Le logo de StatsCan Plus décoré de couleurs inspirées de la fierté.

La hausse des prix de l’essence freinera-t-elle l’engouement des Canadiens pour les camions et les VUS?

2 mai 2022, 11 h 00 (HAE)
Des personnes posent des baisers sur un VUS.

Il n’y a pas si longtemps, la plupart des Canadiens conduisaient une voiture. En 2009, par exemple, environ la moitié des véhicules automobiles neufs vendus au Canada étaient des voitures particulières.

En 2021, un peu plus des trois quarts des véhicules automobiles neufs vendus au Canada (76,2 %) étaient des camions légers, un groupe qui comprend les camionnettes, les VUS et les véhicules multisegments.

Bien que les camions aient représenté une part croissante des ventes de véhicules automobiles neufs pendant une décennie, pour la première fois depuis 2013, les ventes annuelles de voitures particulières ont augmenté. En effet, le nombre d’unités vendues de celles-ci s’est accru de 6,1 % pour atteindre 345 350 en 2021, et leurs ventes totales ont augmenté de 18,1 % pour atteindre 13,6 milliards de dollars.

Les ventes des camions légers ont augmenté à un rythme plus lent que celui des voitures particulières.  En croissance de 4,9 % pour atteindre 1,3 million d’unités vendues, leurs ventes ont augmenté de 9,6 % en dollars pour atteindre 60,8 milliards de dollars, sous l’effet des prix plus élevés.

En 2021, les nouvelles immatriculations de véhicules de tout type de carburant ont augmenté d’une année à l’autre. Les immatriculations de véhicules hybrides électriques (+91,4 %) ont enregistré la plus forte hausse par rapport à 2020. Les immatriculations de de véhicules électriques à batterie ont augmenté de moitié, alors que celles des véhicules hybrides rechargeables ont augmenté de trois quarts. Les immatriculations de véhicules à essence (+2,2 %) et à moteur diesel (+1,7 %) ont observé une croissance beaucoup plus lente.  La hausse des prix de l’essence pourrait être l’une des raisons derrière la popularité croissante des voitures particulières, des véhicules électriques et des véhicules à batterie.

Les prix de l’essence ont augmenté de 31,2 % sur une base annuelle moyenne en 2021 et étaient 12,8 % plus élevés qu’en 2019, avant la pandémie de COVID-19.

Un litre de carburant permet à une voiture à essence ou à moteur diesel d’aller beaucoup plus loin qu’il en est possible avec un camion. Bien entendu, la hausse des prix de l’essence n’est pas du tout un problème pour les acheteurs de voitures électriques neuves. Bien que les prix de l’électricité augmentent également sur une base annuelle moyenne (+2,4 %), leur rythme de croissance est plus lent que celui de l’essence.

Au coût de possession et d’utilisation d’un véhicule viennent s’ajouter les coûts plus élevés de l’achat d’un véhicule. Les prix annuels moyens des voitures particulières ont augmenté de 5,1 % en 2021, majoritairement en raison d’une pénurie mondiale de puces à semi-conducteur.

Seules les primes d’assurance automobile ont accordé un répit à tous les propriétaires d’automobiles avec une diminution de 3,4 % sur une base annuelle moyenne en 2021.

Pour suivre les ventes de véhicules automobiles neufs au Canada selon le nombre d’unités et le type, consultez notre communiqué sur les ventes mensuelles ou annuelles de véhicules automobiles neufs.

Vous pouvez en apprendre davantage sur les prix de l’essence en consultant notre Indice des prix à la consommation mensuel ou notre Indice des prix à la consommation de la moyenne annuelle.

Pompe à essence et deux bidons d'essence. Le texte se lit comme suit : « Les prix de l’essence ont augmenté de 31,2 % sur une base annuelle moyenne en 2021 ».

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec le Service de renseignements statistiques au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias (statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca).