Le logo de StatsCan Plus décoré de couleurs inspirées de la fierté.

Le télétravail change notre façon d’utiliser les transports en commun

8 décembre 2021, 14 h 20 (HNE)
Représentation graphique montrant des personnes qui marchent, qui font du vélo, qui prennent l’autobus, qui conduisent des automobiles, qui font du scooter.

Alors qu’ils continuent de composer avec la pandémie de COVID-19, de nombreux Canadiens travaillent à domicile. Il y a à peine cinq ans, environ 4 % des Canadiens occupant un emploi travaillaient à distance. En 2021, le nombre de Canadiens qui travaillaient à domicile était six fois plus élevé qu’en 2016. Des données récentes tirées de l’Enquête sur la population active montrent que la proportion de personnes qui ont travaillé à partir de leur domicile en octobre 2021 s’est établie à 23,8 % (4,2 millions de Canadiens). Bien que de nombreuses restrictions en matière de santé publique aient été assouplies à mesure que les taux de vaccination ont augmenté, cette proportion n’a que légèrement changé depuis octobre 2020, alors que 4,3 millions de personnes travaillaient à domicile.

Cette réalité, à laquelle s’ajoute la crainte générale de contracter la COVID-19, se traduit par une utilisation moins fréquente du transport en commun. En avril 2020, le nombre d’usagers a atteint un creux sans précédent, soit 25,7 millions. Au cours du même mois, plus de 41 % des employés canadiens travaillaient à domicile.

Fait intéressant, en juin 2020, parmi les Canadiens qui ne travaillaient pas à domicile, un plus grand nombre d’entre eux se sont rendus au travail à pied ou à vélo plutôt que de prendre le transport en commun.

Avant la pandémie, 13 % des travailleurs canadiens se rendaient au travail à l’aide du transport en commun et 7 % s’y rendaient à pied ou à vélo. En juin 2020, 3 % des Canadiens utilisaient le transport en commun, et 6 % marchaient ou prenaient leur vélo. Parmi les personnes qui utilisaient le transport en commun avant la pandémie, près de la moitié (42 %) n’avaient plus à se rendre au travail parce qu’elles travaillaient à domicile. Un peu plus du tiers (34 %) sont passées à un autre mode de transport, et 24 % ont continué de prendre le transport en commun.

Cependant, la situation semble s’améliorer : comparativement à un an plus tôt, le nombre d’usagers a augmenté de 24,3 % (ou 15,3 millions de déplacements de plus) en septembre 2021. Bien que le nombre de passagers ait diminué de 85,8 millions par rapport à septembre 2019, soit avant la pandémie, cette augmentation pourrait indiquer une nouvelle période de reprise du nombre d’usagers.

Comme le nombre d’usagers est encore nettement inférieur aux niveaux observés avant la pandémie, la situation financière des sociétés de transport en commun demeure fragile. En septembre, les recettes d’exploitation totales (sans les subventions) ont atteint 184,2 millions de dollars, en hausse de 28,6 % par rapport à la proportion enregistrée l’année précédente; il s’agit du niveau le plus élevé depuis mars 2020. Malgré cette croissance, les recettes d’exploitation des sociétés de transport en commun se sont maintenues à environ la moitié (49,9 %) du niveau prépandémique de septembre 2019.

Sur une note positive, un plus grand nombre de personnes travaillant à domicile pourrait entraîner une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Une récente étude suggère qu’une transition complète vers le télétravail pourrait entraîner une réduction assez importante des émissions annuelles de GES, soit de 8,6 mégatonnes de dioxyde de carbone. Ce nombre représente 6,0 % des émissions des ménages canadiens et 11,0 % de leurs émissions attribuables aux transports en 2015.

Nous ne savons pas si les Canadiens occupant un emploi retourneront au bureau à temps plein et quand ils le feront, ni si le nombre d’usagers du transport en commun urbain regagnera son niveau d’avant pandémie. Toutefois, nous savons qu’en 2015, bien avant la pandémie, 36,3 % des Canadiens occupaient un emploi pouvant être exercé à domicile mais travaillaient habituellement à l’extérieur de chez eux. La région d’Ottawa-Gatineau a enregistré le pourcentage le plus élevé d’emplois compatibles avec le télétravail (48,2 %), suivie de Toronto (44,0 %), de Montréal (41,5 %), de Vancouver (38,9 %) et de St. John’s (37,7 %).

Nous savons également que nos services urbains de transport en commun font une transition vers des formes d’énergie plus durables. Plus précisément, en 2019, la consommation de carburant diesel a diminué de 4,9 % et les sources d’énergie électrique ont augmenté de 19,5 % depuis 2015.

Pour faire d’autres lectures

Travailler à domicile pendant la pandémie de COVID-19, avril 2020 à juin 2021 (statcan.gc.ca)

Le Quotidien –Enquête sur la population active, octobre 2021 (statcan.gc.ca)

Le transport en commun au Canada après la COVID-19 (statcan.gc.ca)

Le Quotidien –Un plus grand nombre de personnes marchent ou utilisent leur vélo pour se rendre au travail plutôt que de prendre le transport en commun (statcan.gc.ca)

Le Quotidien –Transport en commun urbain, septembre 2021 (statcan.gc.ca)

Travail à domicile : répercussions possibles sur le transport en commun et les émissions de gaz à effet de serre (statcan.gc.ca)

Incidence potentielle du télétravail sur le transport en commun et les émissions de gaz à effet de serre, selon les données de 2015 (infographie) (statcan.gc.ca)

Le transport de passagers par autobus et le transport urbain au Canada, 2019 (infographie) (statcan.gc.ca)

Coordonnées des personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec nous au 514-283-8300 ou composez sans frais le 1-800-263-1136 (infostats@statcan.gc.ca), ou communiquez avec les Relations avec les médias au statcan.mediahotline-ligneinfomedias.statcan@statcan.gc.ca.