Regards sur la société canadienne
Littératie financière et planification de la retraite

par Sharanjit Uppal

Date de diffusion : le 23 mars 2016 Correction date : (if required)

Début de l’encadré

Aperçu de l’étude

En se fondant sur les données de l’Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF) de 2014, le présent article examine jusqu’à quel point la population active se prépare à la retraite et offre une nouvelle perspective de la relation entre la littératie financière et la planification de la retraite.

  • En 2014, 78 % des personnes de 25 à 64 ans actives sur le marché du travail (occupant un emploi ou en chômage) ont déclaré se préparer financièrement pour la retraite, comparativement à 81 % en 2009. Au cours de ces deux années, environ 45 %, ont affirmé savoir combien ils devaient épargner pour leur retraite.
     
  • Entre 2009 et 2014, on a observé des réductions significatives des taux de préparation à la retraite chez certains groupes de personnes actives, y compris chez les personnes âgées de 25 à 34 ans, dont le taux est passé de 75 % à 66 %, et chez les personnes détenant un diplôme d’études secondaires ou ayant fait des études postsecondaires partielles, dont le taux est passé de 80 % à 71 %.
     
  • En 2014, 34 % des personnes actives qui se préparaient à la retraite ont déclaré que leur principale source de revenus à la retraite serait un régime de retraite de l’employeur. Par comparaison, 31 % ont dit que ce serait un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ou un fonds de revenu de retraite (FRR), 13 % ont dit que ce serait les pensions du gouvernement, 10 % ont indiqué que leurs revenus proviendraient d’autres sources et 12 % ne le savaient pas.
     
  • Dans le cadre de l’ECCF, les répondants doivent remplir un questionnaire sur la littératie financière comportant 14 questions. En 2014, le score moyen obtenu par ceux qui se préparaient à la retraite était de 9,4 (ou 67 %), comparativement à 7,6 (ou 54 %) chez ceux qui ne se préparaient pas à la retraite.
     
  • Même après la prise en compte d’autres facteurs démographiques comme le niveau de scolarité, l’âge et le revenu, ceux ayant obtenu des scores plus élevés en littératie financière étaient plus susceptibles que ceux ayant obtenu des scores plus faibles à affirmer se préparer financièrement à la retraite et savoir combien ils devaient épargner pour leur retraite.

Fin de l’encadré

Introduction

La planification de la retraite demeure un important enjeu pour les Canadiens, tout particulièrement dans un contexte d’évolution constante du système de retraite et de la participation aux différents régimes. Entre 1977 et 2013, la proportion de l’ensemble des salariés canadiens qui participaient à des régimes de retraite agréés est passée de 46 % à 38 %, principalement en raison de la diminution de la participation aux régimes à prestations déterminéesNote 1. En outre, d’après les recherches existantes, certains Canadiens au milieu de la fourchette de répartition des revenus n’économisent pas suffisamment en vue de leur retraiteNote 2, et certains groupes sont plus à risque d’être dans cette situationNote 3.

Il est donc possible que régimes de retraite privés et les épargnes personnelles joueront un rôle encore plus important à l’avenir en matière de revenu à la retraite, ce qui signifie que les Canadiens devront s’informer encore davantage sur les économies en vue de la retraite. Les recherches existantes ont également montré que la planification est fortement associée à une valeur nette totale plus élevée à la retraiteNote 4.

On a constaté que la planification de la retraite est associée à différentes caractéristiques socioéconomiques individuelles. Depuis quelques années, la compréhension du lien entre la littératie financière et la planification de la retraite suscite de plus en plus d’intérêtNote 5. Si la littératie financière est effectivement associée positivement à la planification de la retraite, alors un niveau plus élevé de littératie financière pourrait potentiellement contribuer à améliorer le bien-être financier des Canadiens.

Dans le présent article, nous utilisons les données de l’Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF) de 2014, ainsi que les données du cycle de 2009 de la même enquête (voir Sources de données, méthodes et définitions), pour déterminer comment la planification de la retraite au Canada varie entre différents groupes socioéconomiques, en mettant un accent particulier sur l’association entre la littératie financière et la planification de la retraite. Aux fins du présent article, nous avons utilisé deux mesures principales de la planification de la retraite : 1) si les répondants se préparent ou non financièrement pour la retraite et 2) si les répondants savent combien ils doivent épargner pour leur retraite. La mesure de la littératie financière est indiquée par le nombre de réponses correctes à un questionnaire en 14 points visant à déterminer les connaissances financières des répondants. Les résultats associés à une autre mesure plus subjective de la littératie financière (fondée sur l’idée que se font les répondants au sujet de leurs propres connaissances financières) sont également présentés.

Comme pour les recherches antérieures relatives à la préparation à la retraite, l’échantillon a été limité aux personnes de 25 à 64 ans actives sur le marché du travail, c’est-à-dire, occupant un emploi ou en chômage durant la semaine de référence. L’article décrit dans un premier temps les caractéristiques des personnes qui préparent leur retraite, puis explore la relation entre la littératie financière et la planification de la retraite.

Parmi les Canadiens actifs sur le marché du travail, 4 sur 5 ont déclaré qu’ils se préparaient financièrement pour la retraite

L’ECCF comportait deux questions au sujet de la préparation à la retraite, à l’intention des répondants non retraités : « Est-ce que vous vous préparez financièrement pour votre retraite, grâce à un régime personnel ou à un régime de retraite de l’employeur? » et « Avez-vous une bonne idée du montant d’argent que vous devez épargner pour maintenir votre niveau de vie au moment de votre retraite? »

En 2014, 78 % des personnes actives de 25 à 64 ans ont déclaré qu’elles se préparaient financièrement pour la retraite (tableau 1). Ce chiffre était de 81 % en 2009Note 6. Aussi, en 2014, 45 % ont affirmé savoir combien épargner, une proportion semblable à celle mesurée en 2009Note 7.

Tableau 1
Préparation à la retraite, selon certaines caractéristiques, 2009 et 2014 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Préparation à la retraite Se prépare financièrement à la retraite, Connaît le montant à épargner, 2009 et 2014, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Se prépare financièrement à la retraite Connaît le montant à épargner
2009 2014 2009 2014
pourcentage
Ensemble 81,0 77.8Note * 45,6 45,0
Sexe  
Hommes 81,3 78,2 50,6 52,3
Femmes 80,7 77,3 39,9 37,4
Groupe d'âge  
25 à 34 ans 75,0 66,3Note * 37,3 35,6
35 à 44 ans 82,3 81,6 44,0 46,8
45 à 54 ans 83,0 81,2 48,4 50,3
55 à 64 ans 85,1 83,6 56,8 47,4Note *
Situation familiale  
Famille comptant un couple avec enfant 84,4 82,0 46,5 46,8
Famille comptant un couple sans enfant, ou sans enfant à charge 84,0 81,1 51,1 47,2
Personne hors famille 78,1 73,5 44,4 43,7
Famille monoparentale 70,6 68,9 30,1 29,0
Autre type de famille 67,5 56,9 36,2 43,1
Niveau de scolarité  
Moins d'un diplôme d'études secondaires 61,1 60,7 28,8 42,8Note *
Diplôme d'études secondaires et études postsecondaires partielles 79,5 70,9Note * 41,1 37,8
Diplôme d'études postsecondaires 81,1 80,5 45,9 43,8
Diplôme universitaire 87,8 85,5 53,5 53,0
Statut d'immigrant  
Né au Canada 82,8 79,3Note * 46,7 45,2
Immigrant 74,5 71,8 41,5 44,2
Récent 65,8 65,2 34,2 40,1
De longue date 77,4 74,7 44,0 46,0
Statut d'emploi  
Employé rémunéré 85,2 81,3Note * 45,4 43,3
Travailleur autonome 75,1 72,4 52,5 56,4
Chômeur 50,7 36,9Note * 35,0 44,4
Quintile du revenu des ménages  
Inférieur 58,2 56,9 30,1 37,0Note *
Deuxième 77,4 72,1 37,4 39,1
Troisième 85,1 77,8Note * 44,1 36,2Note *
Quatrième 91,4 89,5 54,1 50,4
Supérieur 93,6 93,6 61,9 62,5
Mode d'occupation du logement  
Propriétaire — Aucune hypothèque 85,1 86,0 57,9 58,2
Propriétaire — Avec hypothèque 85,6 80,5Note * 45,2 43,4
Locataire 66,9 67,4 35,0 38,0
Couverture des régimes de retraiteNote 1  
Aucun plan Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 50,5 49,9
Régime à cotisations déterminées Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 53,9 63,5Note *
Régime à prestations déterminées Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 51,6 50,5
Autres plansNote 2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 38,8 40,0
Non préparé financièrement pour la retraite Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 24,8 24,8
Profession  
Ventes et services 74,3 64,6Note * 40,1 38,6
Gestion 86,9 85,0 57,0 61,2
Affaires, finance et administration 84,5 87,1 45,0 49,9
Sciences naturelles et appliquées 88,2 87,9 56,3 48,2
Santé 89,1 88,9 47,7 37,8
Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion 90,5 89,7 44,1 37,2
Arts, culture, sport et loisirs 79,4 78,9 42,4 54,4
Métiers, transport et machinerie 75,4 72,9 43,1 44,0
Propre au secteur primaire 75,3 61,9 47,4 49,0
Transformation, fabrication et services d'utilité publique 73,2 83,5Note * 27,3 40,2
Autre 71,8 46,5 47,3 44,2
Région  
Atlantique 77,4 76,2 39,6 40,5
Québec 77,7 75,5 40,3 42,4
Ontario 82,5 77,9 46,3 45,6
Manitoba et Saskatchewan 87,9 84,9 48,0 46,1
Alberta 84,6 80,5 51,9 49,4
Colombie-Britannique 77,9 76,1 48,9 45,7

Ces proportions variaient en fonction de différentes caractéristiques socioéconomiques. En général, la proportion des répondants qui se préparaient financièrement pour la retraite augmentait avec l’âge, le niveau de scolarité, le revenu et la propriété du logement. Il en était de même pour ceux qui ont déclaré savoir combien ils devaient épargner (dans le cas des répondants qui ne se préparaient pas à la retraite, l’enquête demandait de fournir une raison. Pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet, consulter Personnes actives qui ne se préparent pas financièrement pour la retraite.

En 2014, les deux tiers des personnes de 25 à 34 ans ont déclaré qu’elles se préparaient financièrement pour la retraite. Cette proportion était plus élevée chez les personnes de 35 ans et plus (de 81 % à 84 %). Les répondants plus jeunes étaient aussi moins susceptibles de savoir combien ils devaient épargner pour leur retraite. Ces résultats ne sont peut-être pas surprenants, étant donné que la retraite peut être une notion plus distante dans le cas des personnes de ce groupe d’âge.

Les taux de préparation à la retraite varient selon le niveau de scolarité. Environ 61 % des personnes qui ne détenaient pas un diplôme d’études secondaires ont déclaré se préparer à la retraite, comparativement à 86 % de celles qui détenaient un diplôme universitaire. Les proportions comparables pour les personnes détenant un diplôme d’études secondaires ou ayant fait des études postsecondaires partielles, et celles détenant un certificat ou un diplôme d’études postsecondaires étaient de 71 % et de 81 %, respectivement. En outre, 54 % des détenteurs d’un diplôme universitaire savaient combien ils devaient épargner, par rapport à 43 % de ceux qui n’avaient pas terminé leurs études secondaires.

Le niveau de revenu du ménage est également associé à la préparation à la retraite. Environ 57 % des personnes dans le quintile inférieur du revenu du ménage se préparaient financièrement pour la retraite, comparativement à 94 % dans le quintile supérieur du revenu. De plus, 63 % des personnes dans le quintile supérieur du revenu savaient combien épargner, par rapport à 37 % dans le quintile inférieur. Ceci pourrait s’expliquer par une moins grande motivation à épargner chez les personnes dans le quintile inférieur du revenu, puisque les personnes de ce quintile réussissent généralement à maintenir leur niveau de vie au moyen du système de pensions publiques pendant leurs années de retraiteNote 8.

Les immigrants récents (ceux qui sont arrivés au Canada au cours de la période de 10 ans précédant l’enquête) étaient moins susceptibles de se préparer à la retraite (65 %) en comparaison des immigrants de longue date (75 %) et des personnes nées au Canada (79 %). Ils étaient aussi moins susceptibles de savoir combien ils devaient épargner. Les autres groupes plus susceptibles de se préparer à la retraite comprenaient les couples ayant des enfants à charge (82 %) et les couples sans enfants à charge (81 %) par rapport aux personnes hors famille (74 %), aux parents seuls (69 %) et aux personnes appartenant à « d’autres » types de famille (57 %); les salariés rémunérés (81 %) par rapport aux travailleurs autonomes (72 %) et par rapport aux chômeurs (63 %); et les propriétaires sans hypothèque (86 %) par rapport aux propriétaires avec une hypothèque (81 %) et par rapport aux locataires (67 %). Les résidents des Prairies étaient également plus susceptibles que les autres Canadiens de se préparer à la retraite.

Tel que noté précédemment, la proportion de personnes actives qui se préparaient à la retraite a diminué entre 2009 et 2014, passant de 81 % à 78 %. La baisse observée était cependant plus forte pour certains groupes. Ce fut notamment le cas chez les personnes de 25 à 34 ans (de 75 % à 66 %); chez les personnes détenant un diplôme d’études secondaires ou ayant fait des études postsecondaires partielles (de 80 % à 71 %), chez les propriétaires avec une hypothèque (de 86 % à 81 %); chez les personnes dans le troisième quintile du revenu du ménage (85 % à 78 %); et chez les personnes dont le type de famille était « Autre » (de 68 % à 57 %).

Les régimes de retraite de l’employeur et les REER devraient être les principales sources de revenus à la retraite

On a demandé aux répondants qui avaient déclaré qu’ils se préparaient financièrement pour la retraite d’indiquer les sources de revenus incluses dans leur plan financier pour la retraite. Les deux sources les plus couramment mentionnées étaient les pensions du gouvernement et les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER). En 2014, environ 80 % des personnes actives s’attendaient à ce que ces deux régimes constituent une source de revenus à leur retraite (graphique 1), tandis que 60 % comptaient sur des régimes de retraite de l’employeurNote 9.

Graphique 1 Sources de revenus incluses dans le plan financier pour la retraite, 2009 et 2014, pourcentage

Description du graphique 1
Tableau de données du graphique 1 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Sources de revenus incluses dans le plan financier pour la retraite 2009 et 2014(figurant comme en-tête de colonne).
  2009 2014
Autre 2,2 0,4
Prêt hypothécaire inversé 3,4 2,2
Soutien financier de la famille (incluant conjoint) 13,4 6,5
Revenu de sa propre entreprise ou de celle du conjoint 19,1 15,5
Héritage 16,9 15,6
Vente de biens non financiers 16,3 15,8
Vente de biens financiers (excluant REER/FRR) 25,7 21,6
Revenu d'un emploi à la retraite 44,0 35,5
Régime de pension professionel ou de l'employeur 60,6 59,8
REER 83,9 79,0
Pensions du gouvernementNote 1 82,9 81,1

En 2014, jusqu’à 36 % des personnes actives avaient mentionné un revenu d’un emploi comme source prévue de revenus à la retraite, comparativement à 44 % en 2009. Comme l’ont constaté des recherches précédentes, certains Canadiens envisagent la possibilité d’occuper un emploi après la retraite, ce qui permet d’affirmer que la retraite et le retrait du marché du travail ne sont pas synonymes pour de nombreux CanadiensNote 10.

Outre les questions qui leur ont été posées au sujet des différentes sources de revenus incluses dans leur planification financière, on a aussi demandé aux répondants quelle était la principale source de revenus qu’ils s’attendaient à utiliser à la retraite. Parmi ceux qui se préparaient à la retraite en 2014, la plupart s’attendaient à ce que les régimes de retraite de l’employeur (34 %) et les REER/FRR (31 %) soient leurs principales sources de revenus à la retraite (graphique 2). Venaient ensuite les pensions du gouvernement (13 %). Cependant, 12 % des répondants ne savaient pas quelle serait leur principale source de revenus à la retraite. Les résultats pour le cycle de 2009 étaient généralement semblables (pour la principale source de revenus attendue des répondants qui ne se préparaient pas à la retraite, voir Personnes actives qui ne se préparent pas financièrement pour la retraite).

Graphique 2 Principale source de revenus envisagée à la retraite, 2009 et 2014, pourcentage

Description du graphique 2
Tableau de données du graphique 2 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Principale source de revenus envisagée à la retraite 2009 et 2014(figurant comme en-tête de colonne).
  2009 2014
Ne sait pas 9,5 11,8
Autre 6,4 3,4
Revenu de sa propre entreprise ou de celle du conjoint 3,0 3,3
Revenu d'un emploi à la retraite 3,1 3,3
Pensions du gouvernementNote 1 12,2 13,2
REER/FRR 30,8 30,7
Régime de pension professionel ou de l'employeur 35,1 34,3

Les principales sources de revenus anticipées à la retraite variaient en fonction des caractéristiques socioéconomiques. Les répondants plus jeunes étaient moins susceptibles de connaître la nature de leur principale source future de revenus; ce résultat peut s’expliquer par le fait qu’ils sont plus éloignés de leur retraite. Plus de 1 personne sur 5 âgée de 25 à 34 ans ne savait pas quelle serait sa principale source de revenus à la retraite (tableau 2), comparativement à 10 % de celles âgées de 35 à 44 ans et à 8 % de celles âgées de 45 ans et plus. Les personnes de 25 à 34 ans étaient aussi moins susceptibles de mentionner les pensions du gouvernement comme principale source de revenus à la retraite (8 %), tandis que le quart des personnes de 55 à 64 ans s’attendaient à ce que ces régimes constituent leur source principale de revenus.

Tableau 2
Principale source de revenus envisagée à la retraite en fonction de caractéristiques sélectionnées, 2014 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Principale source de revenus envisagée à la retraite en fonction de caractéristiques sélectionnées Pensions du gouvernement, Régime de pension professionel ou de l'employeur, REER/FRR, Revenu d'emploi, Autre et Ne sait pas, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Pensions du gouvernementNote 1 Régime de pension professionel ou de l'employeur REER/FRR Revenu d'emploi Autre Ne sait pas
pourcentage
Sexe  
Hommes 11,0 32,9 32,4 4,4 6,3 13,0
Femmes 15,7 35,9 28,9 2,0 7,1 10,4
Groupe d'âge  
25 à 34 ans 7,8 30,1 31,9 2,6 5,5 22,1
35 à 44 ans 8,7 39,6 31,0 4,4 6,5 9,8
45 à 54 ans 13,4 35,2 34,1 2,5 6,7 8,1
55 à 64 ans 25,5 30,2 24,0 3,4 8,9 8,0
Situation familiale  
Famille comptant un couple avec enfant 10,4 36,8 32,6 2,8 7,2 10,2
Famille comptant un couple sans enfant, ou sans enfant à charge 17,7 31,0 29,4 3,7 7,8 10,4
Personne hors famille 14,8 34,0 27,0 4,0 3,9 16,3
Famille monoparentale 11,0 34,2 32,5 4,1 5,6 12,6
Autre type de famille 12,9 30,3 28,7 2,5 6,9 18,7
Niveau de scolarité  
Moins d'un diplôme d'études secondaires 23,4 25,1 17,7 9,1 8,9 15,8
Diplôme d'études secondaires et études postsecondaires partielles 16,8 29,3 27,2 4,4 7,6 14,7
Diplôme d'études postsecondaires 11,6 37,6 31,2 2,4 5,7 11,5
Diplôme universitaire 10,8 35,6 35,3 2,5 6,5 9,3
Statut d'immigrant  
Né au Canada 12,5 36,1 30,2 3,4 7,1 10,7
Immigrant  
Récent 14,0 23,4 29,9 3,8 4,4 24,5
De longue date 17,4 27,3 33,8 2,5 5,5 13,5
Statut d'emploi  
Employé rémunéré 12,6 38,3 29,1 2,6 4,8 12,6
Travailleur autonome 14,7 7,0 44,0 7,1 21,0 6,2
Chômeur 26,0 28,3 23,6 6,3 6,9 8,9
Quintile du revenu des ménages  
Inférieur 26,1 23,1 21,3 2,8 6,3 20,4
Deuxième 15,8 29,7 28,3 3,7 5,7 16,8
Troisième 14,1 31,7 33,1 2,8 7,0 11,3
Quatrième 9,5 42,4 30,2 2,7 6,1 9,1
Supérieur 5,9 39,4 37,0 4,2 8,1 5,4
Mode d'occupation du logement  
Propriétaire — Aucune hypothèque 16,5 24,1 37,9 2,2 8,9 10,4
Propriétaire — Avec hypothèque 11,8 39,5 30,1 2,8 6,8 9,0
Locataire 13,0 32,8 25,8 5,2 4,8 18,4
Couverture des régimes de retraite  
Aucun plan 19,6 2,7 46,7 5,8 11,6 13,6
Régime de cotisations déterminées 12,4 43,2 29,8 2,8 2,9 8,9
Régime de prestations déterminées 7,5 62,3 18,1 1,4 2,9 7,8
Autres plansNote 2 9,0 47,8 16,9 0,7 4,3 21,3
Région  
Atlantique 12,5 44,1 23,3 2,6 5,9 11,6
Québec 9,8 38,0 33,9 2,9 4,7 10,7
Ontario 14,6 35,5 29,1 3,2 6,2 11,4
Manitoba et Saskatchewan 7,7 43,7 24,3 3,6 10,4 10,3
Alberta 13,4 22,6 33,2 4,6 9,6 16,6
Colombie-Britannique 18,2 25,6 34,8 3,1 7,5 10,8

Les personnes qui avaient un niveau de scolarité plus élevé étaient plus susceptibles d’envisager les régimes de retraite d’un employeur et les REER/FRR comme principale source de revenus à la retraite. Cette constatation n’est pas surprenante, puisque les niveaux de scolarité plus élevés se traduisent par des emplois professionnels qui sont plus susceptibles de comporter des régimes de retraite de l’employeur et des niveaux de rémunération plus élevés, ce qui donne lieu à un taux plus élevé d’épargne personnelle. En revanche, les personnes ne détenant pas un diplôme d’études secondaires étaient plus susceptibles de déclarer que les pensions du gouvernement seraient leur principale source de revenus. De plus, parmi celles-ci, près de 1 personne sur 6 ne savait pas quelle serait sa principale source de revenus à la retraite.

Le cinquième (20 %) des personnes dans le quintile inférieur du revenu du ménage ne savaient pas quelle serait leur source principale, comparativement à 5 % dans le quintile supérieur du revenu. Les répondants dans les quintiles supérieurs du revenu étaient plus susceptibles de mentionner les régimes de retraite de l’employeur et les REER/FRR comme principale source anticipée de revenus. En revanche, les répondants dans le quintile inférieur du revenu étaient plus susceptibles de s’attendre à ce que les pensions du gouvernement constituent leur principale source de revenus (26 %, comparativement à 6 % dans le quintile supérieur).

Comme on pouvait s’y attendre, on a constaté des différences entre les travailleurs salariés et les travailleurs autonomes. Les travailleurs salariés comptent davantage sur les régimes de retraite de l’employeur (38 %) que les travailleurs autonomes (7 %). Ces derniers étaient plus susceptibles d’envisager les REER/FRR comme principale source anticipée de revenus (44 %). De plus, 7 % des travailleurs autonomes envisageaient leurs revenus d’emploi à la retraite comme source principale, tandis que 13 % envisageaient un revenu en provenance d’une entreprise. Les 7 % de travailleurs autonomes qui envisageaient les régimes de retraite de l’employeur comme source principale ont occupé un emploi antérieurement, ou prévoyaient être à l’emploi d’un employeur offrant un régime de retraite.

Les immigrants étaient moins susceptibles que les personnes nées au Canada de connaître leur principale source de revenus à la retraite, et ils étaient plus susceptibles de mentionner les pensions du gouvernement comme source principale. Au plan régional, les résidents du Manitoba et de la Saskatchewan étaient les moins susceptibles d’envisager les pensions du gouvernement comme principale source de revenus, et les plus susceptibles (avec les résidents du Canada atlantique) d’envisager les régimes de retraite de l’employeur comme source principale.

La littératie financière varie selon le groupe

Afin de mesurer la littératie financière, l’ECCF a eu recours à des approches à la fois subjectives et objectives. L’approche plus subjective consistait à demander aux répondants de rapporter eux-mêmes leur propre niveau de connaissance du domaine financier, en y attribuant la cote « Très bonne connaissance », « Bonne connaissance », « Connaissance élémentaire » ou « Piètre connaissance ».

En 2009, tout comme en 2014, 5 % des répondants n’ont pas répondu à cette question. Parmi les répondants qui y ont répondu en 2014, 8 % ont déclaré avoir une très bonne connaissance du domaine financier, 30 %, une bonne connaissance, 44 %, une connaissance élémentaire et 18 %, une piètre connaissance, respectivement. Les proportions en 2009 étaient de 7 %, de 31 %, de 46 % et de 16 %, respectivement.

L’approche objective consistait à faire répondre à un questionnaire en 14 points portant sur l’inflation, les taux d’intérêt, les rapports de solvabilité, les actions, le risque et les dettes et emprunts (voir Sources de données, méthodes et définitions)Note 11. La majorité des répondants ont soit fourni une réponse (correcte ou incorrecte) aux questions, soit indiqué qu’ils ne savaient pas la réponse. Un score de 1 était attribué à chaque réponse correcte, tandis qu’un score de 0 était attribué à chaque réponse incorrecte et à chaque réponse « Ne sait pas ». Seulement 7 % des répondants en 2009 et 9 % en 2014 ont refusé de répondre à au moins une question ou laissé la case de réponse vide pour au moins une question. Ces répondants ont été exclus des analyses décrites ci-dessous.

En 2014, le score moyen en littératie financière chez les personnes actives était de 9,0 sur un maximum possible de 14,0 (ou environ 64 %). Ce résultat était semblable au score moyen de 9,2 obtenu en 2009. La répartition globale des scores en littératie financière en 2014 était très semblable à celle obtenue pour 1999 (graphique 3). Dans les deux cycles, environ 52 % ont obtenu un score de 9,0 ou moins.

Graphique 3 Pourcentage de la population selon le nombre de réponses correctes au questionnaire financier, 2009 et 2014, pourcentage

Description du graphique 3
Tableau de données du graphique 3 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Pourcentage de la population selon le nombre de réponses correctes au questionnaire financier 2014 et 2009(figurant comme en-tête de colonne).
  2014 2009
0 1,6 0,7
1 0,7 0,4
2 0,9 0,5
3 0,7 1,0
4 2,2 2,1
5 5,1 3,1
6 5,5 6,7
7 10,2 10,3
8 12,0 12,4
9 13,6 14,3
10 14,9 15,4
11 14,0 14,0
12 10,1 10,3
13 6,0 6,4
14 2,7 2,5

Le score moyen ne variait pas beaucoup en fonction de l’âge. Les personnes dans le groupe d’âge le plus jeune (25 à 34 ans) ont obtenu un score de 8,6 en 2014, tandis que les 45 à 54 ans ont obtenu un score de 9,2Note 12. Les autres groupes d’âge ont obtenu un score de 9,1. Par contre, des niveaux de scolarité plus élevés étaient associés à des scores plus élevés en littératie financière. Les personnes qui ne détenaient pas de diplôme d’études secondaires ont obtenu un score de 7,2, alors que les détenteurs d’un diplôme universitaire ont obtenu un score de 9,9. Le score moyen des personnes titulaires d’un diplôme d’études secondaires ou ayant fait des études postsecondaires partielles était de 8,7 et celui des personnes titulaires d’un certificat ou d’un diplôme d’études postsecondaires, de 9,0.

Des revenus du ménage plus élevés étaient associés à des scores plus élevés en littératie financière. Les personnes dans le quintile inférieur des revenus du ménage ont obtenu un score de 7,8. À l’opposé, les personnes dans le quintile supérieur des revenus du ménage ont obtenu un score de 10,4. Les scores dans les deuxième, troisième et quatrième quintiles des revenus du ménage étaient de 8,6, de 8,8 et de 9,4, respectivement. Le statut d’emploi était également associé à la littératie financière. Les travailleurs rémunérés, les travailleurs autonomes et les chômeurs ont obtenu des scores de 9,0, de 9,9 et de 7,5, respectivement.

Les immigrants récents ont obtenu des scores significativement plus faibles que les personnes nées au Canada (6,9 contre 9,4). Les immigrants de longue date ont obtenu un score de 7,8 en moyenne. Les scores moins élevés obtenus par les immigrants pourraient être associées à la langue maternelle des répondants. En fait, parmi les répondants dont la langue maternelle n’était ni le français ni l’anglais (les deux langues dans lesquelles l’enquête a été menée), le score moyen était de 7,4, alors que chez les répondants dont la langue maternelle était le français ou l’anglais, il était de 9,4.

À l’échelle des régions, le Canada atlantique, le Québec, l’Ontario, le Manitoba et la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique présentaient des scores moyens de 8,9, de 8,6, de 9,0, de 9,3, de 9,4 et de 9,2, respectivement. Enfin, les femmes ont obtenu un score en littératie financière plus faible en moyenne (8,7) que les hommes (9,3)Note 13.

Comment évaluer la relation entre la littératie financière et la planification de la retraite

Les scores de littératie financières sont associés à la préparation à la retraite. En 2014, parmi ceux qui se préparaient financièrement pour la retraite, le score moyen en littératie financière était de 9,4 (ou 67 %). En comparaison, il était de 7,6 (ou 54 %) parmi ceux qui ne se préparaient pas à la retraite. De même, il était de 9,7 (ou 69 %) parmi ceux qui savaient combien ils devaient épargner, et de 8,7 (ou 62 %) parmi ceux qui ne le savaient pas.

Afin d’étudier la relation entre la littératie financière et la préparation à la retraite, on a créé quatre catégories de préparation à la retraite : 1) ne se prépare pas et ne sait pas combien épargner; 2) ne se prépare pas, mais sait combien épargner; 3) se prépare, mais ne sait pas combien épargner; et 4) se prépare et sait combien épargner. Comme la taille de l’échantillon pour 2014 était relativement faible, les données de 2009 et de 2014 ont été regroupées de manière à obtenir des résultats robustes pour toutes les catégories.

Environ 41 % des personnes actives se préparaient financièrement pour la retraite et savaient combien épargner (tableau 3). Environ 40 % se préparaient, mais ne savaient pas combien épargner. Environ 5 % ne se préparaient pas, mais savaient combien épargner, et 14 % ne se préparaient pas et ne savaient pas combien épargner.

Tableau 3
Répartition entre les catégories de préparation à la retraite, en fonction de la littératie financière et en fonction d'autres caractéristiques, données combinées de 2009 et de 2014 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Répartition entre les catégories de préparation à la retraite Ne se prépare pas, Se prépare, et ne connaît pas le montant à épargner, mais connaît le montant à épargner, mais ne connaît pas le montant à épargner et et connaît le montant à épargner, calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Ne se prépare pas Se prépare
et ne connaît pas le montant à épargner mais connaît le montant à épargner mais ne connaît pas le montant à épargner et connaît le montant à épargner
pourcentage
Ensemble 14,4 4,8 39,8 41,1
Score de littératie financière  
0 à 7 23,3 5,9 43,3 27,5
8 à 9 16,2 4,5 43,0 36,3
10 à 11 10,5 5,1 38,5 45,9
12 à 14 6,5 3,1 33,2 57,3
Niveau de connaissances financières estimé par les répondants  
Piètre connaissance 22,8 5,7 50,3 21,2
Connaissance élémentaire 14,3 3,6 44,1 38,0
Bonne connaissance 11,7 4,9 32,0 51,5
Très bonne connaissance 5,6 7,7 22,5 64,1
Sexe  
Hommes 12,8 5,7 35,1 46,4
Femmes 16,1 3,8 45,0 35,2
Groupe d'âge  
25 à 34 ans 21,1 5,7 42,0 31,2
35 à 44 ans 13,3 4,2 40,7 41,8
45 à 54 ans 11,9 4,7 38,7 44,7
55 à 64 ans 10,3 4,4 36,9 48,4
Niveau de scolarité  
Moins d'un diplôme d'études secondaires 26,8 9,3 36,5 27,3
Diplôme d'études secondaires et études postsecondaires partielles 17,0 5,8 42,5 34,8
Diplôme d'études postsecondaires 14,3 3,9 40,7 41,1
Diplôme universitaire 8,8 3,5 37,7 50,0
Situation familiale  
Famille comptant un couple avec enfant 12,4 3,5 40,4 43,7
Famille comptant un couple sans enfant, ou sans enfant à charge 10,6 4,7 39,2 45,6
Personne hors famille 18,0 5,6 37,8 38,6
Famille monoparentale 23,6 5,3 47,3 23,8
Autre type de famille 24,0 10,0 36,3 29,8
Statut d'immigrant  
Né au Canada 13,5 4,5 40,2 41,9
Immigrant  
Récent 25,0 9,5 37,3 28,3
De longue date 15,1 4,6 38,8 41,5
Statut d'emploi  
Employé rémunéré 12,2 3,5 42,9 41,5
Travailleur autonome 17,1 6,9 28,2 47,9
Chômeur 36,1 16,8 25,4 21,7
Quintile du revenu des ménages  
Inférieur 32,5 9,1 33,7 24,8
Deuxième 16,7 6,1 44,6 32,7
Troisième 10,4 4,0 47,7 37,9
Quatrième 7,4 2,0 41,1 49,5
Supérieur 3,5 2,4 31,9 62,2
Mode d'occupation du logement  
Propriétaire — Aucune hypothèque 8,1 5,0 33,4 53,5
Propriétaire — Avec hypothèque 12,0 3,7 43,2 41,1
Locataire 24,2 6,8 38,5 30,6
Couverture des régimes de retraiteNote 1  
Aucun plan Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 49,3 50,7
Régime de cotisations déterminées Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 48,6 51,4
Régime de prestations déterminées Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 41,7 58,3
Autres plansNote 2 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer 60,6 39,5
Non préparé financièrement pour la retraite 75,1 24,9 Note ...: n'ayant pas lieu de figurer Note ...: n'ayant pas lieu de figurer
Profession  
Ventes et services 22,5 6,2 37,6 33,7
Gestion 9,5 3,2 31,5 55,8
Affaires, finance et administration 11,4 2,9 41,3 44,5
Sciences naturelles et appliquées 7,1 2,9 40,1 50,0
Santé 7,1 2,0 49,9 41,0
Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion 8,3 1,5 50,5 39,7
Arts, culture, sport et loisirs 14,6 6,4 36,3 42,6
Métiers, transport et machinerie 16,2 7,4 38,4 38,0
Propre au secteur primaire 19,7 11,9 31,8 36,7
Transformation, fabrication et services d'utilité publique 17,3 3,1 49,1 30,6
Autre 24,6 9,9 29,1 36,4
Région  
Atlantique 17,4 5,4 42,4 34,9
Québec 17,2 5,0 40,5 37,4
Ontario 13,3 4,5 40,3 42,0
Manitoba et Saskatchewan 10,3 2,9 42,3 44,5
Alberta 12,3 4,6 36,6 46,6
Colombie-Britannique 14,7 6,1 37,4 41,8

On a aussi créé quatre catégories pour les scores de littératie financière : 0 à 7 (correspondant à 24 % des personnes actives); 8 ou 9 (26 %); 10 ou 11 (30 %); et 12 à 14 (20 %). Il n’était pas possible de créer des quartiles exacts étant donné la répartition des scores. Les personnes actives ayant obtenu des scores plus élevés en littératie financière étaient plus susceptibles de se préparer financièrement pour la retraite et de savoir combien elles devaient épargner. Plus de la moitié (57 %) de celles ayant obtenu des scores entre 12 et 14 appartenaient à ce groupe. En comparaison, tout juste un peu plus du quart (28 %) des personnes ayant obtenu les scores les plus faibles se préparaient et savaient combien épargner, tandis que près du quart (23 %) des personnes ayant obtenu les scores les plus faibles ne se préparaient pas et ne savaient pas combien épargner. Ces chiffres se comparaient à 7 % des personnes ayant obtenu les scores les plus élevées en littératie financière.

Il existe aussi un lien entre le degré de connaissances financières tel qu’estimé par les répondants eux-mêmes et la préparation à la retraite. Près des deux tiers (64 %) des personnes ayant déclaré avoir de très bonnes connaissances se préparaient financièrement pour la retraite et savaient combien épargner. En comparaison, le cinquième (21 %) de celles ayant déclaré avoir de piètres connaissances appartenaient à ce groupe. Près de 23 % des personnes ayant déclaré avoir de piètres connaissances ne se préparaient pas à la retraite et ne savaient pas combien épargner, comparativement à 6 % des personnes ayant déclaré avoir de très bonnes connaissances.

Comme on pouvait s’y attendre, il y avait un lien positif entre la préparation à la retraite et l’âge. Près de la moitié (48 %) de ceux âgés de 55 à 64 ans ont déclaré qu’ils se préparaient et qu’ils savaient combien ils devaient épargner, comparativement à moins du tiers (31 %) des 25 à 34 ans. Plus du cinquième des plus jeunes et le dixième des  plus âgés ne se préparaient pas et ne savaient pas combien ils devaient épargner. Enfin, les hommes étaient plus susceptibles que les femmes de se préparer et de savoir combien ils devaient épargner.

La moitié des diplômés universitaires se préparaient à la retraite et savaient combien ils devaient épargner. Parmi ceux qui ne détenaient pas au moins un diplôme d’études secondaires, 27 % ne se préparaient pas à la retraite et ne savaient pas combien ils devaient épargner. Cette proportion était plus faible (9 %) chez les diplômés universitaires.

Une majorité (62 %) d’individus dans le quintile supérieur du revenu du ménage ont déclaré qu’ils se préparaient financièrement pour la retraite et qu’ils savaient combien ils devaient épargner pour leur retraite. Alors que seulement 4 % dans le quintile supérieur du revenu ne se préparaient pas et ne savaient pas combien ils devaient épargner, ce chiffre était de 33 % dans le quintile inférieur du revenu.

Les autres groupes comportant des proportions relativement élevées de personnes qui se préparaient à la retraite et qui savaient combien épargner comprenaient : les propriétaires sans hypothèque (54 %); les couples avec et sans enfants à charge (44 % et 46 %, respectivement); les personnes occupant un poste de gestionnaire (56 %) ou un poste en sciences naturelles et appliquées ou un poste connexe (50 %); les travailleurs autonomes (48 %); et les résidents de l’Alberta (47 %).

Par ailleurs, les autres groupes comportant des proportions comparativement élevées de personnes qui ne se préparaient pas à la retraite et qui ne savaient pas combien  épargner comprenaient : les chômeurs (36 %); les immigrants récents (25 %); les parents seuls et les personnes appartenant à d’autres types de familles (24 % chacun); les locataires (24 %); les personnes occupant un poste dans les secteurs des ventes et des services (23 %) et l’industrie primaire (20 %); et les résidents du Canada atlantique et du Québec (17 % chacun).

La discussion qui précède a démontré qu’un certain nombre de facteurs sont associés à la planification de la retraite. Ces facteurs sont simultanément pris en compte dans un modèle probit multinomial, et les résultats sont présentés sous la forme de probabilités prédites (tableau 4).

Tableau 4
Probabilités prédites dans un modèle probit multinomial des catégories de préparation à la retraite, données combinées de 2009 et de 2014Note 1 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Probabilités prédites dans un modèle probit multinomial des catégories de préparation à la retraite Ne se prépare pas, Se prépare, et ne connaît pas le montant à épargner, mais connaît le montant à épargner, mais ne connaît pas le montant à épargner et et connaît le montant à épargner, calculées selon probabilité prédite unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Ne se prépare pas Se prépare
et ne connaît pas le montant à épargner mais connaît le montant à épargner mais ne connaît pas le montant à épargner et connaît le montant à épargner
probabilité prédite
Année  
2009 (réf.) 0,10 0,03 0,44 0,43
2014 0,12 0,04 0,42 0,42
Score de littératie financière  
0 à 7 0,15 0,04 0,47 0,34
8 à 9 0,13 0,04 0,45 0,39Note *
10 à 11 0,09Note * 0,05 0,40Note * 0,46Note *
12 à 14 0,07Note * 0,03 0,38Note * 0,52Note *
Sexe  
Hommes 0,10Note * 0,05Note * 0,39Note * 0,47Note *
Femmes (réf.) 0,12 0,03 0,47 0,37
Groupe d'âge  
25 à 34 ans (réf.) 0,18 0,05 0,43 0,34
35 à 44 ans 0,10Note * 0,04 0,43 0,38Note *
45 à 54 ans 0,09Note * 0,04 0,42 0,43Note *
55 à 64 ans 0,07Note * 0,03 0,42 0,47Note *
Niveau de scolarité  
Moins d'un diplôme d'études secondaires (réf.) 0,17 0,07 0,42 0,34
Diplôme d'études secondaires et études postsecondaires partielles 0,13Note * 0,05 0,45 0,38
Diplôme d'études postsecondaires 0,12Note * 0,03Note * 0,42 0,43Note *
Diplôme universitaire 0,08Note * 0,03 0,42 0,47Note *
Situation familiale  
Famille comptant un couple avec enfant (réf.) 0,11 0,03 0,43 0,43
Famille comptant un couple sans enfant, ou sans enfant à charge 0,09 0,04 0,42 0,45
Personne hors famille 0,11 0,04 0,41 0,44
Famille monoparentale 0,14 0,05 0,50 0,32Note *
Autre type de famille 0,15 0,06Note * 0,41 0,37
Statut d'immigrant  
Né au Canada (réf.) 0,10 0,04 0,43 0,43
Immigrant  
Récent 0,15 0,07 0,41 0,36
De longue date 0,13 0,04 0,41 0,42
Statut d'emploi  
Employé rémunéré (réf.) 0,09 0,03 0,45 0,43
Travailleur autonome 0,18Note * 0,07 0,33Note * 0,42
Chômeur 0,24Note * 0,14 0,31Note * 0,31Note *
Quintile du revenu des ménages  
Inférieur (réf.) 0,25 0,07 0,37 0,31
Deuxième 0,14Note * 0,06 0,45Note * 0,35
Troisième 0,09Note * 0,03Note * 0,49Note * 0,39Note *
Quatrième 0,07Note * 0,02Note * 0,42 0,49Note *
Supérieur 0,05Note * 0,03Note * 0,38 0,55Note *
Mode d'occupation du logement  
Propriétaire — Aucune hypothèque (réf.) 0,07 0,04 0,37 0,52
Propriétaire — Avec hypothèque 0,12Note * 0,04 0,46Note * 0,39Note *
Locataire 0,14Note * 0,04 0,42 0,40Note *
Région  
Atlantique 0,14Note * 0,04 0,45 0,37Note *
Québec 0,12 0,04 0,42 0,41
Ontario 0,10 0,04 0,44 0,42
Manitoba et Saskatchewan 0,08 0,02 0,45 0,45
Alberta 0,11 0,04 0,40 0,45
Colombie-Britannique 0,11 0,05 0,41 0,43

Dans un premier temps, seules les variables indiquant le degré de littératie financière et l’année de l’enquête ont été incluses dans le modèle. Les résultats reflètent étroitement les résultats descriptifs présentés plus haut. Par la suite, différentes caractéristiques socioéconomiques ont été incluses dans le modèle. Comme un grand nombre de ces caractéristiques sont également associées à la littératie financière, l’association positive entre la littératie financière et la planification de la retraite est quelque peu réduite, mais demeure présente. Plus spécifiquement, ceux ayant obtenu les scores les plus élevés en littératie financière (entre 12 et 14) étaient plus susceptibles dans une proportion de 18 points de pourcentage que ceux ayant obtenu les scores les plus faibles (entre 0 et 7) de se préparer financièrement pour la retraite et de savoir combien ils devaient épargner pour leur retraite. Cette même différence était de 5 points de pourcentage dans le cas de ceux ayant un score de 8 ou de 9, et de 12 points de pourcentage pour ceux ayant obtenu un score de 10 ou de 11.

À l’inverse, ceux ayant obtenu les scores les plus élevés étaient moins susceptibles dans une proportion de 8 points de pourcentage que ceux ayant obtenu les scores les plus faibles d’affirmer qu’ils ne se préparaient pas et qu’ils ne savaient pas combien ils devaient épargner, tandis que ceux ayant un score de 10 ou de 11 étaient moins susceptibles dans une proportion de 6 points de pourcentage que ceux ayant obtenu les scores les plus faibles d’être dans la même situation.

D’autres résultats du modèle ont confirmé en général les résultats descriptifs. La préparation à la retraite et la connaissance du montant à épargner étaient associées positivement à l’âge, à la scolarité, au revenu et à la propriété du logement. À l’inverse, les parents seuls et les résidents du Canada atlantique étaient moins susceptibles de se préparer à la retraite et de savoir combien ils devaient épargner.

La relation entre la préparation à la retraite et la littératie financière est restée inchangée lorsqu’on a utilisé une mesure plus subjective des connaissances financières plutôt que les scores obtenus par questionnaire. Une fois les différentes caractéristiques socioéconomiques prises en compte, ceux ayant déclaré une très bonne connaissance, une bonne connaissance ou une connaissance élémentaire étaient plus susceptibles que ceux n’ayant qu’une piètre connaissance de se préparer financièrement pour la retraite — dans des proportions de 37 points de pourcentage, 26 points de pourcentage et 14 points de pourcentage, respectivement (tableau 5). À l’inverse, ceux avec une très bonne connaissance étaient moins susceptibles d’affirmer qu’ils ne se préparaient pas à la retraite et qu’ils ne savaient pas combien épargner et ce, dans une proportion de 13 points de pourcentageNote 14.

Tableau 5
Probabilités prédites dans un modèle probit multinomial des catégories de préparation à la retraite avec le niveau de connaissances financières estimé par les répondants, données combinées de 2009 et de 2014Note 1Note 2 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Probabilités prédites dans un modèle probit multinomial des catégories de préparation à la retraite avec le niveau de connaissances financières estimé par les répondants Ne se prépare pas, Se prépare, et ne connaît pas le montant à épargner, mais connaît le montant à épargner, mais ne connaît pas le montant à épargner et et connaît le montant à épargner, calculées selon probabilité prédite unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
  Ne se prépare pas Se prépare
et ne connaît pas le montant à épargner mais connaît le montant à épargner mais ne connaît pas le montant à épargner et connaît le montant à épargner
probabilité prédite
Niveau de connaissances financières estimé par les répondants  
Piètre connaissance (réf.) 0,17 0,04 0,54 0,25
Connaissance élémentaire 0,11Note * 0,03 0,46Note * 0,39Note *
Bonne connaissance 0,09Note * 0,04 0,35Note * 0,51Note *
Très bonne connaissance 0,04Note * 0,06 0,27Note * 0,62Note *

Cependant, ces résultats ne doivent pas être interprétés comme des relations de cause à effet; il faut plutôt les voir comme révélant des liens. Alors que la littératie financière peut avoir une incidence sur la préparation à la retraite, l’inverse peut aussi être vrai. En d’autres termes, les personnes qui se préparent financièrement pour la retraite peuvent constater une amélioration de leurs connaissances financières. Des études antérieures ont adopté à l’occasion une approche fondée sur une variable instrumentale pour tenir compte de ce facteur. L’exposition à des cours d’économie, par exemple, a déjà été utilisée comme instrument de littératie financière et a permis de confirmer l’association positive entre la littératie financière et la préparation à la retraite.

Il n’est pas possible de créer un instrument semblable en utilisant les données de l’ECCF; néanmoins, on a pu estimer les modèles décrits ci-dessus en utilisant deux variables instrumentales différentes, à savoir si la langue officielle du répondant est l’anglais ou le français, et si le répondant est la personne qui est principalement responsable de la gestion des finances au sein du ménageNote 15. Les résultats ont confirmé le lien positif entre la littératie financière et la préparation à la retraite.

Conclusion

L’importance de la planification de la retraite ne peut être sous-estimée, tout spécialement dans une période de diminution de la couverture des régimes de retraite. Dans le présent article, on a utilisé des données des cycles de 2009 et de 2014 de l’ECCF pour étudier les différences en matière de planification de la retraite au Canada en fonction de différents groupes socioéconomiques, en mettant particulièrement l’accent sur l’association entre la littératie financière et la planification de la retraite. En 2014, 78 % des personnes actives de 25 à 64 ans avaient déclaré se préparer financièrement pour la retraite par rapport à 81 % en 2009. Aussi, en 2014, 45 % ont  déclaré savoir combien ils devaient épargner pour maintenir leur niveau de vie à la retraite, un chiffre semblable à celui de 46 % observé en 2009. Les proportions de ceux qui déclaraient se préparer financièrement pour la retraite et de ceux qui déclaraient savoir combien ils devaient épargner variaient selon les caractéristiques socioéconomiques.

Parmi ceux qui se préparaient à la retraite, les deux sources de revenus les plus couramment mentionnées étaient les pensions du gouvernement et les REER/FRR. Environ 80 % d’entre eux envisageaient chacun de ces types de régime comme une source de revenus. Près du tiers envisageaient les régimes de retraite de l’employeur et les REER/FRR comme leur principale source de revenus à la retraite.

On a constaté que la littératie financière est positivement reliée à la planification de la retraite. Une fois prises en compte les différentes caractéristiques socioéconomiques, les personnes ayant obtenu les scores les plus élevés en littératie financière étaient plus susceptibles dans une proportion de 18 points de pourcentage que celles ayant obtenu les scores les plus faibles de se préparer financièrement pour la retraite et de savoir combien épargner pour leur retraite. Aussi, les personnes ayant obtenu les scores les plus faibles étaient plus susceptibles d’appartenir à la catégorie des répondants qui ne se préparaient pas à la retraite et qui ne savaient pas combien ils devaient épargner. Des résultats semblables ont été obtenus en utilisant une mesure plus subjective des connaissances financières plutôt que les scores plus objectifs résultant du questionnaire financier.

Sharanjit Uppal est chercheur principal pour Regards sur la société canadienne.

Début de l’encadré

Sources de données, méthodes et définitions

Sources de données

Les principales sources de données pour la présente étude sont les cycles de 2009 et de 2014 de l’Enquête canadienne sur les capacités financières (ECCF). Le cycle de 2009 a été parrainé par l’Agence de la consommation en matière financière du Canada, Emploi et Développement social Canada et le ministère des Finances. Le cycle de 2014 a été parrainé par l’Agence de la consommation en matière financière du Canada. La population cible de l’ECCF était constituée de toutes les personnes de 18 ans et plus vivant au Canada. Les pensionnaires à plein temps des établissements et les résidents du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut ne sont pas visés par l’enquête. Par souci de comparabilité, le contenu de l’ECCF de 2014 est resté le même qu’en 2009, hormis quelques légères modifications jugées nécessaires.

Dans le cadre de l’ECCF, des renseignements sont recueillis sur les connaissances, les compétences et les comportements des Canadiens dans le domaine financier : leur compréhension de leur situation financière, les services financiers auxquels ils ont accès et leurs plans pour l’avenir. L’enquête est conçue pour recueillir de l’information sur les moyens utilisés par les répondants pour gérer leurs actifs et leur budget au quotidien, pour gérer leurs actifs à plus long terme et pour gérer leur planification financière en général.

Comme pour les recherches antérieures relatives à la préparation à la retraite, l’échantillon a été limité aux personnes de 25 à 64 ans actives sur le marché du travail, c.-à-d., occupant un emploi ou en chômage au cours de la semaine de référence.

Préparation à la retraite

Pour ce qui est de la préparation financière à la retraite, l’ECCF comportait deux questions au sujet de la préparation à la retraite, à l’intention des répondants non retraités : « Est-ce que vous vous préparez financièrement pour votre retraite, grâce à un régime personnel ou à un régime de retraite de l’employeur? » et « Avez-vous une bonne idée du montant d’argent que vous devez épargner pour maintenir votre niveau de vie au moment de votre retraite? »

Pour ce qui est de la deuxième question, cependant, il est important de garder à l’esprit le fait que les répondants ne se fondent pas nécessairement sur une information exacte. Alors que certains répondants fondent leur opinion sur une planification et des calculs minutieux, d’autres peuvent se fier à une information incomplète — tout particulièrement les répondants pour qui la retraite est une notion encore floueNote 16.

On présentait aux répondants qui avaient déclaré se préparer financièrement pour la retraite une liste de sources de revenus et on leur demandait de sélectionner toutes les sources incluses dans leur plan financier pour la retraite. On a demandé à tous les répondants d’indiquer quelle serait selon eux leur principale source de revenus au moment de leur retraite.

Littératie financière

L’ECCF recueillait des renseignements à la fois subjectifs et objectifs sur la littératie financière. L’enquête comportait notamment une question subjective d’autoévaluation : « Comment évaluez-vous votre niveau de connaissance du domaine financier? » Les réponses possibles étaient « Très bonne connaissance », « Bonne connaissance », « Connaissance élémentaire » et « Piètre connaissance ».

La portion objective de l’enquête relative à la littératie financière se composait d’un questionnaire en 14 points qui visait à évaluer les compétences et les connaissances en matière de questions financières. Aux fins de l’analyse menée pour le présent article, un score de 1 était attribuée à chaque réponse correcte, tandis qu’un score de 0 était attribuée à chaque réponse incorrecte et à chaque réponse « Ne sait pas ». On a créé quatre catégories de littératie financière en fonction des scores obtenus : 0 à 7 (24 %); 8 ou 9 (26 %); 10 ou 11 (30 %); et 12 à 14 (20 %). La proportion d’individus dans chaque catégorie n’est pas égale en raison de la répartition des scores.

Les questions et les réponses correctes sont présentées à la section « Renseignements additionnels  ».

Fin de l’encadré

Début de l’encadré

Personnes actives qui ne se préparent pas financièrement pour la retraite

On a demandé aux répondants qui déclaraient ne pas se préparer financièrement pour la retraite de fournir une raison. La raison la plus couramment invoquée était « Je ne peux pas me le permettre, mon salaire ou mon revenu est insuffisant » (graphique 4). En 2014, 43 % avaient répondu ainsi, comparativement à 44 % en 2009. Les autres raisons couramment invoquées comprenaient « Je suis jeune, j’ai beaucoup de temps » (17 %) et « Je ne pense pas à cela, je n’ai pas pris le temps de m’en occuper » (15 %). Enfin, en 2014, 12 % ont invoqué le fait de ne pas avoir d’emploi ou de ne pas avoir travaillé assez longtemps.

Graphique 4 Raisons de ne pas planifier pour la retraite, 2009 et 2014, pourcentage

Description du graphique 4
Tableau de données du graphique 4 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Raisons de ne pas planifier pour la retraite 2009 et 2014(figurant comme en-tête de colonne).
  2009 2014
Autres 20,6 19
Je me fie à d'autres sources 4,1 2,0
J'ai trop de dettes, factures, engagements financiers 10,1 6,7
Je n'ai pas d'emploi, n'ai pas travaillé assez longtemps 13,7 12,2
Je ne pense pas à cela, n'ai pas pris le temps de m'en occuper 11,7 14,5
Je suis jeune, j'ai beaucoup de temps 11,5 17,1
Je ne peux pas me le permettre, salaire ou revenu insuffisant 44,4 42,5

La question relative à la principale source de revenus envisagée à la retraite a été posée aux deux groupes, c’est-à-dire ceux qui se préparaient à la retraite et ceux qui ne se préparaient pas. Parmi ceux qui ne se préparaient pas à la retraite, la source la plus communément invoquée était les pensions du gouvernement (29 % en 2014) (graphique 5). En comparaison, la source la plus communément invoquée par ceux qui se préparaient à la retraite était les régimes de retraite de l’employeur. Les REER/FRR représentaient la deuxième source en importance (15 %). Ces sources de revenus étaient suivies par les régimes de retraite de l’employeur et les revenus d’emploi à la retraite (7 % chacun). Plusieurs (32 %) ne savaient pas quelle serait la nature de leur principale source de revenus à la retraite. En comparaison, parmi ceux qui se préparaient à la retraite, 12 % ne savaient pas.

Graphique 5 Principale source de revenus envisagée à la retraite chez les répondants qui ne se préparaient pas à la retraite, 2009 et 2014, pourcentage

Description du graphique 5
Tableau de données du graphique 5 Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Principale source de revenus envisagée à la retraite chez les répondants qui ne se préparaient pas à la retraite 2009 et 2014(figurant comme en-tête de colonne).
  2009 2014
Ne sais pas 25,3 31,8
Autre 10,3 8,1
Revenu de sa propre entreprise ou de celle du conjoint 4,6 2,9
Revenu d'un emploi à la retraite 7,4 6,6
Régime de retraite professionel ou de l'employeur 5,3 6,8
REER/FRR 14,1 15,3
Pensions du gouvernementNote 1 33,0 28,7

Fin de l’encadré


Date de modification :