Réduction du fardeau de réponse des exploitants agricoles et des entreprises

18 janvier 2019

Les exploitants agricoles sont des personnes très occupées, surtout pendant les périodes de préparation des terres, d'ensemencement et de récolte. Comme d'autres utilisateurs de données, ils veulent avoir accès, en temps utile, à des données exactes et détaillées, mais en remplissant le moins de questionnaires d'enquête possible.

La Division de l'agriculture de Statistique Canada est d'accord et s'est donc fixé un objectif ambitieux, avec le projet AG-zéro. « Nous voulons produire des données agricoles exhaustives, pertinentes et intégrées, tout en réduisant au minimum le fardeau de réponse des exploitants agricoles », explique Étienne Saint-Pierre, le directeur de la division.

La réduction du fardeau de réponse est un élément clé de l'initiative de modernisation de l'organisme, qui prévoit l'exploration de sources de données de rechange pour compléter celles obtenues au moyen d'enquêtes et améliorer l'actualité, la qualité et l'exactitude de nos renseignements statistiques.

Statistique Canada est conscient du fardeau que les enquêtes représentent pour les exploitants agricoles, et comprend les préoccupations de ces derniers. Ses activités de rayonnement ont permis de confirmer que les agriculteurs reconnaissent la valeur des données de Statistique Canada, et s'y fient pour mieux comprendre l'industrie agricole et pour éclairer leurs prises de décisions.

En octobre 2018, dans le cadre de la Semaine nationale de consultation organisée par Statistique Canada, la Division de l'agriculture a instauré un dialogue avec les organisations agricoles et des partenaires clés. Elle a reçu des commentaires positifs à l'égard du projet AG-zéro, qui misera sur l'accessibilité accrue aux autres sources de données, sur l'accès à l'imagerie par satellite de haute qualité, qui est de plus en plus offert gratuitement, et sur les avancées techniques dans le domaine du traitement des données pour réduire le fardeau de réponse et améliorer la qualité des statistiques.

D'autres techniques seront également mises à profit. Notamment, l'utilisation à grande échelle de fichiers de données de rechange permettra de réduire, voire d'éliminer, le recours à la collecte de données directe auprès des agriculteurs. De plus, la modélisation et le traitement avancé des données aideront le Programme de la statistique agricole à atteindre les objectifs du projet AG-zéro. De manière générale, la longueur des questionnaires d'enquête sera réduite grâce à l'utilisation de sources de données de rechange. Par exemple, une étude est prévue pour déterminer si des estimations détaillées fondées sur un modèle peuvent remplacer les questions sur le stock des porcs dans l'Enquête sur le bétail.

Parmi les initiatives de réduction du fardeau de réponse de Statistique Canada, le projet AG-Zéro est sans doute l'un des plus visibles, mais il n'a rien d'atypique.

L'Initiative sur le fardeau de réponse cumulatif, lancée en 2015, donne un répit aux petites entreprises et aux exploitants agricoles qui participent aux enquêtes-entreprises de Statistique Canada. Elle limite la période pendant laquelle un répondant doit demeurer dans un échantillon d'enquête, et l'exempte d'enquêtes de Statistique Canada pendant un an. Depuis sa création jusqu'à 2018, ce programme a permis de réduire de 26 000 le nombre de questionnaires envoyés aux petites entreprises et aux fermes.

De nombreux autres programmes de Statistique Canada ont aussi de plus en plus recours à des sources de données de rechange.

L'organisme s'efforce d'aller au-delà d'une approche axée les enquêtes, en adoptant des méthodes novatrices et en intégrant des données tirées d'une variété de sources. Avant de recourir à une enquête, chaque équipe doit se demander si les mêmes données peuvent être obtenues auprès d'autres organisations ou de sources existantes.

Cette pratique n'est pas nouvelle à Statistique Canada. Nous utilisons des sources de données de rechange depuis près d'un siècle, et nous avons fait nos preuves pour ce qui est de protéger les données d'enquêtes et de dossiers administratifs, de manière à assurer la confidentialité des renseignements personnels. Toutes les améliorations que nous apportons à nos méthodes contribuent à la protection rigoureuse de la confidentialité des répondants. Nous appliquons aux données tirées d'autres sources les mêmes mesures de protection que nous appliquons aux données d'enquête.

Évidemment, les données d'enquête seront toujours requises, puisqu'elles sont essentielles dans de nombreux cas. Le succès du Recensement de 2016 illustre parfaitement la valeur des données obtenues auprès des répondants. Le taux de réponse au questionnaire détaillée du Recensement de 2016 a été sans précédent, et a donné lieu à une véritable mine de renseignements statistiques.

Par conséquent, nous continuerons d'utiliser des sources de données de rechange, mais la priorité sera toujours de fournir aux Canadiens les renseignements statistiques dont ils ont besoin sur notre économie et notre société.

Statistique Canada remercie tous les répondants de leur participation à ses enquêtes. Nous reconnaissons que leur bonne volonté est l'un de nos atouts les plus précieux, car c'est grâce à la collaboration soutenue des Canadiens que nous pouvons transformer les données d'enquête en renseignements fiables. Avec le soutien des exploitations agricoles, des entreprises et des ménages, nous sommes en mesure de fournir des renseignements essentiels à la prise de décisions éclairée, ce qui nous permet, ensemble, de bâtir un Canada meilleur.

Connectez-/inscrivez-vous pour publier un commentaire.

Veuillez prendre note que les commentaires sont modérés. Les commentaires peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître en ligne. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter nos règles de participation.

Date de modification :