Publications

Aperçus économiques

L'augmentation des prix des aliments entre 2007 et 2012

L'augmentation des prix des aliments entre 2007 et 2012

par Anne-Marie Rollin

Start of text box

Cet article de la série Aperçus économiques traite de l’augmentation des prix des aliments constatée partout dans le monde depuis 2007. Il vise à répondre aux questions suivantes : Comment les prix des aliments ont-ils évolué au Canada et dans le reste du monde depuis 2007? Comment les tendances récentes observées au Canada se comparent-elles aux épisodes antérieurs de hausse des prix des aliments?

End of text box

Ces dernières années, les prix des aliments ont suscité une attention croissante. Cette situation tient en partie à la hausse mondiale prononcée observée en 2007-2008, période durant laquelle, à l’échelle internationale, les prix des aliments ont augmenté de 58 % en deux ans1. En réaction, les organismes qui se préoccupent de la sécurité alimentaire, dont la Banque mondiale et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ont surveillé de près les prix des aliments.

Une hausse relative

Au Canada, entre 2007 et 2012, l’inflation des prix des aliments a eu tendance à être plus prononcée que celle de l’Indice des prix à la consommation (IPC) d’ensemble (graphique 1). Cependant, la période allant de janvier 2008 à janvier 2009 a été marquée par une hausse particulièrement prononcée des prix des aliments (7,4 %). Cette période est remarquable en ce sens que l’IPC d’ensemble a diminué régulièrement d’octobre 2008 à janvier 2009, à la suite du ralentissement mondial de l’activité économique. L’écart résultant entre la hausse cumulée depuis 2007 de l’IPC des aliments et celle de l’IPC d’ensemble enregistré en janvier 2009 persistait en décembre 2012, et avait même augmenté légèrement à partir du milieu de 2011.

Au Canada, les prix des aliments ont augmenté plus rapidement que ceux de toute autre composante principale de l’IPC depuis 2007. De janvier 2007 à décembre 2012, leur hausse cumulée a été de 19,0 %, alors que la progression cumulée de l’IPC d’ensemble excluant les aliments s’est chiffrée à 10,7 %. Au cours de cette période, les prix des aliments ont augmenté au taux annualisé moyen de 3,5 %, comparativement à 2,1 % pour l’IPC d’ensemble.

Cet écart de prix relatif a touché principalement les ménages canadiens qui consacrent une part importante de leurs dépenses à l’alimentation. Sont généralement dans cette situation, par exemple, les ménages à faible revenu, les ménages ayant à leur tête des personnes âgées et les ménages vivant dans les régions peu peuplées, où la concurrence du marché est moins prononcée2.

Une hausse généralisée

La vaste majorité des produits alimentaires ont été touchés par la hausse générale des prix des aliments au Canada. Ainsi, de 2007 à 2012, les prix de tous les groupes de produits alimentaires suivis dans l’IPC ont augmenté plus rapidement que l’IPC d’ensemble excluant les aliments (tableau 1). La constatation est la même pour tous les sous-groupes de produits inclus dans la catégorie « Aliments achetés en magasin », à l’exception des « fruits de mer et autres produits de la mer ». La hausse cumulée était supérieure à 25 % pour six de ces sous-groupes de produits, à savoir les produits de boulangerie, les produits céréaliers (excluant les aliments pour bébé), les noix, le sucre et les confiseries, les graisses et les huiles, ainsi que le café et le thé. Cela représentait, en moyenne, une hausse annualisée supérieure à 4,5 % pour chacun de ces six sous-groupes.

La progression tant absolue que relative des prix des aliments ne s’est pas limitée au Canada. De nombreux autres pays ont vu grimper les prix des aliments ces dernières années. L’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) publie les indices des prix à la consommation des aliments de 39 pays (34 pays membres de l’OCDE et 5 pays non membres). De ces 39 pays, 24 ont connu une inflation cumulée des prix des aliments supérieure à 15 % entre 2007 et 2012, ce qui représente un taux de croissance annualisé moyen supérieur à 2,5 % (tableau 2). Dans chacun de ces 24 pays, l’inflation des prix des aliments a dépassé l’inflation globale des prix.

L’indice des prix des aliments de la FAO, qui suit les prix relevés pour 55 produits, a progressé cumulativement de 33,3 % de 2007 à 2012. Cet indice comprend cinq groupes de produits, à savoir la viande, les produits laitiers, les céréales, les huiles et le sucre. Pour les huiles, les céréales et la viande, les augmentations cumulées étaient toutes supérieures à 30 % entre 2007 et 2012. Le prix du sucre, ingrédient qui entre dans la composition de nombreux produits alimentaires transformés, a plus que doublé durant cette période.

Aucun facteur n’explique à lui seul pourquoi la hausse des prix des aliments est mondiale et généralisée. Les déterminants possibles comprennent un accroissement  généralisé de la demande mondiale, le faible niveau des stocks internationaux, surtout les réserves de céréales, les prix élevés de l’énergie et des engrais, les conditions climatiques inclémentes, qui réduisent la production certaines années, l’utilisation croissante de récoltes, dont le maïs, pour produire des biocarburants, et les politiques d’échanges, comme les embargos sur les exportations3.

Non seulement les prix des aliments ont augmenté depuis 2007, mais ceux des principales céréales vivrières ont également été plus volatils qu’au cours des deux décennies précédentes4.

Épisodes antérieurs d’inflation des prix des aliments au Canada

L’un des épisodes d’inflation des prix des aliments les plus marquants au Canada a débuté en 1972 et a duré jusqu’en 1982, période durant laquelle la hausse annuelle moyenne a été de 10,9 %. Cet épisode a été associé à la création, en mai 1973, de la Commission de surveillance du prix des produits alimentaires, qui a surveillé les fluctuations des prix de certaines denrées jusqu’en 19765. De nombreux autres pays ont connu une forte inflation des prix des aliments durant les années 1970, au lendemain de la première crise pétrolière6.

L’augmentation récente de l’inflation des prix des aliments n’est pas aussi sévère que celle des années 1970. Au cours des cinq premières années de l’épisode courant, la hausse cumulée des prix des aliments a été de 17,0 % (graphique 2). Ce taux cumulé est nettement plus faible que celui de 67,7 % observé durant les cinq premières années de l’épisode d’inflation des prix des aliments des années 1970. En outre, dernièrement, les ménages canadiens ont consacré aux aliments une part plus faible de leurs dépenses (un peu plus de 10 %7) qu’au cours des années 1970 (plus de 20 %8).

Durant les deux épisodes, de 1972 à 1982 et de 2007 à aujourd’hui, les prix des aliments ont augmenté plus rapidement que l’IPC d’ensemble. Pendant les années 1970, les prix de la plupart des produits ont augmenté fortement au moment de la première crise pétrolière9.  Par contre, cette fois-ci, l’inflation des prix des aliments s’est accentuée alors que le taux d’inflation de l’IPC d’ensemble a diminué à la fin de 2008 durant le ralentissement économique mondial. Depuis, la hausse de l’IPC d’ensemble est restée inférieure à celle de l’indice des prix des aliments.

Conclusion

L’épisode courant s’inscrit dans le cadre d’une augmentation de plus long terme des prix des aliments au Canada. Après avoir progressé au cours des années 1970 et au début des années 1980, l’inflation des prix des aliments a diminué considérablement au cours de la décennie suivante, pour atteindre un creux au début des années 1990. Depuis, l’inflation des prix des aliments au Canada a eu tendance à accélérer10.

Comme dans de nombreux autres pays, les prix des aliments ont augmenté sensiblement en termes tant absolus que relatifs au Canada depuis 2007. Cette inflation des prix des aliments est un phénomène mondial, qui s’étend à de nombreux pays et à de nombreux produits. Même si la hausse actuelle des prix des aliments constatée au Canada n’est pas sans précédent, l’inflation des prix des aliments cumulée sur cinq ans de 2007 à 2012 est l’une des plus fortes observées en 20 ans.

Références

Harnarine, H. 1993a. Quelques points de repère dans l’élaboration de l’indice des prix à la consommation pour le Canada : partie 1. L’indice des prix à la consommation, vol. 72, no 9. Produit no 62-001-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Harnarine, H. 1993b. Quelques points de repère dans l’élaboration de l’IPC : partie 2.  L’indice des prix à la consommation, vol. 72, no 10. Produit no 62-001-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

Statistique Canada. 2009. L’activité humaine et l’environnement : statistiques annuelles 2009. Produit no 16-201-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.  

Statistique Canada. 2010. Les habitudes de dépenses au Canada: 2009. Produit no 62-202-X au catalogue de Statistique Canada. Ottawa : Statistique Canada.

World Bank. 2012. Responding to Higher and More Volatile World Food Prices. Economic and Sector Work. Report Number 68420-GLB.


Notes

  1. Calculé d’après l’indice des prix des aliments de la FAO.
  2. Voir les tableaux CANSIM 2003-0021 à 2003-0026 de Statistique Canada, qui donnent les estimations produites d’après l’Enquête sur les dépenses des ménages (EDM) pour l’année de référence 2010.
  3. Voir Banque mondiale (2012).
  4. Voir Banque mondiale (2012).
  5. Voir Harnarine (1993b).
  6. Des données historiques sur les prix des aliments sont disponibles pour certains pays membres de l’OCDE. Les pays qui suivent ont connu une période prolongée de forte inflation des prix des aliments qui a débuté en 1972 ou en 1973 : États-Unis, Royaume Uni, France, Italie, Portugal, Danemark, Finlande, Suède et Japon.
  7. Voir Statistique Canada (2010), tableau 1, p. 17.
  8. Voir Statistique Canada (2009), graphique 1.1, p. 13.
  9. Voir Harnarine (1993a).
  10. Le graphique 2 a également été produit en utilisant une moyenne mobile de cinq ans des variations annuelles au lieu d’une variation cumulée sur cinq ans. La tendance sur la période complète était la même. À partir de 2009, la moyenne mobile de cinq ans pour les aliments a été supérieure à 3,0 %, alors qu’elle était inférieure à 2,0 % pour l’IPC d’ensemble.
Date de modification :