Blogue de recherche : Entreprises appartenant à des femmes au Canada

3 avril 2019

Périodiquement, le Blogue StatCan publie des articles par des auteurs invités détaillants la recherche effectuée à Statistique Canada. Cet article fut rédigé par Huju Liu, une économiste principale de la Division de l'analyse de la santé.

 

L'entrepreneuriat est depuis longtemps considéré comme un important moteur de l'innovation, de la création d'emplois et de la croissance de la productivité. Cependant, il existe encore une inégalité entre les hommes et les femmes en ce qui a trait aux personnes qui deviennent entrepreneurs et à la croissance de leur entreprise : les femmes sont moins susceptibles de devenir entrepreneuses, et les entreprises appartenant à des femmes sont plus petites que celles qui appartiennent à des hommes. Pour atteindre l'égalité entre les sexes sur le plan du leadership d'entreprise et de la croissance économique inclusive, le gouvernement du Canada a adopté la nouvelle Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat. La stratégie vise à promouvoir l'entrepreneuriat chez les femmes et à contribuer à faire croître les entreprises appartenant à des femmes. Des données exhaustives sur les entrepreneuses et sur les taux de propriété sont essentielles afin de mieux comprendre la situation des entreprises appartenant à des femmes au Canada, ce qui permettra aux décideurs politiques de prendre des décisions éclairées fondées sur des données probantesNote de bas de page 1.

Que savons-nous à propos des entreprises appartenant à des femmes au Canada jusqu'à présent? Ce billet de blogue fait ressortir les plus récentes preuves et recherches sur les différences entre les entreprises appartenant à des femmes et les entreprises appartenant à des hommes au Canada en utilisant l'Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises et la Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés.

Portrait des entreprises appartenant à des femmes au Canada

Les entreprises appartenant à des femmes (c'est-à-dire, celles dont au moins 51 % des parts sont détenues par des femmes) représentent une proportion relativement faible de l'ensemble des entreprises au Canada. Selon la plus récente Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises (EFCPME), elles représentaient 15,6 % de l'ensemble des petites et moyennes entreprises (PME) en 2017, une part relativement stable au cours de la dernière décennie. Les entreprises appartenant à des femmes étaient plus nombreuses dans les industries de services comme le commerce de détail; l'hébergement et les services de restauration; et le tourisme. Elles étaient plus rares en agriculture, foresterie, pêche et chasse; extraction minière, exploitation en carrière, et extraction de pétrole et de gaz; construction; et fabrication. Elles étaient également plus courantes dans les entreprises de moins de 20 employés (EFCPME de 2017; Grekou, Li et Liu, 2018).

Pourtant, par rapport à leurs homologues masculins, les PME appartenant à des femmes ont fait des progrès dans de nombreux secteurs au fil du temps. Par exemple, les PME appartenant à des femmes ont maintenant un meilleur accès aux ressources financières. La part des ces PME qui ont demandé un financement externe a augmenté pour passer de 20,7 % en 2007 à 40,6 % en 2017, comparativement à la part des PME appartenant à des hommes, qui est passée de 22,9 % en 2007 à 47,4 % en 2017. En 2011, le ratio entre le montant du financement par emprunt autorisé et le montant du financement par emprunt demandé était d'environ 9,6 points de pourcentage de moins pour les PME appartenant à des femmes comparativement à leurs homologues masculins, tandis que cet égard s'est réduit pour atteindre seulement 2,8 points de pourcentage de moins en 2017 (EFCPME de 2017, Industrie Canada, 2015; Rosa et Sylla, 2016).

Les PME appartenant à des femmes ont aussi progressé sur le plan des activités d'exportation au fil du temps. La part pour ces PME qui ont exporté a augmenté pour passer de 5,9 % en 2007 à environ 11,2 % en 2017, tandis que la part pour les PME appartenant à des hommes est restée très stable pour passer de 11,1 % à 12,2 % au cours de la même période (EFCPME de 2017; Industrie Canada, 2015).

Ces PME ont aussi enregistré de bons résultats par rapport aux PME appartenant à des hommes sur le plan de l'innovation et de l'adoption de technologies numériques. La part des PME engagées dans au moins un type d'innovation (produit, processus, organisation ou marketing) au cours des trois dernières années a été supérieure chez les entreprises appartenant à des femmes (39,5 %) que chez les entreprises appartenant à des hommes (37,0 %) en 2011. En 2017, la part des innovateurs parmi les PME est restée similaire entre les deux types de PME. En outre, la part des entreprises détenant au moins un type de propriété intellectuelle, comme des brevets et des marques de commerce, à la fin de 2017 était aussi similaire entre les deux types de PME. La part des entreprises qui ont adopté au moins un type de technologie numérique, comme l'informatique en nuage, l'analytique des données ou le fait de posséder un site Internet, au cours des trois dernières années, était également similaire entre les deux types de PME à la fin de 2017 (EFCPME de 2017; Industrie Canada, 2015).

Les PME appartenant à des femmes ont aussi amélioré leur taux de croissance au fil du temps. Leur part des PME ayant connu une croissance de moyenne à élevée, c'est-à-dire, les entreprises avec un taux de croissance annuel des ventes ou des revenus supérieur à 10 % au cours des trois dernières années, a augmenté pour passer de 16,5 % en 2011 à environ 18,5 % en 2017, comparativement à une augmentation de 18,3 % en 2011 à 20,8 % en 2017 pour les PME appartenant à des hommes (EFCPME de 2017; Industrie Canada, 2015).

Dynamique des entreprises appartenant à des femmes

Bien qu'elles soient instructives au niveau agrégé, ces comparaisons sont statiques et fondées sur des enquêtes transversales menées à différentes périodes plutôt que de suivre les entreprises avec le temps. Il n'est pas possible, par exemple, de déterminer si une augmentation du nombre d'entreprises appartenant à des femmes est attribuable à un plus grand nombre de nouvelles entreprises appartenant à des femmes, ou à moins d'entreprises appartenant à des femmes qui ferment. En outre, il est aussi difficile de découvrir la raison à l'origine du meilleur rendement de la taux de croissance mentionné précédemment : les entreprises qui ont survécu ont-elles réellement amélioré leur croissance, ou les entreprises à faible croissance ont-elles simplement échoué et fermé. Récemment, une nouvelle base de données a été mise au point à partir de sources administratives pour combler ce manque de données. La Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés (BDCDEE) établit des liens entre les travailleurs individuels, les propriétaires d'entreprises et les entreprises. Elle peut retracer les entreprises et les propriétaires d'entreprise à travers le temps et peut ainsi compléter l'analyse sur la dynamique des entreprises appartenant à des femmes.

Des recherches menées à Statistique Canada en utilisant la BDCDEE permettent de jeter un nouveau regard sur la dynamique des entreprises appartenant à des femmes. Couture et Houle font le suivi du rendement des entreprises en démarrage avec la BDCDEE et trouvent que celles qui appartiennent à des femmes sont moins favorisées. De 2005 à 2013, les entreprises en démarrage appartenant à des femmes ont représenté moins d'un cinquième de l'ensemble des entreprises en démarrage (nouvelles sociétés privées), tandis que les entreprises en démarrage appartenant à des hommes représentaient un peu moins de deux tiers. Les entreprises en démarrage appartenant à des femmes affichaient un taux de survie légèrement inférieur à celui des entreprises en démarrage appartenant à des hommes. Ces entreprises en démarrage présentaient une productivité de la main-d'œuvre et une intensité des activités de recherche-développement significativement inférieures à celles des entreprises en démarrage appartenant à des hommes, subordonnées à la survie de l'entreprise. Qui plus est, les entreprises en démarrage appartenant à des femmes affichaient aussi un taux de croissance du revenu net inférieur à celui de leurs homologues masculins. Les entreprises en démarrage appartenant à des femmes étaient relativement plus petites sur le plan de l'emploi au début, et pouvaient prendre en moyenne cinq ans pour atteindre la taille des entreprises en démarrage appartenant à des hommes. Grekou a suivi certains entrepreneurs au fil du temps et il a observé que les entrepreneuses des entreprises constituées en société ont eu tendance à avoir un revenu inférieur à celui des hommes entrepreneurs, en moyenne, avant de démarrer leur entreprise entre 2006 et 2015.

Conclusion

Statistique Canada dispose de sources de données permettant de mieux comprendre l'entrepreneuriat des femmes et appuyer les recherches approfondies dans ce domaine. Des données probantes et recherches récentes ont établi que d'importantes différences subsistent entre les entreprises appartenant à des femmes et les entreprises appartenant à des hommes : celles qui appartiennent à des femmes continuent d'être sous-représentées au sein de l'économie; les entreprises en démarrage présentent des taux de croissance du revenu et de l'emploi plus faibles et un taux de survie plus faible que les entreprises appartenant à des hommes. Les recherches futures doivent être axées sur la nécessité de mieux comprendre ce qui entraîne ces différences : par exemple, pourquoi les femmes sont-elles moins susceptibles de démarrer une entreprise et pourquoi les entreprises appartenant à des femmes vivent-elles une croissance plus faible que les entreprises appartenant à des hommes.

Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises et Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés

L'Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises (EFCPME) est commanditée par un consortium dirigé par Innovation, Sciences et Développement économique Canada. Elle a été menée par Statistique Canada et répétée tous les trois ou quatre ans; elle a commencé en 2000 et a été mise à jour jusqu'en 2017. La population cible comprend les entreprises de 1 à 499 employés qui ont des revenus bruts de plus de 30 000 $. Elle recueille des renseignements sur le financement utilisé par les petites et moyennes entreprises; les activités commerciales comme l'exportation, l'innovation et la croissance et les caractéristiques de propriété, y compris les parts des entreprises appartenant à des femmes ou à des hommes. La Base de données canadienne sur la dynamique employeurs-employés (BDCDEE) est construite à partir des dossiers administratifs et fiscaux et relie les données sur les particuliers et les entreprises. Elle peut suivre les particuliers et les entreprises au fil du temps. La BDCDEE fournit des renseignements sur la propriété selon le sexe pour les entreprises non constituées en société et les entreprises privées constituées en société (principalement des sociétés privées sous contrôle canadien) pour lesquelles des renseignements sur la propriété sont disponibles entre 2005 et 2015. La propriété selon le sexe ne peut être attribuée aux autres entreprises, comme les sociétés cotées en bourse et les sociétés privées qui ne produisent pas de renseignements sur les actionnaires.

Références

Couture, L. et S. Houle. Entry, Survival and Performance of Business by Gender. Statistique Canada. À paraître.

Grekou, D. Labor Market History and the Success of Women-owned Enterprises. Statistique Canada. À paraître.

Grekou, D., J. Li et H. Liu. 2018. « Entreprises appartenant à des femmes au Canada. » Aperçus économiques. no 83, Produit no 11-626-X au catalogue de Statistique Canada. Statistique Canada.

Industrie Canada. 2015. Petites et moyennes entreprises détenues majoritairement par des femmes
Éditions spéciales : Principales statistiques relatives aux petites entreprises.

Rosa, J. et D. Sylla. 2016. Comparaison du rendement des petites et moyennes entreprises détenues majoritairement par des femmes et de celles détenues majoritairement par des hommes, Innovation, Sciences et Développement économique Canada.

Enquête sur le financement et la croissance des petites et moyennes entreprises, 2017.

Connectez-/inscrivez-vous pour publier un commentaire.

Veuillez prendre note que les commentaires sont modérés. Les commentaires peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître en ligne. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter nos règles de participation.

Date de modification :