la société canadienne est une nouvelle publication de Statistique Canada. Elle vise à informer les décideurs, les analystes et le grand public de sujets qui touchent les Canadiens. Nous espérons que ce nouveau produit saura vous plaire et vous invitons à nous faire part de vos commentaires aursc@statcan.gc.ca.

Fin de l'encadré

 

Début de l'encadré

Aperçu de l'étude

En 2009, un travailleur de 50 ans pouvait s'attendre à demeurer en emploi en moyenne encore 16 ans, portant ainsi l'âge de sa retraite à 66 ans. À la fin des années 1990, la durée anticipée de vie en emploi à 50 ans était plutôt de 13 ans. Les travailleurs ont donc de plus en plus tendance à reporter leur retraite. Ces résultats, issus d'une étude précédente, font ici l'objet d'une analyse plus approfondie, puisqu'on s'attarde également aux facteurs personnels et économiques imprévus qui forcent plusieurs travailleurs à devancer leur retraite. Lorsque ces retraites « involontaires » sont prises en compte, les travailleurs ont-ils encore tendance à reporter leur retraite par rapport à la fin des années 1990?

  • Lorsqu'on tient compte du fait que certains travailleurs sont forcés de prendre leur retraite pour des motifs personnels ou économiques, la durée anticipée de vie en emploi d'un travailleur de 50 ans passe à 14,5 ans — comparativement à 16,3 ans lorsque seules les retraites « volontaires » sont prises en compte.
  • Même lorsque les facteurs poussant les travailleurs vers la retraite sont pris en compte, le report de la retraite est clair : par rapport à leurs homologues de la fin des années 1990, les hommes âgés de 50 ans en 2009 devraient prendre leur retraite 2,1 années plus tard et les femmes de 50 ans, 2,6 années plus tard.
  • L'augmentation de la durée de vie anticipée en emploi est semblable pour tous les travailleurs, peu importe leur niveau de scolarité. Cependant, comme les travailleurs peu scolarisés ont une espérance de vie plus courte, ces derniers devraient passer 3 années de moins à la retraite que leurs homologues plus scolarisés.

Fin de l'encadré

Introduction

Depuis quelques années, le maintien des travailleurs âgés en emploi et le report de la retraite sont souvent envisagés pour réduire les pressions économiques et financières découlant du vieillissement de la population. Encourager les travailleurs à demeurer en emploi favoriserait, entre autres, un transfert des connaissances, une meilleure pérennité des régimes de retraite, et un prolongement de la préparation financière des travailleurs en vue de la retraiteNote 1.

Le moment de la retraite découle cependant d'un processus complexe où interagissent les aspirations et les circonstances personnelles, la préparation financière, de même que certains facteurs institutionnels. Plusieurs indices laissent d'ailleurs croire que la situation est en train de changer. Les Canadiens âgés sont maintenant plus scolarisés, en meilleure santéNote 2, et vivent plus longtemps, de sorte que plusieurs d'entre eux ont commencé à reporter le moment de leur retraite. D'autres peuvent, pour leur part, avoir à reporter leur retraite en raison de contraintes financières. Quoi qu'il en soit, un article récent démontrait qu'un Canadien en emploi âgé de 50 ans en 2008 pouvait s'attendre à travailler encore 16 ans avant de prendre sa retraite, comparativement à 13 ans en 1997Note 3.

Ces résultats étaient basés sur les retraites déclarées par les répondants à l'Enquête sur la population active (EPA). Cependant, lorsque certains événements — comme une mise à pied, une maladie, une incapacité ou le fait de devoir s'occuper d'un proche — surviennent en fin de carrière, ces derniers sont susceptibles d'inciter les travailleurs à quitter définitivement le marché du travail et à prendre ce qu'il convient d'appeler une retraite « involontaire ».

Dans cet article, les retraites involontaires sont prises en compte afin de fournir un portrait plus complet des comportements face à la retraite. Il s'agit d'un enjeu important, car si les retraites involontaires constituent une part significative de l'ensemble des retraites, celles-ci pourraient constituer un frein au maintien des travailleurs âgés au travail.

L'article aborde également les différences par niveau de scolarité. La scolarité est un élément important dans la décision de prendre ou non sa retraite, puisqu'elle est souvent associée à un certain niveau de compétence ainsi qu'à certains types d'emplois. Elle est, de plus, étroitement liée au revenu et à la richesse. Les travailleurs peu scolarisés reportent-ils davantage leur retraite que les plus scolarisés?

Enfin, puisque le nombre d'heures travaillées par les personnes de 50 ans et plus a diminué depuis les années 1990, l'article tente de déterminer si ce report de la retraite subsiste lorsque la durée anticipée de vie en emploi est évaluée en tenant compte des heures travailléesNote 4.

Effet des retraites involontaires sur la durée de vie en emploi

Comment prévoir le nombre d'années qu'un travailleur de 50 ans passera au travail avant de prendre sa retraite? Grâce à une méthode s'inspirant du concept de l'espérance de vie et s'interprétant de la même manière. Autrement dit, au lieu de fournir un estimé du nombre d'années à vivre à l'âge de 50 ans, cette méthode permet de dériver la durée anticipée de vie en emploi à partir de 50 ans, soit le nombre d'années qu'une personne de cet âge doit s'attendre à travailler avant la retraiteNote 5. Le calcul est effectué à partir des fins d'emploi pour raisons de « retraite  » déclarées par les répondants de l'Enquête sur la population active (EPA).

Il se peut toutefois que certains travailleurs âgés décident de se retirer du marché du travail à la suite d'une mise à pied, d'une maladie ou d'une incapacité, ou pour prodiguer des soins à un proche. À partir de certaines hypothèses, il est possible d'identifier lesquelles de ces fins d'emploi, relevées dans l'EPA, constituent des « retraites involontaires »Note 6. Celles-ci sont ajoutées aux retraites volontaires afin d'en arriver à une définition plus large des retraites. Au final, les retraites involontaires représenteraient environ le quart des retraites totales, soit une proportion semblable à celles relevées dans d'autres étudesNote 7.

Le fait d'ajouter des fins d'emploi involontaires aux retraites volontaires réduit la durée anticipée de vie en emploi. Lorsque seules les retraites volontaires sont prises en compte, la durée anticipée de vie en emploi en 2009 est de 16,3 années pour les hommes et 16,1 années pour les femmes (graphique 1). Par contre, lorsque les facteurs involontaires sont également pris en compte, elle est moindre, puisqu'elle passe à 14,6 années chez les hommes et à 14,2 années chez les femmesNote 8. Les retraites involontaires ont donc pour effet de devancer le moment de la retraite, surtout lorsque celles-ci surviennent pour des raisons économiques, puisqu'elles expliquent environ 60 % de la diminution occasionnée par les retraites involontaires.

Graphique 1
Les retraites involontaires feraient diminuer la durée anticipée de vie en emploi de près de 2 années en 2009

Description du graphique 1a - Hommes

Graphique 1

Description du graphique 1b - Femmes

Graphique 1

Source : Statistique Canada, Tables d'espérance de vie en emploi créées à partir de l'Enquête sur la population active, 1997 à 2010.

Cependant, même en tenant compte des retraites involontaires, le report de la retraite subsiste : de 1998 à 2009, la durée anticipée de vie en emploi est passée de 12,5 à 14,6 années chez les hommes et de 11,6 à 14,2 années chez les femmes. En somme, le report de la retraite, estimé à environ 3 ans lorsque seules les retraites volontaires sont prises en compte, est plutôt de 2,1 ans chez les hommes et de 2,6 ans chez les femmes lorsque les retraites involontaires sont également prises en compte.

Les moins scolarisés reportent-ils davantage le moment de leur retraite?

Plusieurs facteurs laissent croire que les tendances ci-dessus pourraient être différentes selon le niveau de scolarité. D'une part, une scolarité accrue pourrait inciter à reporter davantage le moment de la retraite, parce que les travailleurs plus scolarisés sont en moyenne en meilleure santé, détiennent des emplois moins exigeants physiquement et sont dans des industries où les horaires et conditions de travail sont plus flexibles. D'autre part, ces travailleurs ont souvent des gains d'emploi plus élevés et sont davantage couverts par un régime de retraite, autant de facteurs qui pourraient au contraire les inciter à prendre une retraite plus tôt.

Par ailleurs, les travailleurs peu scolarisés pourraient être plus susceptibles de prendre une retraite involontaire en raison d'un mauvais état de santé ou à la suite d'une mise à pied. Étant donné leur plus faible scolarité et, dans certains cas, leur manque de polyvalence, ces travailleurs sont plus susceptibles que les plus scolarisés de voir leur période de recherche d'emploi s'allongerNote 9. La prise en compte des retraites involontaires pourrait donc accentuer les différences par niveau de scolarité.

Toutefois, les différences sur le plan de la durée de vie en emploi par niveau de scolarité sont relativement faibles. En 2009, la durée anticipée de vie en emploi à 50 ans (en tenant compte de toutes les retraites, involontaires ou non), était de 14,3 années chez les travailleurs ayant moins d'un diplôme d'études secondaires, alors qu'elle atteignait 14,6 années chez les travailleurs ayant fait des études postsecondaires (graphique 2). Cela étant dit, les travailleurs de tous les niveaux de scolarité ont maintenant davantage tendance à reporter leur retraite, puisque la durée anticipée de vie en emploi était d'environ 12 ans pour l'ensemble des travailleurs en 1998 — quel que soit leur niveau de scolarité.

Graphique 2
La durée de vie en emploi est relativement semblable d'un niveau de scolarité à l'autre, 1998 et 2009

Description du graphique 2

Graphique 2

Sources : Statistique Canada, Tables d'espérance de vie en emploi créées à partir de l'Enquête sur la population active de 1997 à 2010; Quotients de mortalité par niveau de scolarité estimés à partir des recensements de 1991 à 2006; Wilkins et coll., 2008.

Durée anticipée de la retraite plus courte chez les travailleurs moins scolarisés

Depuis la fin des années 1990, la durée anticipée de vie en emploi a augmenté, mais, étant donné la hausse de l'espérance de vie, la durée de la retraite est restée relativement stable. Qu'en est-il cependant, lorsqu'on tient compte des retraites involontaires? Puisque les facteurs poussant les gens vers la retraite ont pour effet de devancer le moment de la retraite, combien d'années ces facteurs ajoutent-ils à la retraite?

Lorsque seules les retraites volontaires sont prises en compte, un travailleur de 50 ans en 2009 peut anticiper passer 17,3 ans à la retraite. Le fait de tenir compte des retraites involontaires augmente la durée de la retraite à 19,2 années. Ainsi, les retraites involontaires augmenteraient la durée de la retraite de près de 2 années (graphique 3).

Il existe cependant des différences importantes par niveau de scolarité en ce qui a trait à la durée de la retraite. Comme les travailleurs peu scolarisés ont une espérance de vie plus courteNote 10 et qu'ils ont une durée anticipée de vie en emploi comparable à leurs homologues plus scolarisés, ces travailleurs sont également ceux pour lesquels la durée anticipée de la retraite est la plus courte.

En effet, les moins scolarisés affichent une durée anticipée de la retraite de 18 années, comparativement à 20 et 21 années pour leurs homologues plus scolarisés. Autrement dit, les travailleurs moins scolarisés devraient s'attendre à avoir une retraite plus courte d'environ 3 ans par rapport à leurs homologues plus scolarisés. La différence entre les plus scolarisés et les moins scolarisés s'est cependant amenuisée depuis la fin des années 1990, puisque la durée anticipée de vie en emploi a augmenté un peu plus rapidement chez les travailleurs plus scolarisés.

Graphique 3
Les travailleurs peu scolarisés peuvent s'attendre à vivre moins longtemps et à passer moins d'années à la retraite que leurs homologues plus scolarisés, 2009

Description du graphique 3

Graphique 3

Sources : Statistique Canada, Tables d'espérance de vie en emploi créées à partir de l'Enquête sur la population active de 1997 à 2010; Quotients de mortalité par niveau de scolarité estimés à partir des recensements de 1991 à 2006; Wilkins et coll., 2008.

Tenir compte d'un horaire de travail réduit

On sait que le nombre d'années avant la prise de la retraite a augmenté de 2,1 années-personnes chez les hommes et de 2,6 années-personnes chez les femmes, mais cela ne représente pas nécessairement un gain d'années de travail à temps plein. Dans quelle mesure ce résultat change-t-il lorsque cet indicateur est modifié pour tenir compte des heures de travail? Cette question est importante, car le nombre d'heures travaillées est à la baisse chez les travailleurs plus âgés depuis les années 1990, de sorte que les gains au chapitre des années d'emploi ne se sont peut-être pas traduites par une hausse aussi importante au chapitre des heures.

Pour répondre à cette question, la durée anticipée de vie en emploi peut être exprimée sous forme d'« équivalent temps plein » (ÉTP). Pour les fins de l'article, 1 équivalent temps plein correspond ici à 1 semaine de travail d'environ 40 heuresNote 11.

Pour l'ensemble des travailleurs et chacun des niveaux de scolarité, la durée anticipée de vie en emploi exprimée sous forme d'ÉTP était inférieure à la mesure exprimée en années-personnes (tableau 1). Ce résultat n'est toutefois pas surprenant, car les personnes de 50 ans et plus travaillent en moyenne un peu moins de 40 heures par semaine. Ainsi, en 2009, la durée anticipée de vie en emploi pour les travailleurs de tous les niveaux de scolarité était de 14,5 années-personnes, mais de 12,9 années d'ÉTP.

Tableau 1
Durée anticipée de vie en emploi à 50 ans, en années-personnes et en équivalent temps plein, selon le niveau de scolarité, 1998 et 2009
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de durée anticipée de vie en emploi à 50 ans années-personnes, équivalent temps plein et écart, calculées selon années et % unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Années-personnes Équivalent temps plein Écart
années %
Tous les niveaux de scolarité  
1998 12,1 11,2 7,4
2009 14,5 12,9 10,6
Croissance (%) 19,2 15,0 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Moins d'un diplôme d'études secondaires  
1998 12,3 11,7 4,8
2009 14,3 13,3 6,7
Croissance (%) 16,0 13,6 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Diplôme d'études secondaires ou de métiers  
1998 12,3 11,3 7,7
2009 14,6 13,1 9,9
Croissance (%) 18,7 15,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Études postsecondaires  
1998 12,0 10,9 9,2
2009 14,6 12,8 12,6
Croissance (%) 22,2 17,5 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
... n'ayant pas lieu de figurer
Sources : Statistique Canada, Tables d'espérance de vie en emploi créées à partir de l'Enquête sur la population active de 1997 à 2010; Quotients de mortalité par niveau de scolarité estimés à partir des recensements de 1991 à 2006; Wilkins et coll., 2008.

Que l'on exprime la durée anticipée de vie en emploi en années-personnes ou en années d'ÉTP, le report de la retraite est cependant clair. Pour l'ensemble des niveaux de scolarité, la durée anticipée de vie en emploi a augmenté de 2,4 années-personnes (19 %) entre 1998 et 2009, et de 1,7 année (15 %) en ÉTP. De plus, tout comme c'était le cas en années-personnes, la croissance depuis 1998 a été plus marquée parmi les travailleurs ayant un niveau de scolarité plus élevé.

Conclusion

Le concept de durée anticipée de vie en emploi peut être utilisé afin de fournir une indication des années restantes avant la retraite pour un travailleur de 50 ans. Un article récent avait démontré un report de 3 années de la retraite depuis la fin des années 1990. Cependant, cette estimation tenait compte uniquement des retraites déclarées à l'Enquête sur la population active et ne tenait pas compte de certains évènements (tels la maladie ou une mise à pied) qui peuvent pousser les gens à prendre une retraite « involontaire ». Avec l'inclusion des retraites involontaires, les travailleurs de 50 ans restent plus susceptibles de reporter leur retraite par rapport à leurs homologues des années 1990, et ce, quel que soit leur niveau de scolarité. Toutefois, étant donné que les personnes moins scolarisées ont une espérance de vie plus courte, ces dernières risquent également d'avoir une retraite plus courte.

Avec le ralentissement anticipé du taux de croissance de la population activeNote 12, le report de la retraite des travailleurs plus âgés pourrait ralentir l'impact appréhendé du vieillissement démographique sur l'économie canadienne. Les résultats montrent cependant que les retraites involontaires peuvent avoir un impact sur le moment de la retraite. Comme elles surviennent généralement à un plus jeune âge, le fait d'être poussé vers la retraite pourrait être synonyme de revenus moindres, de baisse du niveau de vie et d'augmentation des coûts pour les programmes de soutien au revenu. Enfin, il n'est pas impossible que ces résultats continuent d'évoluer, car de plus en plus de travailleurs débutent leur carrière à un âge plus avancé. Certaines données en développement, comme celles de l'Étude longitudinale et internationale des adultes, permettront une évaluation plus approfondie de ces phénomènes dans l'avenir.

Au moment d'écrire cet article, Yves Carrière était analyste à Ressources humaines et Développement des compétences Canada. Diane Galarneau est analyste à la Division de la statistique du travail de Statistique Canada.

 


Notes

  1. Voir Burniaux et coll., 2004; Groupe d'experts sur les travailleurs âgés, 2008; Denton et Spencer, 2009; Mintz, 2009; Hering et Klassen, 2010; Hicks, 2011.
  2. Voir Ramage-Morin et coll., 2010.
  3. Voir Carrière et Galarneau, 2011.
  4. Voir Sources de données, méthodes et définitions
  5. L'article réfère à la « durée anticipée de vie en emploi » même s'il ne s'agit pas nécessairement uniquement d'années en emploi. Certains travailleurs peuvent en effet subir des interruptions d'emploi et passer quelque temps en chômage ou hors de la population active. Ces événements ne peuvent être pris en compte avec l'EPA.
  6. Voir Critères de sélection des retraites involontaires .
  7. Voir Chan et Stevens, 2002; Neil et Schirle, 2009; Finnie et Gray, 2011.
  8. Les retraites pour raisons de santé expliquent en grande partie le reste, puisque les retraites potentielles liées aux responsabilités personnelles et familiales n'auraient qu'un effet marginal sur la durée anticipée de vie en emploi, et ce, tant chez les hommes que chez les femmes. Il est toutefois possible que les retraites pour des raisons liées aux responsabilités personnelles et familiales s'accroissent avec le vieillissement de la population.
  9. Voir Dubé, 2004.
  10. Par exemple, en 2009, l'estimation de l'espérance de vie à 50 ans était de 32,4 ans chez les personnes ayant moins d'un diplôme d'études secondaires, de 34,2 ans chez celles détenant un diplôme d'études secondaires ou d'une école de métier, et de 36,0 ans pour celles ayant fait des études postsecondaires.
  11. Pour les besoins de l'exercice, les heures habituelles ont été utilisées en raison de leur plus faible fluctuation. Si les heures effectives avaient été utilisées, dont la moyenne en 2009 pour la population des 15 ans et plus est de 36,2 heures, cela aurait fait augmenter les années en équivalent temps plein, mais les tendances auraient été les mêmes.
  12. Voir Martel et coll., 2011.

Informations reliées à cet article

 

Date de modification :