Série thématique sur l'ethnicité, la langue et l'immigration
Portrait des travailleurs de langue française dans les industries agricole et agroalimentaire de l’Ouest canadien, 2011

par Émilie Lavoie

Date de diffusion : le 12 juillet 2017 Mise-à-joue: (if required)

Passer au texte

Début du texte

Remerciements

Ce projet a été réalisé dans le cadre d’une collaboration entre Statistique Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, et Innovation, Sciences et Développement économique Canada. L’auteure tient à remercier Jacinthe Robichaud et son équipe à Agriculture et Agroalimentaire Canada pour leurs suggestions et commentaires judicieux.

Cette étude a été rendue possible grâce à la contribution de Jean-Pierre Corbeil, chef du Centre de la statistique ethnoculturelle, langue et immigration de Statistique Canada. Des remerciements vont également à Jean-François Lepage pour ses conseils. L’auteure tient à les remercier chaleureusement pour leur implication et leur disponibilité tout au long de ce projet.

Enfin, l’auteure remercie Deniz Do, Alejandro Paez Silva et Julie Bertrand pour leur collaboration dans la finalisation du rapport.

Industrie agricole de l’Ouest canadien et minorité de langue française

C’est au Manitoba et en Alberta que se trouvait le plus de travailleurs agricolesNote  de langue françaiseNote  en 2011, soit 1 065 travailleurs au Manitoba et 1 100 en Alberta. En comparaison, il y avait 875 travailleurs agricoles francophones en Saskatchewan en 2011 et 390 en Colombie-Britannique. C’était par ailleurs au Manitoba que la part relative des travailleurs agricoles francophones était la plus élevée, s’élevant à 3,9 %. Dans les autres provinces de l’Ouest canadien, la part relative des travailleurs de langue française avoisinait 1 % en 2011Note  .

Les tableaux 1 à 3 montrent qu’à l’intérieur des provinces de l’Ouest canadien, les travailleurs agricoles de langue française ne se retrouvaient que dans quelques régions agricoles. Cela dit, leur concentration ne dépassait jamais 10 % en 2011. La carte 2 montre d’ailleurs qu’il y avait moins de 1 % de travailleurs de langue française dans environ la moitié des régions agricoles de l’Ouest (25 régions agricoles sur un total de 48). La carte 2 montre également que huit régions agricoles de l’Ouest canadien présentaient une concentration de travailleurs francophones supérieure à 5 % : quatre régions au Manitoba, trois en Saskatchewan et une en Alberta. Enfin, la carte 1 montre qu’à l’intérieur même des régions agricoles de recensement, les travailleurs agricoles de langue française sont concentrés dans quelques subdivisions de recensement spécifiquesNote  .

Industrie agroalimentaire de l’Ouest canadien et minorité de langue française

C’est en Alberta et en Colombie-Britannique que l’on trouvait, en 2011, le plus de travailleurs francophones dans le secteur agroalimentaireNote  . On en dénombrait ainsi 3 515 en Alberta et 3 400 en Colombie-Britannique, comparativement à 1 945 au Manitoba et 345 en Saskatchewan. Le poids relatif des travailleurs de langue française variait de 0,5 % en Saskatchewan à 2,6 % au Manitoba. Dans les provinces où le nombre de travailleurs francophones était le plus élevé, leur poids relatif s’élevait à 1,6 % en Alberta et à 1,1 % en Colombie-Britannique.

La carte 4 montre qu’une seule des 48 régions agricoles de l’Ouest canadien présentait une concentration de travailleurs francophones supérieure à 5 %, soit la région agricole 7 du Manitoba. De la même façon, la carte 3 montre qu’aucune subdivision de recensement n’avait une forte présence croisée de la population de langue française et des travailleurs du secteur agroalimentaire et seulement 39 sur 2 424 avait une présence moyenneNote  .

Alors qu’on constate à la carte 4 que seule la région 7 du Manitoba avait une concentration de travailleurs francophones supérieure à 5 %, les tableaux 4 à 6 montrent qu’il y avait, dans l’Ouest canadien en 2011, quatre régions agricoles où se trouvaient plus de 1 000 travailleurs de langue française dans le secteur agroalimentaire : la région agricole 9 du Manitoba, les régions agricoles 3 et 5 de l’Alberta et la région Lower Mainland-Southwest en Colombie-Britannique.

Partie 1 : Portrait de l’industrie agricole de l’Ouest canadien et de ses travailleurs

Portrait socioéconomique des travailleurs francophones de l’industrie agricole de l’Ouest canadien

Graphique 1

Tableau de données de la Graphique 1
Groupe d'âge des travailleurs du secteur agricole selon la première langue officielle parlée (PLOP), cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Groupe d'âge des travailleurs du secteur agricole selon la première langue officielle parlée (PLOP) Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 8 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 8B Saskatchewan, Région agricole 7 Alberta, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 8 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 8B Saskatchewan Région agricole 7 Alberta
De langue françaiseGroupe d'âge Note  Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue françaiseGroupe d'âge Note  Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
15 à 29 ans 0,0 18,5 17,2 25,4 22,5 28,6 0,0 13,7 16,9 14,5
30 à 49 ans 0,0 27,8 43,1 30,6 25,4 39,7 0,0 23,8 33,8 30,6
50 à 64 ans 0,0 35,8 27,6 29,3 39,4 23,6 0,0 41,7 32,5 33,1
65 ans et plus 0,0 17,7 12,1 14,5 11,3 8,1 0,0 20,8 16,9 21,7
  • Les travailleurs de langue française du secteur agricole étaient généralement plus âgés que les autres travailleurs du secteur en 2011 dans les régions agricoles 7 et 9 du Manitoba et dans la région 8B de la Saskatchewan.
  • Dans la région agricole 9 du Manitoba, la moitié des travailleurs agricoles francophones étaient âgés de 50 ans ou plus, comparativement à 31,6 % pour les autres travailleurs agricoles de la région.
  • Les travailleurs de langue française de la région agricole 7 de l’Alberta étaient plus jeunes que les autres travailleurs du secteur dans la région : on trouvait proportionnellement davantage de travailleurs âgés de 15 à 49 ans parmi les travailleurs francophones que parmi les autres travailleurs.
  • Il y avait proportionnellement plus d’hommes chez les travailleurs francophones que parmi les autres travailleurs du secteur agricole dans toutes les régions agricoles de l’Ouest canadien en 2011, à l’exception de la région agricole 7 du Manitoba.
  • Dans les cinq régions, entre 60 % et 80 % des travailleurs agricoles de langue française étaient des hommes en 2011.
  • Les travailleurs agricoles francophones étaient proportionnellement plus nombreux à être séparés, divorcés ou veufs dans les régions agricoles 7 du Manitoba et 8B de la Saskatchewan, comparativement aux autres travailleurs agricoles de ces régions. Ces deux régions avaient par ailleurs été identifiées précédemment comme ayant une présence importante de travailleurs francophones âgés de 65 ans ou plus.
  • Il y avait très peu ou pas de travailleurs francophones vivant en union libre en 2011 dans l’Ouest canadien, sauf dans la région agricole 7 de l’Alberta où leur présence était proportionnellement supérieure à celle des autres travailleurs agricoles de la région.
  • La majorité des travailleurs agricoles de langue française étaient toutefois mariés en 2011 (entre 62,2 % et 70,0 %), tout comme c’était le cas pour les autres travailleurs du secteur (entre 60,1 % et 74,6 %).
  • La scolaritéNote  des travailleurs agricoles de langue française était similaire à celle des autres travailleurs du secteur dans les régions agricoles 7 et 8 du Manitoba, ainsi que dans la région agricole 7 de l’Alberta.
    • Dans la région agricole 7 du Manitoba, on trouvait toutefois proportionnellement plus de travailleurs de langue française qui ne possédaient aucun certificat, diplôme ou grade et moins qui possédaient un certificat ou diplôme d’un collègeNote  comparativement aux autres travailleurs du secteur.
    • Dans la région agricole 7 de l’Alberta, il y avait proportionnellement moins de travailleurs de langue française qui ne possédait pas de certificat, diplôme ou grade comparativement aux autres travailleurs du secteur, et plus de travailleurs francophones qui possédaient un diplôme d’études secondairesNote  .
  • Les travailleurs francophones de la région agricole 9 du Manitoba avaient proportionnellement une scolarité plus élevée que leurs collègues d’un autre groupe linguistique. À l’inverse, les travailleurs de langue française de la région agricole 8B de la Saskatchewan étaient proportionnellement moins nombreux à posséder un diplôme de niveau collégial ou un baccalauréatNote  .
  • La majorité des travailleurs agricoles, peu importe leur première langue officielle, était né dans leur province de résidence en 2011. C’était également le cas des travailleurs de langue française, mais dans des proportions encore plus importantes.
  • Dans la région agricole 7 de l’Alberta, un peu plus d’un travailleur de langue française sur cinq était né au Canada, mais dans une autre province que l’Alberta, une proportion semblable à celle des autres travailleurs agricoles de la région.
  • Plus de huit travailleurs agricoles de langue française sur dix étaient de religion catholique en 2011, une proportion largement supérieure à celle des autres travailleurs agricoles. Les différences variaient de 31 % dans la région agricole 8B de la Saskatchewan à 83,5 % dans la région agricole 8 du Manitoba.
  • Les travailleurs ayant l’anglais ou une autre langue que le français comme première langue ont déclaré l’église unie ou une autre confession chrétienneNote  comme religion. Très peu de travailleurs francophones ont fait de même.
  • Peu ou pas de travailleurs de langue française avait déclaré ne pas avoir d’appartenance religieuse. Seulement 7 % des travailleurs de langue française de la région 9 du Manitoba l’avaient déclaré comparativement à 17,9 % des autres travailleurs agricoles de la région.
  • Environ trois travailleurs du secteur agricole sur quatre dans la région agricole 9 du Manitoba étaient des employés. En comparaison, dans les autres régions agricoles de l’Ouest canadien, les employés ne dépassaient jamais 50 %.
  • Dans toutes les régions agricoles de l’Ouest canadien, les travailleurs francophones étaient proportionnellement moins souvent des travailleurs autonomes dans une entreprise non constituée en société, et plus souvent des travailleurs autonomes dans une entreprise constituée en sociétéNote  comparativement à leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique.

Portrait linguistique des travailleurs francophones de l’industrie agricole de l’Ouest canadien

Graphique 2

Tableau de données de la Graphique 2
Connaissance des langues officielles des travailleurs du secteur agricole âgés de 15 ans ou plus, selon la PLOP, cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Connaissance des langues officielles des travailleurs du secteur agricole âgés de 15 ans ou plus Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 8 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 8B Saskatchewan, Région agricole 7 Alberta, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 8 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 8B Saskatchewan Région agricole 7 Alberta
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
Anglais seulement 0,0 95,8 0,0 96,5 0,0 93,0 0,0 98,0 0,0 97,1
Français seulement 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Aucune 0,0 0,0 0,0 1,0 0,0 1,3 0,0 0,0 0,0 0,0
Anglais et français 100,0 4,2 98,3 2,4 98,6 5,6 97,5 2,2 97,4 2,9

Graphique 3

Tableau de données de la Graphique 3
Langue(s) parlée(s) à la maisonLangue(s) parlée(s) Note 1 par les travailleurs du secteur agricole âgés de 15 ans ou plus, selon la PLOP, cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Langue(s) parlée(s) à la maison par les travailleurs du secteur agricole âgés de 15 ans ou plus Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 8 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 8B Saskatchewan, Région agricole 7 Alberta, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 8 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 8B Saskatchewan Région agricole 7 Alberta
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
Anglais 15,6 93,1 19,0 83,8 23,9 80,0 27,5 96,8 28,6 90,2
Français 24,4 0,0 15,5 0,0 9,9 0,0 0,0 0,0 7,8 0,0
Autres langues 0,0 4,6 0,0 15,5 0,0 18,9 0,0 2,0 0,0 9,2
Anglais et français 60,0 2,4 65,5 0,0 64,8 0,8 70,0 1,3 62,3 0,6

Graphique 4

Tableau de données de la Graphique 4
Langue(s) utilisée(s) au travailLangue(s) utilisée(s) Note 1 par les travailleurs du secteur agricole âgés de 15 ans ou plus selon la PLOP, cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Langue(s) utilisée(s) au travail par les travailleurs du secteur agricole âgés de 15 ans ou plus selon la PLOP Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 8 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 8B Saskatchewan, Région agricole 7 Alberta, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 8 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 8B Saskatchewan Région agricole 7 Alberta
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
English 40,0 97,1 34,5 89,7 46,5 93,2 47,5 98,6 37,7 94,7
French 15,6 0,0 10,3 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Other languages 0,0 2,4 0,0 9,6 0,0 5,7 0,0 0,0 0,0 4,9
English and French 37,8 0,0 53,4 0,0 49,3 1,0 52,5 0,9 54,5 0,4
  • La connaissance du français et de l’anglais était largement répandue chez les travailleurs agricoles de langue française de l’Ouest canadien en 2011, dans des proportions allant de 97,4 % dans la région agricole 7 de l’Alberta à 100 % dans la région agricole 7 du Manitoba. En comparaison, les autres travailleurs du secteur connaissaient uniquement l’anglais dans une large mesure (93,0 % à 98,0 %).
  • La majorité des travailleurs agricoles de langue française parlaient le français et l’anglais à la maison en 2011, soit entre 60,0 % (région agricole 7 du Manitoba) et 70,0 % (région agricole 8B de la Saskatchewan) d’entre eux.
  • Les travailleurs agricoles de langue française parlaient proportionnellement plus l’anglais que le français à la maison dans toutes les régions agricoles de l’Ouest canadien, à l’exception de la région agricole 7 du Manitoba. Dans la région agricole 8B de la Saskatchewan, plus d’un travailleur de langue française sur quatre parlaient uniquement l’anglais à la maison, alors qu’aucun n’y parlait uniquement le français.
  • Le français était très peu utilisé au travail en 2011. Cette langue n’était utilisée de façon unique par les travailleurs de langue française que dans deux régions du Manitoba, soit les régions agricoles 7 et 8 (15,6 % et 10,3 % respectivement).
  • Dans la majorité des régions agricoles, environ la moitié des travailleurs de langue française utilisaient le français et l’anglais au travail en 2011. De plus, dans toutes les régions agricoles à l’exception de la région agricole 7 du Manitoba, l’utilisation du français et de l’anglais au travail dépassaient l’utilisation unique de l’anglais.
  • L’utilisation unique de l’anglais au travail était répandue chez les travailleurs agricoles de langue française, les proportions variaient de 34,5 % dans la région agricole 8 du Manitoba à 47,5 % dans la région 8B de la Saskatchewan.

Portrait agricole de cinq régions de l’Ouest canadien

Contrairement à ce qui a été présenté dans les sections précédentes, le présent portrait agricole se concentre sur les caractéristiques des fermes et exploitants agricoles des régions agricoles 7, 8 et 9 du Manitoba, 8B de la Saskatchewan et 7 de l’AlbertaNote  .

  • Plus de la moitié des fermes du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta et de leurs régions était des fermes individuelles en 2011.
  • Dans les régions agricoles 7 et 8 du Manitoba, il y avait proportionnellement plus de fermes familiales (compagnie [corporation] familiale), comparativement à l’ensemble de la province.
  • Dans la région agricole 9 du Manitoba, il y avait proportionnellement plus de fermes incorporées (familiales et non familiales) et moins de fermes individuelles comparativement à l’ensemble de la province.
  • Dans la région agricole 7 de l’Alberta, il y avait proportionnellement plus de fermes individuelles et proportionnellement moins de fermes familiales incorporées comparativement à toute la province.
  • Dans les régions agricoles 8 et 9 du Manitoba, la superficie agricole des fermes était généralement plus petite que celle de l’ensemble des fermes de la province. Dans ces régions, il y avait proportionnellement plus de fermes de petite taille et moins de fermes de plus grande superficie.
  • La majorité des terres sur les fermes du Manitoba étaient possédées par les exploitants en 2011; soit à plus de 95 %.
  • Dans les trois régions agricoles du Manitoba où se trouvait une concentration de travailleurs francophones en 2011, il y avait proportionnellement moins de fermes ayant des terres louées des gouvernements.
  • Dans les régions agricoles 7 et 8 du Manitoba, il y avait proportionnellement plus de fermes ayant déclaré des terres louées des autres. À l’inverse, il y en avait proportionnellement moins dans la région agricole 9 de la province.
  • Les fermes de la région agricole 8B de la Saskatchewan avaient une superficie en moyenne plus petite que celle de l’ensemble des fermes de la province.
  • Comparativement à l’ensemble des fermes de la Saskatchewan, les fermes de la région agricole 8B avaient proportionnellement moins souvent des terres louées des gouvernements et plus souvent des terres louées des autres.
  • En Saskatchewan, tout comme dans la région agricole 8B, plus de 95 % des terres agricoles étaient possédées par les exploitants.
  • Les fermes de la région agricole 7 de l’Alberta étaient en moyenne de plus grande superficie que celles de l’ensemble de la province.
  • Dans la région agricole 7 de l’Alberta, les fermes avaient proportionnellement plus souvent des terres louées des gouvernements comparativement à l’ensemble des fermes de la province.
  • Au Manitoba et en Saskatchewan, davantage de fermes utilisaient des ordinateurs pour leur exploitation agricole que l’ensemble des fermes de ces deux provinces. Les ordinateurs et l’Internet étaient ainsi plus souvent utilisés pour l’exploitation agricole dans les régions agricoles 7, 8 et 9 du Manitoba et 8B de la Saskatchewan que dans l’ensemble des provinces respectives. De la même façon, il y avait proportionnellement plus de fermes qui avaient un accès à l’Internet haute vitesse dans les régions agricoles que dans l’ensemble des provinces.
  • En Alberta, l’inverse était toutefois constaté : les ordinateurs et l’Internet étaient moins utilisés dans les activités des fermes de la région 7 comparativement à l’ensemble des fermes de la province.
  • Il y avait peu de différences entre la valeur totale du capital agricole des fermes des régions agricoles où se trouvaient des francophones et celle de l’ensemble des fermes des provinces de l’Ouest canadien. Seules les régions agricoles 8 du Manitoba et 7 de l’Alberta différaient :
    • La valeur totale du capital agricole des fermes de la région 8 du Manitoba était en moyenne plus élevée que la valeur du capital agricole des fermes de la province. La valeur totale du capital agricole des fermes de la région 7 de l’Alberta était en moyenne moins élevée que la valeur du capital agricole des fermes de la province.
  • Il y avait peu de différences quant aux revenus agricoles bruts des fermes des régions agricoles par rapport à l’ensemble des fermes de la Saskatchewan et de l’Alberta.
  • Dans la région agricole 8 du Manitoba, il y avait proportionnellement moins de fermes ayant un plus faible revenu (fermes ayant un revenu de moins de 100 000 $) et plus de fermes ayant des revenus entre 100 000 $ et 1 999 999 $, comparativement à l’ensemble des fermes de la province.
  • Dans la région agricole 9 du Manitoba, il y avait proportionnellement plus de fermes avec un revenu agricole de moins de 25 000 $.
  • Il y avait proportionnellement plus d’exploitants agricoles qui habitaient hors de l’exploitation agricole en 2011 dans les régions agricoles 8 du Manitoba et 8B de la Saskatchewan comparativement à l’ensemble des exploitants agricoles des deux provinces respectivement.
  • Comparativement à l’ensemble des exploitants agricoles de la Saskatchewan, les exploitants agricoles de la région agricole 8B étaient proportionnellement moins nombreux à travailler 40 heures et plus par semaine et plus nombreux à travailler moins d’heures par semaine (moins de 20 heures par semaine et de 30 à 40 heures par semaine).
  • Comparativement à l’ensemble des exploitants agricoles du Manitoba, il y avait proportionnellement plus de travailleurs qui travaillaient 40 heures et plus par semaine dans la région agricole 7 du Manitoba, et moins dans la région agricole 9. À l’inverse, il y avait proportionnellement moins de travailleurs qui travaillaient moins de 20 heures par semaine dans la région agricole 7 et plus dans la région agricole 9.
  • Dans les régions agricoles 7 et 8 du Manitoba, il y avait proportionnellement plus d’exploitants qui avaient déclaré ne pas travailler à l’extérieur de l’exploitation que dans l’ensemble de la province.
  • Comparativement à l’ensemble des exploitants agricoles de l’Alberta, il y avait proportionnellement plus d’exploitants agricoles ayant déclaré un revenu non agricole (particulièrement ceux ayant déclaré plus de 40 heures de travail non agricole rémunéré) et moins d’exploitants ayant déclaré aucun revenu non agricole dans la région agricole 7.
  • Le type d’élevage réalisé en 2011 dans la région agricole 7 du Manitoba était semblable à ce qui était pratiqué dans l’ensemble de la province.
  • Le type de culture réalisé en 2011 dans la région agricole 7 du Manitoba était semblable à ce qui était pratiqué dans l’ensemble de la province, à l’exception de la culture de plantes oléagineuses et de céréales et des autres cultures agricoles. Ce premier type de culture était proportionnellement plus présent dans la région agricole 7 que dans la province, alors que le second type était moins présent.
  • Dans la région agricole 8 du Manitoba, le type d’élevage réalisé en 2011 était différent de ce qui était globalement pratiqué dans la province. Il y avait proportionnellement moins d’élevage de bovins et d’autres types d’élevage.
  • Il y avait davantage de cultures de plantes oléagineuses et de céréales et moins d’autres cultures agricoles en 2011 dans la région agricole 8 du Manitoba comparativement à l’ensemble des cultures pratiquées dans la province.
  • Dans la région agricole 9 du Manitoba, le type d’élevage réalisé en 2011 était différent de celui pratiqué dans l’ensemble de la province. Il y avait proportionnellement moins d’élevage de bovins, mais plus d’élevage de porcs, d’élevage de volailles et production d’œufs et d’autres types d’élevage. L’élevage y était ainsi plus varié.
  • Le type de culture réalisé dans la région agricole 9 du Manitoba en 2011 variait de celui pratiqué dans l’ensemble de la province : il y avait proportionnellement moins de culture de plantes oléagineuses et de céréales, et davantage de culture en serre et en pépinière et floriculture.
  • Dans la région agricole 8B de la Saskatchewan, il y avait proportionnellement moins d’élevage de bovins comparativement au type d’élevage réalisé dans l’ensemble de la province; et plus particulièrement, moins d’élevage de bovins de boucherie, y compris l’exploitation de parcs d’engraissement.
  • Le type de culture pratiqué dans la région 8B de la Saskatchewan en 2011 variait de celui réalisé dans l’ensemble de la province : il y avait davantage de culture de plantes oléagineuses et de céréales, et moins d’autres cultures agricoles.
  • Dans la région agricole 7 de l’Alberta, il y avait proportionnellement moins d’élevage de bovins comparativement au type d’élevage réalisé dans l’ensemble de la province; et plus particulièrement, moins d’élevage de bovins de boucherie, y compris l’exploitation de parcs d’engraissementNote  .
  • Il y avait proportionnellement davantage de culture de plantes oléagineuses et de céréales, et d’autres cultures agricoles dans la région agricole 7 de l’Alberta comparativement à l’ensemble de la province.

Partie 2 : Portraits socioéconomique et linguistique des travailleurs du secteur agroalimentaire de l’Ouest canadien

Portrait socioéconomique des travailleurs francophones de l’industrie agroalimentaire de l’Ouest canadien

Graphique 5

Tableau de données de la Graphique 5
Groupe d'âge des travailleurs du secteur agroalimentaire selon lapremière langue officielle parlée (PLOP), cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Groupe d'âge des travailleurs du secteur agroalimentaire selon lapremière langue officielle parlée (PLOP) Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 3 Alberta, Région agricole 5 Alberta, Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 3 Alberta Région agricole 5 Alberta Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
15 à 29 ans 34,3 51,0 49,3 52,4 47,0 47,5 47,0 50,2 44,4 44,5
30 à 49 ans 28,6 29,9 22,8 30,0 31,9 34,6 31,5 31,6 31,3 34,7
50 à 64 ans 37,1 18,2 24,5 15,7 19,4 15,9 19,9 16,0 19,5 18,8
65 ans et plus 0,0 0,9 3,4 1,8 0,0 2,0 0,0 2,1 4,4 2,0
  • Les travailleurs du secteur agroalimentaire de langue française étaient proportionnellement plus âgés que les autres travailleurs du secteur. Dans toutes les régions présentées au graphique 5, la proportion de travailleurs âgés de 50 à 64 ans était plus élevée chez les travailleurs francophones que chez leurs collègues.
  • Dans la région agricole 7 du Manitoba, alors que près d’un travailleur francophone sur trois était âgé de 15 à 29 ans en 2011, c’était le cas d’un travailleur d’un groupe linguistique sur deux.
  • Dans les deux régions agricoles du Manitoba, la main d’œuvre de langue française du secteur agroalimentaire était proportionnellement plus composée d’hommes que la main d’œuvre du secteur appartenant à un autre groupe linguistique.
  • Dans les cinq régions agricoles de l’Ouest canadien présentées au tableau 18, les travailleurs francophones du secteur agroalimentaire étaient proportionnellement moins souvent célibataires et vivaient plus souvent en union libre que les autres travailleurs du secteur. Les travailleurs de la région agricole 7 du Manitoba représentaient toutefois une exception.
    • Dans cette région agricole, un travailleur francophone du secteur agroalimentaire sur deux était marié, soit une proportion nettement plus élevée que celle de leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique. Très peu ou aucun des travailleurs francophones étaient par ailleurs séparés, divorcés ou veufs, ou encore vivant en union libre.
  • Dans les régions agricoles 9 du Manitoba, 5 de l’Alberta et Lower Mainland – Southwest de la Colombie-Britannique, les travailleurs francophones du secteur agroalimentaire avaient généralement une scolarité plus élevée que leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique. Cette scolarité plus élevée était exprimée par les proportions moins élevées de travailleurs francophones qui ne possédaient aucun certificat, diplôme ou grade ou qui possédaient un diplôme d’études secondairesNote  , ainsi que par les proportions plus élevées de ceux qui possédaient un certificat ou diplôme d’un collègeNote  ou universitaireNote  .
  • Dans la région agricole 7 du Manitoba, les travailleurs francophones étaient proportionnellement moins nombreux à ne posséder aucun certificat, diplôme ou grade, et plus nombreux à posséder un diplôme d’études secondairesNote  , comparativement aux travailleurs du secteur agroalimentaire appartenant à d’autres groupes linguistiques.
  • Au Manitoba, la majorité des travailleurs francophones du secteur agroalimentaire étaient nés dans leur province de résidence, leur part relative étant d’ailleurs plus élevée que celle de leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique.
  • En Alberta et en Colombie-Britannique, les travailleurs de langue française étaient proportionnellement plus nombreux à être nés dans une province canadienne autre que celle de leur résidence, et moins nombreux à être nés dans leur province de résidence ou encore à l’extérieur du CanadaNote  .
  • La religion catholique était largement plus répandue chez les travailleurs francophones du secteur agroalimentaire de l’Ouest canadien que chez leurs collègues appartenant à un groupe linguistique.
  • La présence de la religion catholique était la plus forte chez les travailleurs de langue française du Manitoba, et diminuait plus on se dirige vers l’ouestNote  .
  • La présence plus répandue de la religion catholique chez les travailleurs de langue française entraîne chez ces derniers une présence moindre des autres religions (telles qu’anglicane, pentecôtiste, presbytérienne, église unie et les autres religions chrétiennesNote  ) comparativement aux autres travailleurs du secteur. Il y avait également proportionnellement moins de travailleurs francophones qui déclaraient n’avoir aucune appartenance religieuse comparativement aux travailleurs du secteur appartenant à un autre groupe linguistique.
  • La majorité des travailleurs du secteur agroalimentaire était des employés en 2011, qu’ils soient de langue française ou appartenant à un autre groupe linguistique.
  • Les travailleurs francophones du secteur agroalimentaire du Manitoba étaient proportionnellement plus présents dans les sous-groupes de l’approvisionnement (intrants et matériel) et de la fabrication d’aliments, de breuvage et de tabac, et moins présents dans les sous-groupes du service alimentaire et de la restauration, et de la vente au détail et en gros d’aliments, mais seulement dans la région agricole 7 dans ce dernier cas.
  • En Alberta, la répartition des travailleurs francophones parmi les sous-groupes du secteur agroalimentaire était la même que celle de leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique.
  • Dans la région Lower Mainland – Southwest de la Colombie-Britannique, il y avait proportionnellement moins de travailleurs francophones dans le sous-groupe de la vente au détail et en gros d’aliments du secteur agroalimentaire, alors qu’ils étaient plus nombreux dans le sous-groupe du service alimentaire et de la restauration.

Portrait linguistique des travailleurs francophones de l’industrie agroalimentaire de l’Ouest canadien

Connaissance des langues officielles

Graphique 6

Tableau de données de la Graphique 6
Connaissance des langues officielles des travailleurs du secteur agroalimentaire âgés de 15 ans ou plus, selon la PLOP, cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Connaissance des langues officielles des travailleurs du secteur agroalimentaire âgés de 15 ans ou plus Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 3 Alberta, Région agricole 5 Alberta, Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 3 Alberta Région agricole 5 Alberta Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
Anglais seulement 0,0 94,1 0,0 90,4 0,0 91,9 0,0 93,0 0,0 87,8
Français seulement 0,0 0,0 0,0 0,0 2,2 0,0 4,8 0,0 1,4 0,0
Aucune 0,0 0,0 0,0 1,6 0,0 2,5 0,0 1,6 0,0 6,6
Anglais et français 100,0 5,7 98,6 7,9 97,8 5,6 94,8 5,4 97,7 5,6
  • La connaissance du français et de l’anglais était largement répandue chez les travailleurs du secteur agroalimentaire de langue française en 2011 : les proportions allant de 94,8 % dans la région agricole 5 de l’Alberta à 100 % dans la région agricole 7 du Manitoba. En comparaison, les autres travailleurs du secteur connaissaient uniquement l’anglais dans une large mesure (87,8 % à 94,1 %).
  • La connaissance des deux langues officielles variait de 5,4 % (région agricole 5 de l’Alberta) à 7,9 % (région agricole 9 du Manitoba) chez les travailleurs du secteur agroalimentaire appartenant à un autre groupe linguistique que le français.
  • Dans les régions agricoles de l’Alberta et dans la région Lower Mainland – Southwest de la Colombie-Britannique, une petite proportion des travailleurs de langue française ne connaissaient que le français.

Langue d’usage à la maison

Graphique 7

Tableau de données de la Graphique 7
Langue(s) parlée(s) à la maisonLangue(s) parlée(s) Note 1 par les travailleurs du secteur agroalimentaire âgés de 15 ans ou plus, selon la PLOP, cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Langue(s) parlée(s) à la maison par les travailleurs du secteur agroalimentaire âgés de 15 ans ou plus Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 3 Alberta, Région agricole 5 Alberta, Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 3 Alberta Région agricole 5 Alberta Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
Anglais 40,0 94,5 28,9 79,9 34,8 76,1 28,3 81,0 30,8 66,0
Français 0,0 0,0 16,0 0,0 14,3 0,1 11,6 0,0 13,8 0,0
Autres langues 0,0 3,4 6,1 19,1 16,5 23,6 16,3 18,4 18,2 33,6
Anglais et français 51,4 2,0 48,6 1,0 34,4 0,3 43,8 0,5 37,2 0,4
  • Peu de travailleurs de langue française du secteur agroalimentaire utilisaient uniquement le français à la maison : les proportions d’utilisation variant de 0,0 % dans la région agricole 7 du Manitoba à 16,0 % dans la région agricole 9 de la même province.
  • Entre le tiers (région agricole 3 de l’Alberta) et la moitié (région agricole 7 du Manitoba) des travailleurs francophones du secteur agroalimentaire utilisaient le français et l’anglais à la maison, des proportions nettement plus élevées que celles de leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique.
  • L’utilisation de l’anglais et des autres langues était plus basse chez les travailleurs de langue française que chez leurs collègues appartenant à un autre groupe linguistique. Les différences étaient particulièrement importantes dans l’utilisation unique de l’anglais à la maison où elles variaient de -35,2 % dans la région Lower Mainland – Southwest à -54,4 % dans la région agricole 7 du Manitoba.

Langue(s) utilisée(s) au travail

Graphique 8

Tableau de données de la Graphique 8
Langue(s) utilisée(s) au travailLangue(s) utilisée(s) Note 1 par les travailleurs du secteur agroalimentaire âgés de 15 ans ou plus, selon la PLOP, cinq régions agricoles de l'Ouest canadien, 2011
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Langue(s) utilisée(s) au travail par les travailleurs du secteur agroalimentaire âgés de 15 ans ou plus Région agricole 7 Manitoba, Région agricole 9 Manitoba, Région agricole 3 Alberta, Région agricole 5 Alberta, Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique, De langue française et Autres travailleurs, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région agricole 7 Manitoba Région agricole 9 Manitoba Région agricole 3 Alberta Région agricole 5 Alberta Lower Mainland - Southwest Colombie-Britannique
De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs De langue française Autres travailleurs
pourcentage
Anglais 37,1 98,6 58,5 94,7 65,9 94,5 81,7 95,7 72,0 87,3
Français 0,0 0,0 4,4 0,1 2,5 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0
Autres langues 0,0 0,0 2,7 4,2 2,5 5,2 2,0 4,0 5,3 12,2
Anglais et français 54,3 0,0 34,0 1,0 29,0 0,3 15,5 0,3 21,6 0,4
  • La grande majorité des travailleurs du secteur agroalimentaire de l’Ouest canadien utilisaient uniquement l’anglais au travail. Même chez les travailleurs de langue française, l’anglais était plus utilisé au travail que le français et l’anglais, à l’exception des travailleurs francophones de la région agricole 7 du Manitoba.
  • Le français et l’anglais étaient tout de même utilisés au travail par les travailleurs de langue française du secteur agroalimentaire dans des proportions allant de 15,5 % dans la région agricole 5 de l’Alberta à 54,3 % dans la région agricole 7 du Manitoba.

Annexes

Annexe 1 – Industries du secteur agricole
Annexe 2 – Secteur agricole et minorités de langue officielle dans les subdivisions de recensement
Annexe 3 - Industries du secteur agroalimentaire
Annexe 4 - Secteur agroalimentaire et minorités de langue officielle dans les subdivisions de recensement

Date de modification :